IIIIIIIIIIIIIIII
Le Parc José Martí de Palma Soriano
Par Rosendo Martínez Traduit par Alain de Cullant
L’histoire du Parc José Martí et le monument érigé par le sculpteur italien Umberto Dibianco à Palma Soriano.

Le Parc José Martí de Palma Soriano : reconnu Monument National de connotation significative étroitement lié à l’itinéraire post-mortem de José Julián Martí Pérez, Héros National de Cuba, car ses restes ont reposé le 25 et 26 mai 1895 dans ce village lors de son passage vers Santiago de Cuba.

Histoire

Depuis la fondation de Palma Soriano en 1775, un terrain qu’il occupe aujourd’hui a été destiné à la construction d’une place qui servirait de distraction à ses habitants. Pendant de nombreuses années, en raison de la faible importance de la population, la place a été utilisée pour faire brouter les animaux et, aussi, comme champ d’exercices militaires pour les troupes espagnoles. En 1880, deux rangées d’arbres ont été plantées, traçant ainsi une voie autour du terrain, mais comme il n’y avait pas de bancs et le sol était encore le naturel, avec la croissance conséquente de l’herbe, les habitants ne l’utilisaient que de raccourcir le chemin d’une rue à l’autre.

En 1894, malgré le mécontentement des habitants du village, en particulier parmi les jeunes de l’époque qui n’était pas satisfaite avec le gouvernement espagnol, une corrida a été organisée, ce qui a été un grand événement, à la fois pour les jeunes taureaux qui ont été présentés que pour les toreros : tous des jeunes de Palma Soriano. L’événement a eu lieu sur la Plaza de Armas (aujourd’hui, Parc José Martí), organisé par Don Eduardo Vázquez, cacique de Palma Soriano, le tronc d’une famille ancienne et estimée. Quelques années plus tard, le lieutenant-colonel D. Cesáreo Ruiz Valero, dans le but d’éviter le pâturage des animaux, a demandé de le clôturer et a ordonné de construire le seul trottoir de pierres qui existaient dans la rue Real (aujourd’hui Martí), mais le trottoir ne tarda pas à revenir à sa forme précédente jusqu’à l’avènement de la République.

La naissance du Parc Martí

En 1898, à la fin de la guerre, l’entrée de l’escadron « CUMANÁ », du général Cebreco, a été célébrée avec de grandes démonstrations de jubilation, offrant un grand acte de cubanía et de patriotisme dans le même endroit où, trois ans plus tôt, le cadavre de José Martí avait été exposé par les espagnols. Pratiquement tous les habitants étaient réunis ici et les officiers mambises Arístides García, Jorge Puente et Federico de Las Cuevas ont parlé. La Plaza de Armas a été baptisée comme parc de l’Apôtre José Martí. En 1905, le commandant Arístides Garcia, étant maire de Palma, a fait construire un mur sur ses quatre côtés, les arbres ont été enlevés et le terrain nivelé. À la fin de ces travaux, 16 bancs en bois et 4 lampadaires à huile ont été installés sur chaque angle.

Durant le mois de juillet de 1909, un chemin de fer miniature a été installé au moyen de l’autorisation correspondante dans le Parque Martí, propriété de M. Mariano Berland, qui a fait les délices des enfants qui ne se fatiguent pas de faire des tours dans le petit train. Tous les quinze jours, M. Mariano Berland offrait l’argent collecté au profit du parc Martí qui était alors de terre. En décembre 1910, un comité « Pour le Parc Martí » a été constitué afin de collecter des fonds pour le pavage et l’embellissement ; ceci a eu un grand succès et, en quelques jours, le trésorier de ce comité, M. Eduardo Vázquez, a informé qu’il avait déjà $1 399,40. Cette collecte a été réalisée entre les habitants et les commerçants, la firme Fiol et Hnos a conduit la collecte avec $200,00.

