IIIIIIIIIIIIIIII
À propos du livre France et Cuba, petit manuel d´une relation particulière, de Philippe Mano
Par Carmen Suárez León Traduit par Alain de Cullant
Le journaliste et écrivain français Philippe Mano a construit entre son pays et Cuba un lien affectif de nombreuses années alimenté par ses nombreuses visites sur cette île, son admiration pour l’île et son travail soutenu de coopération culturelle.
Illustration par : Reinerio Tamayo

Publié en 2018, un livre convivial circule parmi nous qui, selon son auteur, n’est pas « Ni livre d’historien, ni dictionnaire amoureux, mais plutôt un cabinet de curiosités à faire partager ». Sans aucun doute, la vocation de partager ses expériences et ses lectures préside ce livre court et passionné. Le journaliste et écrivain français Philippe Mano a construit entre son pays et Cuba un lien affectif de nombreuses années alimenté par ses nombreuses visites sur cette île, son admiration pour l’île et son travail soutenu de coopération culturelle.

L’avant-propos est de l’historien Jean Mendelson, qui a été ambassadeur de France à Cuba entre 2010 et 2015, et est conformé comme une interview dans laquelle l’auteur du livre s’interroge sur le cours des relations entre la France et Cuba à travers le temps et certaines caractéristiques marquant cette fréquentation comme par exemple le caractère de refuge que Cuba a signifié pour de nombreux Français, comme le duc d’Orléans, ou les colons français qui ont fui vers l’île vers 1800, ou sur l’impact des idées de la Révolution Française quant à l’indépendance de Cuba et le caractère de la relation particulière entre les deux pays.

Avec cette entrée s’ouvre le livre qui commente et recueille ensuite des personnages et des événements qui ont construit des ponts entre les cultures cubaines et françaises. À la suite une délicieuse introduction qui nous propose les deux chapitres du livre : « Une histoire à partager » et « La France et Cuba après 1959 » pour conclure avec un épilogue.

Dans son ensemble, alors que le premier chapitre présente et commente les différentes approches culturelles, la présence de Français à Cuba et celle des Cubains en France, le second comprend les points cruciaux des relations de l’État cubain avec l’État français après 1959 ainsi que les relations de la gauche française avec Cuba, ainsi que les actions de solidarité et de coopération, les réactions en France à la mort de Fidel Castro et les commentaires sur les aspects géopolitiques de la communication des médias pour terminer avec la création de la Maison Victor Hugo en 2005. 

L’épilogue, intitulé « Nous sommes tant aimés » et une Postface fermant ce livre qui passe en revue avec amour les relations historiques de nos deux peuples, toujours enrichis par les expériences de l’auteur, qui est intervenu, au fil du temps, dans de nombreuses actions de coopération jusqu’à ce jour.