IIIIIIIIIIIIIIII
Le retour de Médée
Par Sarahí García Contreras Traduit par Alain de Cullant
Lire tous les auteurs inspirés de la tragédie grecque a été vital pour Nelson Dorr: Euripide, Sénèque et Corneille qui avec Molière et Racine forme la trilogie du théâtre classique français.
Illustration par : René Portocarrero

Médée, la grande tragédie grecque, a été présentée sur la scène du théâtre Mella de La Havane durant le mois de janvier. Le défi de sauver cette œuvre et de la mettre en scène a été à la charge du directeur Nelson Dorr, qui a admis que cela faisait de nombreuses années que ce classique avait été totalement oublié des planches cubaines.

« Quand je me suis intéressé à monter Médée, je me rappelle que j’ai commencé à demander aux jeunes quand avait été la dernière fois qu'ils avaient entendu parler de ce classique. J’ai alors vérifié que personne ne s’en rappelait et que l'idée qu'ils avaient de ce genre de théâtre était très éloignée des valeurs qu'il mérite vraiment », nous a dit Nelson Dorr.

Le directeur Nelson Dorr explique que seulement la danse avait été travaillée dans l'argument que propose l'œuvre théâtrale, et il rappelle avec plaisir la chorégraphie qu’a conçu Ramiro Guerra.

Lire tous les auteurs qui se sont inspirés de la tragédie grecque a été vital pour Nelson Dorr ; ainsi il a relu Euripide, Sénèque et Corneille, cet auteur qui, avec Molière et Racine forme la trilogie du théâtre classique français.

« Le texte de Corneille a été celui qui m’a paru le plus contemporain, peut-être parce qu'il était moins bariolé que rhétorique, et ainsi j'ai dû synthétiser de nombreux dialogues. De nos jours les gens ne sont pas habitués à ces textes interminables, qui prennent des heures pour les interpréter, et cela nous le devons aux auteurs nord-américains, regardons le cas d'Arthur Miller », explique Nelson Dorr.

En essayant de synthétiser la trame, Dorr craignait de mettre un terme à la trame et à son essence, c'est pour cette raison qu’il a passé tant de mois à écrire Médée, jusqu'à ce qu'il soit satisfait avec son produit final.

Après tant de mois d'étude, de relecture et de concevoir maintes et maintes fois les dialogues de ses personnages, Dorr est entré dans une nouvelle phase pour son œuvre : choisir les acteurs adéquats.

« Il faut rendre ce théâtre fort, ce qui exige beaucoup d’acteurs, alors j'ai trouvé María Teresa Pina pour le rôle de Médée, car elle a la voix et le tempérament nécessaires pour incarner ce rôle ; Miguel Fonseca dans le personnage de Jason et Carlos Padrón comme le roi Créon, pour sa stature et cette voix forte qui peut inonder le théâtre ».

Pour la mise en scène de Médée, son directeur a aussi assumé le dessin des costumes, de l’éclairage et de la scénographie, car il ressentait fortement et se sentait proche de cette œuvre sur laquelle il a travaillé si longtemps.

Dans la partie du chœur, Dorr a compté la présence du groupe Orisha Oco, une proposition donnant de la force à la mise en scène. De même le directeur commente se sentir heureux avec les interprètes de la pièce. Son seul désir est que les jeunes viennent au théâtre Mella afin qu'ils se libèrent de tous les préjugés qu’ils pourraient avoir avec ce genre de théâtre et, ensuite, qu’ils lisent l'œuvre. 

Après des années d'absence sur les planches cubaines, la grande tragédie grecque Médée revient pour la joie de beaucoup, une proposition que nous a offert le directeur Nelson Dorr durant tout le mois de janvier dans le théâtre Mella de La Havane.