IIIIIIIIIIIIIIII
Le XL anniversaire de la fondation du Théâtre Lyrique National de Cuba
Par Enrique Río Prado Traduit par Alain de Cullant
La riche et ancienne tradition de l'art lyrique à Cuba date du XVIIIe siècle.
Illustration par : Liborio Noval

À Cuba, l'art lyrique connaît une riche et ancienne tradition dans laquelle le public, la critique spécialisée, les compositeurs, les interprètes et les techniciens interviennent conjointement pour garder vivante « une des plus originales conceptions artistiques de l'homme », aux dires du grand écrivain cubain Alejo Carpentier.

Les premières manifestations lyriques dans notre pays remontent à 1776, année où a lieu la première, à La Havane, de Diddone abbandonata, sur un livret de Metastasio et une musique composée par un auteur non identifié.

Au cours du XIXe siècle, à La Havane, il y a eu des centaines de représentations d'opéras d’auteurs italiens, français et allemands tels que Pergolesi, Cimarosa, Paisiello, Grétry, Boieldieu, Salieri, Piccinni, Méhul, entre autres. Des titres importants du répertoire lyrique universels comme Don Giovanni, de Mozart ; Il matrimonio segreto, de Cimarosa ; L’Italiana in Algeri, Tancredi et Semiramide, de Rossini ; Anna Bolena, Lucia di Lammermoor ou Roberto Devereux, de Donizetti ; Norma ou I puritani de Bellini ; Nabucco ou Macbeth, de Verdi, ont été écoutés pour la première fois sur le continent américain dans un théâtre de La Havane, qui était communément appelée « La capitale philharmonique du nouveau monde ».

La scène du Grand Théâtre Tacón, aujourd'hui le Grand Théâtre de La Havane, a accueilli des gloires mondiales comme Jenny Lind, Adelina Patti, Ignazio Marini, Erminia Frezzolini, Enrico Tamberlick, Paulina Lucca, Luisa Tetrazzini, Maria Barrientos, Giovanni Zenatello, Titta Ruffo, Claudia Muzio, Enrico Caruso, Gabriela Besanzoni, Riccardo Stracciari, Tito Schipa, Giovanni Martinelli, Beniamino Gigli, Rosina Storchio, Elvira de Hidalgo... la liste est interminable.

En 1928, la société Pro Arte Musical a inauguré le Théâtre Auditorium dans le quartier havanais du Vedado, qui est devenu le siège des plus importantes représentations d'opéras durant les années 1940 et 1950 : les premières à Cuba de Tristan et Iseult, de Wagner, avec Kirsten Flagstad ; Don Carlos, de Verdi, et Adriana Lecouvreur, de Francesco Cilea, mettant en vedette la soprano italienne Renata Tebaldi. Les saisons de cette institution privilégiaient évidement ses membres, bien qu'elle admettait aussi le public en général, devant payer les entrées à des prix non abordables pour toutes les économies.

Avec le triomphe de la Révolution qui a renversé la tyrannie de Batista en 1959, la culture a été réorganisée dans notre pays. Le 11 septembre 1962, au cours d'une réunion dans l'ancien couvent de Santa Clara, a eu lieu la création officielle du Théâtre Lyrique National de Cuba. Le nouveau Conseil National de la Culture a offert dans le Théâtre Auditorium, le futur théâtre Amadeo Roldán, une première saison à des prix très avantageux, avec des œuvres telles que La Traviata et Rigoletto, de Verdi, et Faust de Gounod, traduit à l’espagnol par María Alvarez Rios, et interprétés par Ana Menéndez, Gladys Puig, Ana Aurora Díaz, Armando Pico, Antonio Lázaro, Orestes Lois, Humberto Diez, Angel Menéndez ou José Lematt, parmi d’autres, sous la direction musicale de Roberto Sánchez Ferrer et d’Ernesto Xancó.

Parallèlement, le théâtre Payret présentait une saison de zarzuela espagnole et cubaine incluant des œuvres de Ruperto Chapí ;  La verbena de la Paloma, de Tomás Bretón ; Doña Francisquita, d’Amadeo Vives. Parmi les principaux artistes de ces représentations se sont soulignés Rosita Fornes, María de los Ángeles Santana, Sarita Escarpenter, Alba Marina, Gladys Puig, María Remolá, Ana Julia, Armando Pico, Ramón Calzadilla, Humberto Diez, Antonio Lázaro, Antonio Palacios, Miguel de Grandy, Félix Guerrero ou Fabio Landa. À cette occasion, le maestro Gonzalo Roig a présenté la version finale de son chef-d’œuvre : Cecilia Valdés.

Extrait de la brochure du Théâtre Lyrique National de Cuba, 40e anniversaire, éditée par le Centre National des Recherche des Arts Scéniques.