IIIIIIIIIIIIIIII
Poésies
Par José Martí Traduit par Armand Godoy
La poésie de José Martí de son recueil de poèmes Versos sencillos
Illustration par : Ernesto Fernández

 XXX

 La foudre inonde de sang

Vermeil le sombre nuage.

Ils sortent, nus, cent à cent,

Les nègres du long voyage.

Le vent fouette le prairie,

Brise les arbres chenus,

Et häte la théorie

Lente des esclaves nus.

Une mère épouvantée

Passe criant: "Au secours!"

Les baraques, la jetée

Et les bois tremblent toujours...

.........................

Tout rouge, comme au désert,

Le soleil lance sa lave

Sur le corps d´un nègre esclave

Qui pend d´un tamarin vert. 

Un enfant le vit, et fort,

Fort d´être, à son tour, victime,

Il cria devant le mort:

"Mon sang lavera ce crime" 

Tiré de: José Martí. Poésies. Traduites en français par Armand Godoy. Éditions Bernard Grasset, Paris, 1937.