IIIIIIIIIIIIIIII
Message personnel au Pape François
Par Graziella Pogolotti Traduit par Alain de Cullant
L'église catholique a traversé une histoire de deux millénaires. Les symboles et les images qui l’accompagnent ont contribué à configurer une culture qui comprend, à divers degrés, des croyants et des non-croyants, des pharisiens et des personnes de bonne volonté. Elle a un legs multiple.
Illustration par : María Antonia Betancourt

L'église catholique a traversé une histoire de deux millénaires. Les symboles et les images qui l’accompagnent ont contribué à configurer une culture qui comprend, à divers degrés, des croyants et des non-croyants, des pharisiens et des personnes de bonne volonté. Elle a un legs multiple. Le Poverello d’Assise associe sa conduite aux démunis. Ignacio de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus, a organisé les troupes sur la base d'une discipline stricte et de la plus rigoureuse étude des sciences et des sciences humaines à un moment crucial pour l'avenir du catholicisme. Luther s’était soulevé contre les exactions envers les abandonnés destinés à soutenir l'apparat de la cour du Vatican. Le memento mori , réitéré dans l'art des messages de l’art jésuite, rappelait à tous l'égalité qui nous unit dans le moment final, la nature éphémère de la vie et des biens terrestres. L'église a apporté la croix et l’épée en Amérique, mais aussi la parole combative du père Bartolomé de las Casas.

Dans le milieu du 20e siècle, Mgr Ángel Gaztelu, curé de la paroisse de Bauta à ce moment-là, un ami des poètes et des artistes, a édifié une petite église sur la plage voisine de Baracoa, habitée par d’humbles pêcheurs. Le contexte lui a suggère un retour au christianisme primitif. Il officiait la messe face aux fidèles devant une simple table. Le Crucifié, œuvre du sculpteur Alfredo Lozano, pendait du toit, soutenu par un fil métallique. Le visage n'était pas tourné vers le haut. Penché en avant, le corps offrait une protection aux croyants. Également poète, Ángel Gaztelu appartenait à un groupe connu sous le nom de Orígenes.

Je reviens sur les circonstances de votre visite. Depuis un demi-siècle, les Cubains ont lutté en faveur d'une existence plus juste pour tous. Nous avons eu des revers. Nous avons commis des erreurs. Mais notre horizon a toujours été celui de la confiance dans l'amélioration humaine. Nous avons fait face à d’énormes sacrifices, comme José Martí, pour la confiance dans l'amélioration humaine. Sans fléchir quant aux buts indispensables qui remplissent le sens de notre existence, nous entrons dans une nouvelle étape, en vertu du rétablissement des relations avec les États-Unis, le fruit de longues négociations dans lesquelles sa Sainteté a joué un rôle reconnu.

Il n'est pas mon intention d'énumérer les agressions au moyen desquelles on a voulu briser notre volonté de construire un pays différent. À l'heure actuelle, le blocus n'a pas cessé. Sur cette planète convulsée, où la tragédie est devenue une information quotidienne, les effets aliénants des technologies appliquées aux médias nous incluent et nous transcendent. Á la prédation suicidaire de la nature se somment les incommensurables recours destinés à produire une croissante aliénation de l'être humain, chaque fois plus éloignée de sa réalité concrète. Les images séduisantes qui circulent créent une dépendance, interfèrent les relations personnelles, restreignent la capacité de penser. Hypnotisés, nous nous soumettons aux lois et aux paradigmes d'un monde virtuel. Les jeux vidéo forgent des nécessités et des attitudes dès la prime enfance. Dans de nombreux cas, incitant la violence la plus irrationnelle, des super héros sont modélisés et le succès est compensé avec des rétributions en or.

Sa sainteté a manifesté une vocation œcuménique. Pas à pas, la science-fiction a envahi notre quotidien. La séduction des médias exacerbe l'individualisme de la personne isolée. La liberté de pensée est annulée dès la naissance. Un pouvoir masqué émet des messages qui paralysent le développement de la conscience et la capacité de discerner ce que, vulnérable et fragile comme la jonquille de Pascal, il nous façonne à l’image et semblance du Créateur. La prédestination fataliste s’impose sur le libre arbitre. Les différences doctrinales occupent l'arrière-plan quand le pouvoir anonyme du grand capital induit la robotisation de la créature. L'Église Catholique augmente sa présence de convocation, solidaire avec les plus démunis de la Méditerranée et s’affirme dans le dialogue entre les civilisations, à la cessation de la philosophie de la spoliation. Elle dispose également de ressources humaines et financières pour proposer des formes renouvelées de l'emploi des technologies en faveur de la plénitude humaine, de la stimulation de la créativité, de la jouissance de toutes les belles choses qui nous a donné la planète.