IIIIIIIIIIIIIIII
Une nouvelle année de la revue Lettres de Cuba
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Une nouvelle année de la publication de la revue Lettres de Cuba commence avec un nouveau dessin dont nous espérons qu’il soit plus attrayant pour nos lecteurs.
Illustration par : Oandris Tejeiro « Joa »,

Une nouvelle année de la publication de la revue Lettres de Cuba commence avec un nouveau dessin dont nous espérons qu’il soit plus attrayant pour nos lecteurs.

 

Les différentes sections s’enrichissent avec des articles de nos plus significatifs intellectuels, chercheurs et historiens cubains et l'illustration de ce numéro compte, pour la première fois, l'œuvre d'un promoteur culturel communautaire, Oandris Tejeiro « Joa », qui à son tour est le responsable de la promotion des arts plastiques de la Maison des Caraïbes de Santiago de Cuba.

 

Dans la section Rencontre, nous rendons hommage à Jaime Sarusky, Prix National de Littérature 2003, à l’occasion de son 80ème anniversaire. Le président de la Casa de las Américas, Roberto Fernández Retamar, nous relate ses années à Paris dans la Maison Cuba de la Ville Universitaire où se sont forgés ses liens d'amitié avec Jaime ; le reconnu écrivain Leonardo Padura le remercie pour ses enseignements sur la pratique du journalisme et la poétesse Nancy Morejón évoque que Pablo Armando Fernández a défini Jaime Sarusky comme « un prince des meilleurs tabloïdes culturels de la nation ».

 

Dans la section Interview nous offrons la seconde partie de l'entrevue que l’écrivain cubain José Lezama Lima a offerte au journaliste Ciro Bianchi.

 

Lettres est dédié à notre apôtre José Martí, qui naquit le 28 janvier 1853. Pour cette date si significative pour tous les Cubains, notre revue offre les souvenirs de celui qui a été l’ami du maître, le patriote cubain Juan Gualberto Gómez, publiés dans Revista Bimestre Cubana, en 1933, ainsi que les impressions du poète Rubén Darío sur sa rencontre avec le Maître à Tampa. L’idéal martiano, si en vigueur de nos jours, peut être constater à travers l'essai de Carlos Alberto Mas Zabala, La race humaine, où il approfondi des concepts tels que le racisme, le développement politique et social des classes et les conséquences que la discrimination raciale pourrait avoir pour la révolution cubaine.

 

En 2011, Lettres de Cuba s’unie aux festivités pour le 500ème anniversaire de la fondation de Baracoa donc dans la section Trésor nous publierons une série d'articles de son historien, Alejandro Hartmann, sur cette première ville fondée à Cuba par les conquérants espagnols. D'autre part, le chercheur du Centre des Études Martianos, Salvador Arias García, nous rapporte la chronique de la visite de Julian del Casal à l'« hôtel français » du Vedado. Ana Rebeca Muñoz López nous décrit la cérémonie Con la puesta del sol qui a lieu quotidiennement dans le Château du Morro San Pedro de la Roca, de Santiago de Cuba, en hommage aux mambíses qui ont été des prisonniers dans cette forteresse, une cérémonie qui fêté son 10ème anniversaire. Et Alberto Granado Duque, directeur de la Maison de l'Afrique nous offre un résumé du travail éducatif et culturel réalisé par cette institution durant les 25 dernières années.

 

Dans Arts, la docteur Graziella Pogolotti nous invite à réfléchir sur les politiques culturelles, la fonction de l'art et l’engagement de l'artiste et l’authentique démocratisation de la culture. Le chercheur Raúl Ruiz Miyares, de la Maison des Caraïbes de Santiago de Cuba, présente le plasticien Oandris Tejeiro, « Joa », à travers son œuvre présentée dans l'exposition Non Fashion. Miguel Barnet, président de l'Union des Écrivains et des Artistes de Cuba (UNEAC) fait l'éloge de l'art du danseur Carlos Acosta, le qualifiant comme la plus pure expression de la tradition de la danse cubaine. Et, Vilma N. Ponce Suárez, investigatrice de la Bibliothèque Nationale de Cuba « José Martí », nous présente le résultat de sa recherche sur la revue Cuba. Revolution et/and Culture publiée durant les années 60, en français et en anglais, et qui a été dirigé par Reynaldo González.

 

Dans la section Lire Martí nous continuons avec la dixième partie de la chronique La Fête de la Statue de la Liberté.