IIIIIIIIIIIIIIII
Un son pour enfants antillais
Par Nicolás Guillén Traduit par Claude Couffon
La poésie de Nicolás Guillén, un chant aux enfants antillais.
Illustration par : David Kessel

 Un son pour enfants antillais

 

Voguant sur la Mer des Antilles

avance un bateau de papier

avance, avance le bateau,

sans timonier.

 

De La Havane à Portobel,

de Jamaïque à Trinité,

avance, avance le bateau,

sans capitaine.

 

Une négresse est à la poupe

à la proue est un espagnol :

avance, avance le bateau,

Qui les transporte.

 

Passent des îles et des îles,

des îles et puis d'autres îles ;

avance, avance le bateau,

point de repos.

 

Un canon tout en chocolat

a tiré contre le bateau,

qui de son canon tout en sucre,

a répondu.

 

Ah ! mon bateau filant sur l'eau

avec sa coque de papier !

Ah ! mon bateau tout noir et blanc,

sans timonier !

 

Sur le bateau va la négresse

tout contre l'espagnol

avance, avance le bateau

Qui les transporte.

 

Traduction de Claude COUFFON, tirée de Poésie Cubaine du XXème siècle. Patiño, 1998