IIIIIIIIIIIIIIII
La danse, la boxe et le film noir à La Havane
Par Diana Ferreiro Traduit par Alain de Cullant
Arturo Santana a placé son premier film Bailando con Margot entre les combats de boxe, la mafia et les sauts continus dans le passé, lors des années de la République, C’est un mélange des plusieurs genres : le film noir, le cinéma de sports et la comédie musicale.
Illustration par : Pedro de Oraá

Arturo Santana a placé son premier film Bailando con Margot  entre les combats de boxe, la mafia et les sauts continus dans le passé, lors des années de la République, un long-métrage pensé il y a 20 ans.

Bailando con Margot  est un film de genre, de deux heures. Il commence à l'aube du 31 décembre 1958, à partir du vol d'une peinture célèbre dans la demeure de la veuve Margot Zarate, à La Havane et de l'arrivée d'un détective à cet endroit. La découverte de certaines pistes apparentes nous mènent alors vers le passé et, à partir de là, nous saurons de quoi il s’agit », a conté Arturo Santana.

Les rôles principaux du film sont interprétés par Mirtha Ibarra (Margot), Erdwin Fernández (Rafa) et Niu Ventura (Esteban), ainsi que d'autres acteurs tels que Yeniset Soria (Margot jeune), Jorge Enrique Caballero (Joe) et Rodolfo Faxas (le boxeur).

L’investigation, racontée comme une anecdote du détective (Rafa), se déroule dans le lieu des faits le dernier jour de 1958, dans un contexte d'amours, de ruptures, de trahisons, de vices, de sport, de danse... Les différentes découvertes guideront le reste de l'intrigue.

L'acteur Niu Ventura Bring, qui joue le personnage d’Esteban, le compagnon de Margot, a déclaré que c'était une grande opportunité et un travail de recherche quant au comportement et à la gestualité.

Le film se déroulant en différentes périodes (aujourd'hui et dans les années 20, 30, et 50), cela a aussi été un défi pour la photographie d’obtenir une reconstitution adéquate de ces environnements et, en même temps, l'uniformité de l'image dans chacun d'eux.

À cet égard, Angel Alderete, directeur de la photographie du long-métrage, a commenté : « J’ai dû beaucoup étudier les trois époques, le film noir nord-américain et l'expressionnisme allemand, qui est l'un des principaux piliers sur lesquels je me suis basé pour pouvoir faire ce travail ».

Un des sets fondamentaux du film – a expliqué Santana - est la référence d’un célèbre combat de boxe qui s’est déroulé à La Havane au début du siècle, car Bailando con Margot  est un projet que le directeur avait depuis le début des années 1990, dans lequel il y a trois histoires de boxe, maintenant agrémentées avec le mélange des plusieurs genres : le film noir, le cinéma de sports et la comédie musicale, cette dernière étant peut-être due pour la formation de son directeur, un notable réalisateur de vidéo-clips dans notre pays.