IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba : Avril 2012
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Lettres célèbre le 110e anniversaire de la naissance du Poète National Nicolás Guillén et 120e anniversaire de la fondation du journal Patría par José Martí à New York.
Illustration par : Eduardo Roca CHOCO

La revue Lettres de Cuba est en ligne avec le numéro correspondant au mois d’avril 2012.

Du 1er au 12, des élèves et des professeurs de prestigieuses écoles de ballet de toutes les latitudes se donnent rendez-vous à La Havane afin de prendre part à la XIXe édition de la Rencontre Internationale des Académies pour l’Enseignement du Ballet.

Le Colloque et Festival International de Musique et de Poésie Nicolás Guillén se déroulera du 2 au 6 avril. L’objectif fondamental de cet événement est de réfléchir sur les œuvres et la pensée du Poète National de Cuba, un hommage au 110e anniversaire de sa naissance, ainsi que sur le thème de la nécessaire lutte contre la discrimination et les exclusions dans les différentes sociétés et étapes historiques, en une juste commémoration du 200e anniversaire de la Conspiration d’Aponte et le 100e du massacre des Indépendants de Couleur.

Le Musée d’Art Moderne de New York (MoMA) présente l’échantillon audio-visuel itinérant « Cerrando distancias » dans différentes provinces cubaines, une façon de fomenter l’échange culturel entre les deux pays, limité à cause du blocus économique imposé par Washington depuis plus d’un demi-siècle.

Du 3 au 8 avril, La Havane accueille le 11e Échantillon des Jeunes Réalisateurs, parrainé par l’ICAIC. Cet événement stimule la connaissance et la réflexion sur l’œuvre audio-visuel des jeunes cinéastes.

La XIIe Conférence Internationale « Culture Africaine et Afro-américaine », du 12 au 16 avril à Santiago de Cuba, comptera avec l’Échantillon Itinérant du Cinéma des Caraïbes lors de l’atelier « Imágenes », dédié au cinéma et à la vidéo de genre ethnologique proposant l’image et le traitement donné à l’empreinte africaine dans la culture américaine.

Le 10e Festival International du Cinéma Pauvre« Humberto Solás », du 17 au 22 avril à Gibara, est dédié à la femme.

Rencontres nous approche de trois hommes notables qui ont laissé leurs empreintes dans notre pays le dernier siècle. La journaliste Josefina Ortega aborde la représentation de Maurice Chevalier, le 13 avril 1956, dans le Théâtre Auditorium avec le spectacle One man show et sa répercussion dans la presse écrite. D’autre part, María Elena Balán Saínz nous narre la visite de Pablo Neruda, accueilli à La Havane par trois illustres intellectuels, Juan Marinello, Nicolás Guillén et Angel Augier, en 1942. Et Walfredo Angulo nous raconte une anecdote inédite de la vie d’Ernest Hemingway dans sa propriété La Vigía.

Interview présente les déclarations de l’écrivain cubain Leonardo Padura quand il a reçu le Prix Cardet. Susana Mendéz nous offre aussi des détails d’un nouveau roman de Padura et certains critères sur le rôle que doit jouer le journalisme dans la société cubaine.

Lettres célèbre le 110e anniversaire de la naissance du Poète National Nicolás Guillén avec la publication de l’essai Poésie et négritude à Cuba de la Docteur Sandra Hernández Monet-Descombey, professeur de l’Université de Nantes, France. Le collaborateur Oscar Ferrer Carbonell rend hommage à notre Apôtre José Martí à l’occasion du 120e anniversaire de la fondation du journal Patría à New York. Un thème sur l’hégémonie des médias et l’utilisation des réseaux sociaux dans la politique contre Cuba ferme la section avec les recherches de Salim Lamrani, Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris Sorbonne - Paris IV, il nous révèle des données intéressantes qui démasquent la blogueuse Yoani Sanchéz.

Trésors nous approche de la fondation des sept premières villes de l’Île de Cuba à travers l’article du chercheur Rolando López del Amo. Nonobstant, si notre pays célèbre les 500e anniversaires de ces villes, l’historien Rolando Julio Rensoli Medina attire l’attention sur le fait que nous célébrons aussi le 500e anniversaire de la Résistance Indigène. D’autre part, la journaliste Yeni Pérez souligne que le Musée « La Route de l’Esclave », Monument National cubain, est une institution unique pour ses caractéristique en Amérique Latine.

Dans Arts, Pancho García, Prix National de Théâtre 2012, partage son expérience avec la compagnie Argos Teatro dirigée par Carlos Celdrán et il nous parle de son interprétation du personnage Ángel de l’œuvre De l’Air, du dramaturge Virgilio Piñera. La journaliste Teresa Valenzuela, dans son article La voix et la force de l’École de Ballet nous offre les témoignages de la directrice Ramona de Saá qui affirme que sa plus grande satisfaction durant toutes ces années est de se voir reflétée dans les succès de ses étudiants.

Le 10e Festival International du Cinéma Pauvre « Humberto Solás », qui aura lieu du 17 au 22 avril à Gibara et dédié à la femme. Son nouveau directeur, Lester Hamlet, explique qu’il veut maintenir les intentions de son regretté fondateur, dont le nom a été adopté en 2009 comme hommage à cet illustre cinéaste, réalisateur de titres tels que Lucía et Un hombre de éxito.

Lire Martí nous invite à réfléchir sur le texte Ma race. Ce texte de José Martí d'une brûlante actualité à propos du racisme qui resurgit dans le monde, traduit par Jean Lamore, professeur de l'Université de Bordeaux, France, et de Santiago de Cuba, est paru le 16 avril 1893 dans Patría, le journal qu'il avait fondé en exil aux États-Unis pour rassembler tous les indépendantistes. « À Cuba, il n'y a nulle raison de craindre la guerre des races. La notion d'homme est supérieure à celle de blanc, de mulâtre, de noir. Celle de cubain est supérieure à celle de blanc, de mulâtre, de noir. » 

Le numéro de ce mois est illustré par Eduardo Roca Choco