IIIIIIIIIIIIIIII
« Prenons tous soin de La Havane, la capitale de cette nation »
Par Eusebio Leal Spengler Traduit par Alain de Cullant
La première affiche sur le 500e anniversaire est déjà placée sur le promontoire qui préside l’entrée du Centre Historique, en arrivant sur le Malecón, quand on prend le Tunnel de La Havane.
Illustration par : DANKO

Ce dimanche, les voiles qui couvraient la façade de la Sainte et Métropolitaine Cathédrale de San Cristóbal de La Habana ont été enlevés, suite à une restauration délicate des pierres, qui ont inclus les clochers, les portes, les bronzes de la cathédrale, en préparation de la visite du Pape Francisco. En même temps, il y a aussi eu une restauration intérieure de l'autel que l'Évêque de Cuba, Juan José Díaz de la Espada y Fernández de Landa avait offert à ce temple qui fut sa Cathédrale.

Toute la ville se préparée pour recevoir le Pape et, partout, sur la Plaza de la Revolución, dans différentes avenues et rues, et spécialement dans le Centre Historique, où il sera présent dans la Sainte Église Cathédrale, on a réalisé toutes les actions nécessaires pour l'embellissement de la ville à propos d'une visite ayant une si grande importance, de caractère mondial.

Malgré ceci, dans le fond de la question et devant tant de questions qui me sont posées partout, je dois dire que cette volonté de donner une vie, un éclat et une beauté à la ville doit être permanente. Cet effort doit avoir des résultats, il ne peut pas seulement se dissiper en questions externes ; on doit aller au plus profond des questions qui nous préoccupent tous aujourd'hui. N'oublions pas qu’ils manquent seulement quatre ans pour la célébration du 500e anniversaire de l'établissement définitif de La Havane sur la côte Nord, à la place qu’elle occupe aujourd'hui, juste à côté du port du même nom.

La première affiche sur le 500e anniversaire est déjà placée sur le promontoire qui préside l’entrée du Centre Historique, en arrivant sur le Malecón, quand on prend le Tunnel de La Havane. Sur une sorte de grand almanach apparaissent, et sont retirées – comme les feuilles d’un calendrier – les dates allant de 2015 à 2019.

Cet esprit de la restauration, cet esprit de la reconstruction, devient évident dans le Grand Théâtre de La Havane qui, sous l'auspice du Ministère de la Culture, a reçu non un rajeunissement, mais une restauration comme nous ne l’avions jamais vu depuis que ce bel édifice a été construit - qui a déjà fêté plus de 100 ans -. Il pourrait être - à mon jugement - dans n'importe quelle capitale du monde pour sa beauté et pour sa splendeur, et il porte maintenant le nom de la Prima Ballerina Assoluta Alicia Alonso, car elle a apporté à ce théâtre, ce qui est peut-être le plus important de tous les événements culturels de tous les temps durant son histoire : la création de la compagnie cubaine, et en même temps, sa propre exécutoire comme Grande Maîtresse. Le Grand Théâtre de La Havane Alicia Alonso, est un nom digne pour cette institution.

Mais n'oublions pas qu'à côté le Capitole National est restauré, et que tout près d'ici se lève le nouveau siège du Tribunal Suprême de Justice. N'oublions pas, aussi, que la Manzana de Gómez montre déjà la première façade terminée d'une œuvre de restauration qui, l'année prochaine, surprendra grandement les Havanais. Quand cela sera terminé et que le Parc Central avec la statue de José Martí, une œuvre de l’illustre sculpteur cubain José Villalta de Saavedra, sera restaurée – une question de semaines et de mois -, nous serons devant une renaissance de la belle ville, et cela résultera inspirateur pour les efforts qu'il faut réaliser partout. Maintenant bien, je souscris cela avec l'appel de prendre soin de ce que l’on fait, c’est très important. Prenons tous soin de La Havane, la capitale de cette nation, qui attire l’attention du monde pour sa beauté, pour son mystère, pour son enchantement et, surtout, pour ses gens.