IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba : Janvier 2012
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
L’histoire et la culture auront un espace privilégié dans les numéros que nous offrirons cette année.
Illustration par : Ernesto Fernández

La revue Lettres de Cuba est en ligne avec son premier numéro de 2012. Une nouvelle année avec des nouveaux défis qui se présentent pour améliorer l’insertion de notre publication dans les réseaux sociaux ainsi que pour avoir une meilleure visibilité dans le réseau des réseaux.

Les faits de l’histoire et de la culture auront un espace privilégié dans les numéros que nous offrirons cette année alors que nous fêterons le 400e anniversaire de l’apparition de la Vierge de la Caridad del Cobre, Patronne de Cuba, dans les eaux de la baie de Nipe. Le bicentenaire de l’exécution de José Antonio Aponte qui dirigea un vaste mouvement de Noirs libres et esclaves de toute l’île ainsi que le centenaire du massacre des membres du Parti des Indépendants de Couleur. Nous rendrons aussi hommage au peintre René Portocarrero et au dramaturge Virgilio Piñera à l’occasion du centenaire de leur naissance.

Lors des premiers jours de janvier nous célébrons le XXVIe anniversaire de la fondation de la Maison de l’Afrique, qui convoque tous les ans l’Atelier d’Anthropologie avec la participation de spécialistes et de membres du corps diplomatique des pays frères africains exposant les liens qui nous unissent à ce continent faisant partie indissoluble de notre identité nationale. D’autre part, le prix littéraire Casa de las Américas sera inauguré par le reconnu intellectuel Eduardo Galeano le 16 janvier.

Parmi les grand évènements qui trouveront un espace de divulgation dans notre revue durant 2012 nous pouvons signaler la Foire Internationale du Livre, dédiée à Ambrosio Fornet et Zolia Lapique et ayant comme invités d’honneur les pays des Caraïbes ; le Festival du Cinéma Pauvre Humberto Solás, qui convoque une nouvelle édition dans la ville de Gibara dédiée cette année à la femme dans le cinéma ; les Romerías de Mayo à Holguín ; la Foire Internationale Cubadisco ; le Fête des Caraïbes ou Fête du Feu, à Santiago de Cuba, qui aura la Martinique comme invitée spécial ; l’événement international des artistes du cirque Circuba ; le Festival International de Ballet ; la Foire Internationale de l’Artisanat et le Festival International du Cinéma Latino-américain.

Rencontres publie les paroles de Rafael de la Osa lors de l’ouverture des Secondes Journées de la Culture Cubaine dans les milieux numériques ainsi que la conférence offerte par Carlos Alberto Más Zabala intitulée À 10 ans de la présence cubaine dans le cyberespace, où il affirme que le cyberespace est aujourd’hui la plus importante scène de participation et d’opinion de la culture cubaine. En donnant suite à la présence de notre culture sur Internet, la Docteur Carmen Suárez León aborde les objectifs et les défis technologiques que nous affrontons dans la conception de la revue Lettres de Cuba qui fête son huitième anniversaire dans le réseau des réseaux. Nous fermons la section avec l’inégalable collaboration du philosophe, artiste et ami de Cuba Hervé Fischer, en publiant la première partie de sa conférence L’impact des technologies numériques sur nos sociétés : défis, vertus et défauts, offerte à La Havane le 6 décembre dans l’Institut Juan Marinello.

Lettres rend hommage à notre Apotre José Martí à travers deux intellectuels qui ont dédié leur vie et leur œuvre au Maître : Fina García Marruz et Cintio Vitier. La poétesse cubaine vient de recevoir le Prix Reine Sofía en Espagne, un des plus importants de notre langue. Nous publions intégralement ses paroles de remerciements lors de la remise de ce laurier. De Cintio Vitier, nous offrons Martí, ce soleil du monde moral où il signale que Martí incarne un nouveau genre de révolutionnaire qui ne se résigne pas à partir des postulats du colonisateur. L’essayiste Enrique Sainz, membre de l’Académie Cubaine de la Langue, dans son article La famille d’Orígenes : la solidité d'une poésie, souligne les deux traits qui distinguent l’œuvre du Groupe Orígenes dans la culture cubaine : l’extraordinaire richesse de son apport et le diversité des styles dans le formidable ensemble des idées et des recherches qui lui donnent une unité.

Interview conte les révélations faites par le peintre Adigio Benítez, Prix National des Arts Plastiques 2002 à la journaliste Estrella Diaz, sur sa prochaine exposition qui sera inaugurée ce mois dans la Galerie L’Acacia, pour fêter son 88e anniversaire.

Dans Trésors, l’investigatrice María del Rosario Díaz aborde la présence des Caraïbes dans l’œuvre de Don Fernando Ortiz. De  la revue   Opus Habana, nous avons choisi Le jour des Rois Noirs, une chronique de mœurs écrite par Celia María González Rodríguez où se mélangent le temps de la colonie et le XXIe siècle quand, chaque 6 janvier, le jour des rois mages, l’Afrique renaît à La Havane à travers les chants et les danses racontant les histoires ancestrales de ces hommes et de ces femmes arrachés de leur terre pour vivre sous le cruel régime de l’esclavagisme et qui jouissaient de leur seul jour de « liberté ».

Le Docteur Eusebio Leal Spengler expose ses considérations sur l’œuvre La Virgen de la Caridad del Cobre: Historia y Etnográfica de Don Fernando Ortiz.

En 1869, seulement deux mois et demi après que Carlos Manuel de Céspedes ait commencé la Guerre d’Indépendance à La Demagua, la ville de Bayamo a été incendiée avant de retomber entre les mains des Espagnols. Idelmis Mari Aguilera nous approche de la recherche de l’historien José Maceo Verdecia pour nous faire connaitre les édifices qui n’ont pas été touchés par les flammes et qui perdurent jusqu’à nos jours.

Arts présente l’article L'éthique dans Pourquoi la Révolution Cubaine ? de l’éditrice Martha Pon de la maison d’édition Capitán San Luís où elle signale que c’est un livre conçu depuis l’éthique et l’esthétique historique et politique ; un livre qui identifie les idéals de liberté du peuple cubain.

Le chercheur Félix Julio Alfonso López approfondit, dans L’Histoire en images : La «Bible » perdue de José Antonio Aponte, les antécédents historiques du début du XIXe siècle pour aborder l'argument du roman d’Ernesto  Peña González, lauréat du prix Alejo Carpentier 2010.

Les collaborateurs de notre revue, Ramón Cabrales et Rufino del Valle, nous offre des détails sur la vie et l’œuvre du photographe Ernesto Fernández Nogueras, Prix National des Arts Plastique 2011.

La section Arts ferme avec la présentation du multimédia Juan Formell y Los Van Van par José Luis Prado Ramirez. Un produit de « Ediciones Cubarte » ayant une grande acceptation par le public cubain et étranger pour la qualité de son contenu et la fonctionnalité dans sa navigation.

Lire Martí s’enrichit avec la publication des Vers Simples, traduits en français par Armand Godoy, publiés dans Poésies, Editions Bernard Grasset, Paris, 1937.

Ce numéro est illustré par des photographies d’Ernesto Fernández Nogueras et compte aussi d’importantes galleries qui enrichissennt visuellement notre revue.