Le tracé de l’œuvre a été faite par l’arpenteur M. Manuel Ibarra et le contrat par M. Jaime Miró. Le nombre total de donateurs était de 77, y compris celui du pasteur P. Ramos avec 10 pesos. Les pièces justificatives sont dans le dossier de M. Eduardo Vázquez, recevant les travaux le 29 novembre 1910. Bien qu’avec cet argent on ne pouvait pas finir son pavage, cela l’a relativement embelli, le parc étant visité le soir par les jeunes de l’époque. Les travaux du parc étaient : une rocade dallée, des rues transversales sur chacun des côtés quatre coins et depuis les demis pâtés de maisons, de sorte que les espaces forment des triangles ayant le sommet vers le centre, des triangles utilisés comme jardins, et au milieu une rotonde.

Des bancs en bois avec des dossiers ont été placés sur les promenades et l’éclairage électrique a été installé. Des affiches dans le parc annonçaient habituellement le film qu’offrait le théâtre Martí, qui était de bois et de zinc, propriété des hommes d’affaires Boda et Carbonell ; ce théâtre a été ensuite appelé « Principal », puis « Lupita » et, aujourd’hui, « Liberación ».

Le monument à l’Apôtre

Le 6 mai 1910, le journal El Cubano Libre informait : « Demain, M. José Rafael Estrada, conseiller du Conseil Municipal de Palma, commencera à visiter toutes les villes de la République pour collecter des dons pour la souscription, initié par lui, destinée à la création d’un monument à Martí, dans le champ de Dos Riós. À partir de ce moment, le rythme des événements a été accéléré, les donations ont alors permis de contracter le projet et l’exécution du monument en Italie, comme cela était habituelle à cette époque.

Un peu plus d’un an plus tard, ledit journal s’est référé à l’arrivée, dans le port de Santiago de Cuba, provenant de Carrare, Italie, du monument à Martí et il commentait : « Ce monument, tout en marbre, divisé en 45 caisses, a été fait par le sculpteur Umberto Dibianco, et son coût s’élève à la somme de $5 000,00 ». Tout pointe vers un aboutissement heureux du projet, cependant, le 29 janvier 1912, le maire de Palma, M. Gerardo Gómez Ajá, a informé le Gouverneur Provincial que lors d’une visite à la maison d’Estrada, il avait vu les caisses contenant le monument , et que celui-ci l’avait informé : « Qu’il avait le but de gérer, ces jours-ci, ce qu’il manque pour terminer l’œuvre et qu’il n’avait pas apporté ledit monument à Dos Rios car, matériellement, il n’y a pas de routes et tant qu’elles ne seront pas faites, il est impossible de vérifier leur transport, car les caisses étaient extrêmement grandes et lourdes et qu’il avait résolu de les protéger avec des bâches pour éviter toute détérioration jusqu’à ce que leur transfert soit sûr ».

C’est à partie de ce moment qu’il y a eu un intérêt manifeste par les différents secteurs de classes pour équiper le Parc Martí d’un obélisque, qui rappellerait le séjour temporaire des restes de l’Apôtre lors de son transfert à Santiago de Cuba. Les grandes caisses en bois sont restées sous les portails de la résidence privée de José Rafael Estrada, entre les rues Maceo et Donato Marmol, pendant plusieurs mois. Là, José Rafael recevait les visites de journalistes et d’amis, essayant de le convaincre qu’il « approuve à remplacer le monument dans le Parc Martí de cette ville, car il serait mieux dans le parc, etc.… ».  Après plusieurs mois, comprenant les raisons des amis et des adeptes de Martí, il a accepté que le monument soit placé dans le Parc Martí. Le 25 août 1912, le capitaine de l’Armée Libératrice, avocat et notaire public Arturo Villalón Morales, a écrit l’acte notarial, se référant au placement de la première pierre du monument à Martí dans le parc qui porte son nom, suite aux exigences de José Rafael Estrada, Président du Conseil municipal.

