IIIIIIIIIIIIIIII
Les 130 ans du théâtre « La Caridad » de Santa Clara
Par Luis Machado Ordetx Traduit par Alain de Cullant
A l'occasion du 130e anniversaire du théâtre aura lieu une réunion afin de reconstituer l'histoire des présentations d'Enrico Caruso, de Luis Roncconi, d'Eusebia Cosme, de Luis Carbonell, d'Alicia Alonso, d'Esther Borja et d'autres prestigieuses personnalités du panorama artistique et littéraire, national ou étranger.
Illustration par : Lisandra Isabel García

Le théâtre « La Caridad », de Santa Clara, un des joyaux architecturaux de Cuba, célèbre le 130e anniversaire de sa fondation le 8 septembre, grâce à l'intérêt et au don de Marta Abreu de Estévez, la patriote et bienfaitrice de la ville.

L'investissement de la majestueuse construction s'élevait à 140 000 pesos or. Son projet est né en 1883 et il a été achevé deux ans plus tard, sous la supervision de l'architecte Herminio C. Leyva,  dans la zones où se trouvait auparavant la chapelle de La Candelaria, en face de la Plaza de Armas de Santa Clara, la ville natale de Marta Abreu, une des héritières de la riche famille de la région, propriétaire d'ingenios azucareros (raffineries sucrières) et de vastes étendues de terre.

Les décorations picturales et sculpturales du théâtre « La Caridad » (1885) ont été faites par Miguel Melero, Miguel Arias, Fernando Bossi et le Philippin Camilo Salaya, qui ont réalisé des panneaux, des médaillons, des portraits et des décors convenant à un des théâtres les plus impressionnants de Cuba, seulement comparable avec la finesse du Terry (1890), de Cienfuegos.

Le théâtre a été achevé en peu plus d'un an, et après son inauguration 38 clauses ont été présentées pour le fonctionnement et la garantie sociale, y compris le double usage, en mémoire des parents, d'aider les pauvres de Santa Clara avec ses revenus.

Il y avait également le devoir que la Marie de la localité prenne soin du théâtre et comme premier devoir, éviter toute utilisation inappropriée pour des représentations immorales et peu édifiantes.

Le théâtre, déclaré Monument National en 1982, a subi des interventions architecturales dans les années 30, 50 et 60 du siècle dernier. Entre 1982 et 1988 il a subi une restauration scientifique, très semblable à celle réalisée en 2009 après l'entretien des systèmes sanitaires, de la protection contre les incendies et de l'électricité.

Parmi les œuvres charitables et humanistes de Marta Abreu de Estévez à Santa Clara, on souligne l'obélisque érigé sur la Plaza de Armas en mémoire aux prêtres Juan de Conyedo et Francisco Hurtado de Mendoza (1886), ainsi que les quatre lavoirs publics (1887) sur les rives des rivières Bélicos et Cubanicay, ainsi qu'un observatoire météorologique municipal (1894), l'éclairage public (1895), sa contribution monétaire et conspiratrice lors de la lutte pour l'indépendance de Cuba contre le colonialisme espagnol et le dispensaire El Amparo (1895) destiné à aider les familles pauvres avec une assistance médicale.

Des spécialistes et des chercheurs de Villa Clara  ont exposé leurs points de vue lors d'un colloque sur la tradition et l'identité qui a eu lieu dans le théâtre de cette ville sur le legs historique de la bienfaitrice de Santa Clara, la patriote Marta Abreu Estévez et l'importance du théâtre « La Caridad », considéré l'une des plus belles constructions de Cuba.

A l'occasion du 130e anniversaire du théâtre aura lieu une réunion afin de reconstituer l'histoire des présentations d'Enrico Caruso, de Luis Roncconi, de l'opéra Scognamiglio, d'Eusebia Cosme, de Luis Carbonell, d'Alicia Alonso, d'Esther Borja et d'autres prestigieuses personnalités du panorama artistique et littéraire, national ou étranger, sur une scène ayant une histoire inhabituelle dans la culture cubaine