IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba : Juillet 2012
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Santiago de Cuba est la scène de l'événement le plus important qui rassemble les peuples des Caraïbes avec sa « Fête du Feu ».
Illustration par : David Kessel

La revue Lettres de Cuba est en ligne avec son numéro correspondant au mois de juillet 2012.

Du 27 juin au 1er juillet a eu lieu la XLVe Jornada Cucalambeana à Las Tunas. Les participants cubains et de pays divers comme le Chili, l’Argentine, le Mexique, le Venezuela, l'Allemagne et l'Italie ont pu apprécier les traditions autochtones liées au dizain cubain qui caractérisent ces fêtes paysannes dédiées au poète Juan Cristóbal Napoles Fajardo (El Cucalambé, 1829-1861). Une fois de plus Washington a refusé les visas d’un groupe d’enfants et de jeunes artistes étasuniens, en cette occasion les membres de la Wici Song and Dance Company, un des plus notables groupes de musique et de danse de Chicago.   

Les vacances d'été commencent au mois de juillet avec la chaleur intense qui caractérise notre île mais aussi avec des projets culturels ambitieux comme « La Nuit des Livres », « Rutas y Andares » du Bureau de l'Historien de La Havane, la foire « Arte en La Rampa », le Festival de l’Humour « Aquelarre 2012 » dont les organisateurs ont programmé une tournée dans tout l'archipel, ainsi que les célébrations pour les 26 Juillet, commémorant le 59e anniversaire de l'attaque de la Caserne Moncada à Santiago de Cuba.   

C’est précisément Santiago de Cuba qui est la scène de l'événement le plus important qui rassemble les peuples des Caraïbes avec sa « Fête du Feu ». Du 3 au 9 juillet, des intellectuels et des artistes antillais sont convoqués par la Casa del Caribe pour célébrer la XXXIIe édition du Festival des Caraïbes dédié cette année à la Martinique. Parmi les activités programmées nous signalerons le Colloque « La Caraïbe qui nous unit », un espace de réflexion et la présentation du livre El Caribe. Dependencia, integración y soberanía, publié par la maison d’édition Oriente, de l’intellectuel Norman Girvan, qui recevra le Prix International de la Casa del Caribe.

Le public havanais pourra profiter des représentations des chorales participant au IXe Festival International des Chœurs « Corhabana 2012 », du 3 au 7 juillet, parrainé par le Chœur National de Cuba. Sa directrice, Digna Guerra Ramírez a déclaré aux médias qu’il a une grande acceptation parmi les jeunes talents qui intègrent les chorales des différentes régions du pays et l'importance du travail des Maisons de la Culture pour le mouvement choral cubain.   

Notre revue dédie la section Rencontres à la Fête des Caraïbes. Nous offrons le texte Que La Caraïbe Nous Unisse, de Pierre Samot, Maire de la ville Le Lamentin, en Martinique ; un article d'Orlando Vergés, Directeur de la Casa del Caribe sur les références historiques des rapports de fraternité entre Le Lamentin et Santiago de Cuba, et une approche de Victor M. Sigué Castellanos sur la vie et  l’œuvre de Joel James Figorola, fondateur de cette maison de tous les Caribéens.

Interview ne s’éloigne pas des Caraïbes. La Dr. Yolanda Wood, Directrice du Centre des Études des Caraïbes de la Casa de las Américas converse avec Mildrey Ponce sur son récent livre, une nouvelle vision de l'histoire de l'art à travers l'étude de soixante œuvres d'artistes de cette région. D'après le Dr. José Antonio Baujin, Doyen de la Faculté des Arts et des Lettres de l'Université de La Havane et éditeur du texte, « la Caraïbe est peut-être un des territoires du monde où l’on voit la plus grande quantité de stéréotypes et d’images déformées. »  

Lettres célèbre le 110e anniversaire de la naissance de notre Poète National Nicolás Guillén avec la publication de deux poèmes, Peux-tu ? et  Un son pour enfants antillais, traduits par Claude Couffon, des poèmes publiés dans Poésie Cubaine du XXème siècle. Patiño, 1998.      

Trésors présente La prise de La Havane par les Anglais, de Francisco Javier Arboli, une étude des différentes sources ayant reflété les faits et les conséquences de cette occupation britannique de la capitale cubaine entre 1762 et 1763, qui a été valorisée des très diverses façons par les historiens.    

La forteresse de San Carlos de la Cabaña est étroitement liée au précédent fait historique car la décision de sa construction est prise par le roi Carlos III immédiatement après le retrait des troupes britanniques en 1763. Magalys Cabrales nous narre son histoire jusqu'à nos jours, quand cette installation fait partie des monuments déclarés Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO.     

Dans Arts, la journaliste Yinett Polanco nous présente Isabel Bustos, chorégraphe, professeur de danse contemporaine et directrice générale de la compagnie Teatro Danza Retazos, la lauréate du Prix National de Danse 2012.      

Le prestigieux chroniqueur Ciro Bianchi Ross aborde la vie et l’œuvre du compositeur cubain Ignacio Cervantes, que l’écrivain Alejo Carpentier a qualifié comme le musicien le plus important dans notre XIXe siècle. Parmi les curiosités de la vie de cet illustre Cubain on souligne  ses premiers professeurs de piano à Cuba  Louis Moreau Gottschalk et Nicolás Ruiz Espadero ,  ses succès dans le Conservatoire Impérial de Paris et son amitié avec les musiciens mondialement connus, Liszt, Rossini, Paderewski et Gounod.     

Les échos de la XIe Biennale de La Havane arrivent jusqu'à notre numéro, illustré par l'artiste français David Kessel. Jorge Luís Rodríguez Aguilar nous présente l'exposition des aquarelles et des lithographies consacrées au tabac cubain comme un élément de notre idiosyncrasie la plus créole, qui a été présentée dans l'Académie de San Alejandro.

Lire Martí nous offre de ses Vers libre Hirsute crinière, publié dans José Martí. Vers libres. Édition bilingue établie par Jean Lamore, Prologue de Cintio Vitier. Paris, Harmattan/Éditions UNESCO, 1997. p. 197.