Le général Jesús Rabí a été désigné par les vétérans pour dévoiler le monument, il est arrivé à Palma le 19 mai, où il était attendu et applaudi par les habitants, avec ses compagnons Heliodoro Rabí, Leonardo Pacheco, Ángel Urbina et Evaristo Almenars. Les activités ont débuté le 19 mai, à huit heures, avec une retraite funéraire dans le parc, où la population était réunie, qui a attendu jusqu’à midi pour hisser le drapeau. Le 20 mai 1913, à seize heures, tel que cela a été conçu par le Gouvernement Municipal, la fanfare locale, dirigé par Ángel Peralta Téllez, a parcouru les différentes rues en interprétant des œuvres de son répertoire.

Tous les habitants ont été des participants actifs de ce programme. Les écoles publiques et privées marchaient dans les rues et se sont concentrées sur la place. Rafael Estrada est monté à la tribune, il a offert des renseignements sur le monument, puis le général Rabbi a dévoilé l’œuvre qui a été immédiatement remplie de fleurs. Ensuite le licencié Gonzalo Manet et le Dr Villalón ont parlé. À quinze heures, les vétérans ont défilé devant le monument, à la tête desquels se trouvait le général Rabí qui, selon les dires, a concentré son regard sur l’Apôtre. Après cette cérémonie patriotique, les gens ont apprécié les festivités, avec des lâchés de ballons et des feux d’artifice. À partir de ce moment on peut voir ce monument dans le Parc Martí, dont le caractère funéraire est étrange pour ceux qui ne connaissent que son destin était Dos Ríos et que le hasard l’a emmené là.

Les caractéristiques du monument

Ce monument correspond à l’école italienne de sculpture du début du XXe siècle, qui a eu tant d’incidence à Cuba et par conséquent dans la région orientale. Il fait partie des projets commandés à cette période pour signaler et embellir les sites de hauts mérites historiques. D’une technique raffinée, où la qualité de la sculpture et la maîtrise dans les détails excelle, le sculpteur susmentionné Umberto Dibianco a synthétisé en images ce qu’il avait reçu dans une mémoire descriptive et les photographies. Le monument, tout en marbre de Carrare, est composé d’un obélisque de 9 mètres de haut et d’un groupe sculptural qui le précède sur son front.

Une large plate-forme intègre ces deux parties : la première constitue la superposition d’un piédestal modulé, où apparaissent sur certaines de ses faces des inscriptions explicatives et l’un des vers simples. Sur cette base suit une large colonne avec le buste de l’Apôtre comptant une plaque avec son nom, Martí, au-dessus et couvrant l’obélisque il y a une pyramide commémorative de section triangulaire rainurée, imitant des blocs superposés, chacune décorées par des bordures entrelacées.

Le groupe sculptural est composé de trois figures interdépendantes pour leur disposition et leurs attitudes. L’idée centrale de la douleur et la vénération au héros, se reflète ici en symboles, comme la Mère Patrie - avec tous ses attributs - déposant des fleurs, et le soldat, genou sur le sol, respectueux et attristé, en laissant tomber doucement le drapeau sur l’urne funérailles.

Son expressivité assimile fortement la sollicitude martiana qui apparaît inscrite sur la plaque frontale : « Je veux quand je meurs sans Patrie mais pas sans maître, avoir un bouquet de fleurs et un drapeau sur ma dalle ». Le reste des inscriptions atteste de la naissance et de la mort du héros : « Ce monument a été érigé à la demande du peuple de Cuba, avec des fonds recueillis personnellement lors d’un pèlerinage patriotique de M. José Rafael Estrada ». Le monument du Parc Martí, rappelle la triste nuit du 25 mai, quand la Patrie plongée dans le statut colonial a souffert de la perte de l’un de ses enfants éminents. Cette réalité d’hier, sert aujourd’hui, plus que de donner la continuité à la douleur de ces jours, à garder sa pensée vivante, une source inépuisable et productive dans laquelle les nouvelles générations trouveront toujours beaucoup à apprendre et à faire pour le bien de notre peuple.