IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba: Septembre 2011
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Cette année a été déclarée l’Année des Personnes d’Ascendance Africaine par l'UNESCO et dans notre pays ont lieu différents événements et rencontres en rapport avec cette commémoration.

La revue Lettres de Cuba est en ligne avec les diverses propositions de ce mois de septembre 2011. Cette année a été déclarée l’Année des Personnes d’Ascendance Africaine par l'UNESCO et dans notre pays, dès le mois de janvier, ont lieu différents événements et rencontres en rapport avec cette commémoration. Une de ces rencontres a eu lieu à La Havane au mois de juin, le séminaire « Cuba et les Personnes d’Ascendance Africaine en Amérique », ainsi que le « IVème Forum International des Personnes d’Ascendance Africaine dans Notre Amérique », célébré à Caracas.    

 

À La Havane et à Matanzas, du 1er au 6 septembre, aura lieu l’événement « Timbalaye », le IIIème Festival International de la Rumba, qui fêtera cette proclamation avec la participation de nombreux instrumentistes, musicologues, ethnologues et historiens qui reconnaissent la rumba et sa sonorité particulière comme un fondement d'autres rythmes, en plus de porter en elle les racines ancestrales qui identifient l'identité nationale.

 

Rencontres, à travers l'article de Miraida Medina, L'opéra à Cuba. Fascinant, nous invite à connaître l'histoire de cette manifestation artistique dans La Havane de la fin du XVIIIème au début du XXème, avec les visites d'illustres artistes européens jusqu'à la fin de sa période de splendeur dans notre pays à cause de la chute du prix du sucre après la Première Guerre Mondiale.    

   

Selon le journaliste Jorge Smith, lors de la période républicaine cubaine, le chef d'orchestre Erick Kleiber, a laissé un héritage important en incluant des œuvres de compositeurs cubains dans son répertoire comme Amadeo Roldán, Alejandro García Caturla, Julian Orbón, Gilberto Valdés, Pablo Ruíz Castellanos et le cubano-catalan José Ardévol.

 

Au XXIème siècle les Cubains ont eu l'opportunité d’apprécier trois concerts offerts par l'Orchestre Symphonique de l'Université de Harvard Radcliffe à l’occasion de sa première visite dans l'île, Mabel Machado nous recréée cette visite dans son article La symphonie d’Harvard et de Cuba en trois mouvements.

   

La section Lettres offre la première partie du texte L'identité universelle de l'homme, de Carlos Alberto Mas Zabala, inclus dans le livre d’essai José Martí: del antiesclavismo a la integración racial, publié par la maison d’édition Ciencias Sociales. L'auteur affirme que l'égalité entre les êtres humains, qu'importe son origine, sa couleur de peau, sa position sociale, son sexe et, y compris, sa contribution à la cause libératrice, était une obsession dans la pensée de José Martí.

 

Le journaliste Pedro de la Hoz a pris part au IVème Forum International des Personnes d’Ascendance Africaine dans Notre Amérique, à Caracas. Dans son intervention il a expliqué comment la Révolution Cubaine a dynamité les bases institutionnelles de la discrimination raciale. Des mesures et des actions comme la campagne d'alphabétisation, la récupération des biens usurpés, la nationalisation des richesses du pays, la réforme agraire et la révolution éducationnelle et culturelle mises en marche ont ouvert des nouveaux horizons, non seulement aux personnes d’ascendance africaine, mais à tous les secteurs qui avaient souffert de la marginalisation et de la discrimination.

 

Pour la pertinence du séminaire « Cuba et les Personnes d’Ascendance Africaine en Amérique » célébré dans notre pays au mois de juin, nous offrons le discours du Prix National des Sciences Sociales Fernando Martínez Heredia lors de l’inauguration de l’événement.

 

Interview compte les critères du vice-ministre de la culture Fernando Rojas sur certains aspects en rapport avec le rôle des institutions culturelles quant à l’élimination du racisme, exposés à la journaliste Marianela González dans le cadre de ce séminaire lors d’une rencontre avec le fonctionnaire au siège havanais de la Fondation Ludwig.    

 

Dans Trésors, Eduardo Robreño nous invite à nous promener et à découvrir l'histoire de la « Acera del Louvre ».

   

D’autre part, Marta Gómez Ferrals, dans son article Le legs de la Tumba Francesa, affirme que si la Tumba Francesa de la Caridad de Oriente de Santiago de Cuba a reçu de forme ponctuelle la condition de Chef-d’œuvre du Patrimoine Oral et Immatériel de l'Humanité accordée par l'UNESCO, cette reconnaissance rend aussi honneur à ses semblables de Pompadour et de Bejuco dans les provinces de Guantánamo et d’Holguín.    

 

Dans les éditions antérieures de notre revue nous avons publié les différentes parties de la recherche de l’illustre historien José Luciano Franco, La Bataille pour la domination des Caraïbes publiée dans la revue Anales del Caribe de la Casa de las Américas. Dans cette dernière partie de l’essai, l'historien argue : « L'intervention américaine dans la guerre d'indépendance de Cuba a été le pas décisif qui a ouvert la marche de l'impérialisme comme colonisateur des Caraïbes ».

   

Les Arts nous présente l'article de la docteur Graziella Pogolotti, Domingo Ravenet. L’artiste et ses contemporains. La prestigieuse investigatrice signale : « Dans le cas de Ravenet, il y a un composant très spécial : en plus d’être peintre et sculpteur, il a toujours eu une vocation d'animateur de la culture et il a été un des protagonistes des grandes expositions des arts plastiques cubains qui ont été faites pour la première fois au début des années 40 ».

 

Bola de Nieve fêterait son centenaire en septembre 2011. Le docteur Rolando Álvarez Estévez rend hommage à cette personnalité de notre culture. Nous nous rappellerons aussi que la célèbre chanteuse Edith Piaf a déclaré « Personne ne chante La vie en rose comme lui ».   

   

Pour fermer notre section sur les arts nous comptons deux articles sur deux grandes institutions en relations avec la formation de nos artistes. L’Académie de San Alejandro : Une nouvelle génération d'artistes, de Jorge Luís Rodríguez Aguilar, sous-directeur de cette institution et directeur artistique de Lettres de Cuba, et une chronique sur l'Institut Supérieur de l'Art qui fête son 35ème anniversaire de travail ardu et qui compte, en ce moment, deux filiales à Holguín et à Camagüey, et une Unité d’enseignement à Santiago de Cuba.    

 

Lire Martí publiera en septembre, octobre, novembre et décembre, l’essai Notre Amérique qui a été publié il y a 120 ans dans La Revista Ilustrada de Nueva York, le 1er janvier 1891 et dans El Partido Liberal (Mexique), le 30 janvier 1891. Il est possible de publier le travail médullaire de notre Apôtre en français grâce à la traduction et aux annotations réalisées par Jacques-François Bonaldi   

Deux galeries peuvent être appréciées, une dédiée a l’œuvre de Domingo Ravenet et l’autre à la création artistique de jeunes diplômés de San Alejandro.

Le numéro de ce mois est illustré avec les œuvres des étudiants de l'Académie San Alejandro.