IIIIIIIIIIIIIIII
L'église du Sagrado Corazón ou l’église de Reina à La Havane
Par Ciro Bianchi Ross Traduit par Alain de Cullant
La plus haute construction religieuse de Cuba est la parroquia del Sagrado Corazón à La Havane.
Illustration par : Lisandra Isabel García

L'église Jesús de Miramar, sur la Cinquième Avenue havanaise, est, par rapport à la superficie qu'elle occupe, le plus grand temple de Cuba, mais la cathédrale de Santiago la dépasse quant à la capacité pour les fidèles. Cependant, la plus haute construction religieuse de Cuba est la parroquia  del Sagrado Corazón (l'église du Sacré Cœur), communément appelée église de Reina car elle est située dans cette avenue havanaise.. Sa tour possède une hauteur de 50 mètres et la hauteur totale du temple est de 74 mètres. Selon les spécialistes, c'est une édification « importante dans la silhouette de La Havane ».

Les architectes étaient méfiants, à cause des cyclones, de la sécurité et la permanence d'une tour d'une telle hauteur. Mais un jésuite Basque, expert en construction, le frère Luis Gogorza, s'est offert pour la dessiner, et l’œuvre en elle-même a été à la charge de l'architecte Luis Dediot. C'est un authentique style gothique, avec ogive, hautes voûtes ogivales, murs réduits, grandes fenêtres et vitraux lumineux. En somme, c’est une des plus belles églises de Cuba et de toute l'Amérique.

Sa façade et son tour étonnent aux experts. En ce qui concerne l'emplacement, l’inconvénient le plus important visible est le manque de perspective pour pouvoir l’apprécier de loin, mais l’acquisition des terrains proches, libres de constructions, qui lui aurait donné vue et lumière au temple a été impossible.

Cependant, il y a des spécialistes qui ont des points de vue au sujet de la construction de cette église, et le docteur Juan de las Cuevas se charge de le rappeler dans son livre 500 años de construcciones en Cuba.

Comment a-t-elle été construite ? A-t-il écrit dans la revue Arquitectura à ce sujet :

« Construire un temple de ce style à l'heure actuelle alors que le béton, les parpaings, les tiges de fer, sont connus, paraît une tâche facile comparée avec le Moyen-âge, qui ne connaissait seulement la pierre pour atteindre cet équilibre admirable des forces. Cependant, à nos oreilles est arrivé qu'aucune tige de fer n'a été utilisée dans la construction, elle a été faite en pierre et en béton, que des architectes de renom ont douté de la résistances de ses arcs désignés par le frère Gogorza, démontrant avec son travail son énorme humanité ».

D'autres avis assure par ailleurs que, comme presque toutes les églises contemporaines de La Havane, l'église des jésuites avait utilisé des nouveaux matériaux : l'acier, le béton, le ciment en plus de la pierre et que le toit des nefs latérales est monolithique, une fusion de béton et d'acier soutenue par les murs et les colonnes de béton.

Le porche de l’enlise est impressionnant. Il compte une grande image du Cœur de Jésus, sculpté dans le bois, ayant de chaque côté les images des saints jésuites Saint Ignace de Loyola et de Saint François-Xavier. Les 169 vitraux du temple sont célèbres, 33 grands et 136 petits. Ils ont tous été réalisés pour l'église havanaise par la maison Maumejean de Madrid-Paris-Saint-Sébastien. L'autel est un véritable filigrane artistique en albâtre, bois et bronze, apporté en pièces et monté à sa place sous la direction de son auteur, le prêtre asturien Félix Granda, un bon artisan et un plasticien amateur.