IIIIIIIIIIIIIIII
Antonio María Romeu dans la mémoire
Par José Pendás Traduit par Alain de Cullant
Il est le prédécesseur d’une lignée des renommés musiciens cubains donc Zenaida Romeu, la directrice de la Camerata qui porte son nom.
Illustration par : Lisandra Isabel García

Antonio María Romeu Marrero, pianiste cubain, chef d'orchestre et compositeur de danzones est né à Jibacoa, dans la province actuelle de Mayabeque, le 11 septembre 1875. Il commence ses études musicales à l'âge de huit ans sous la tutelle de Joaquín Mariano Martínez. Il compose sa première œuvre à l'âge de douze ans et il joue la première fois dans un bal. Plus tard, en 1899, il s'installe à La Havane, se dédiant entièrement à la musique, jouant dans certains cafés.

Un an plus tard il a été invité à rejoindre l'orchestre Cervantes, l'un des nombreux fondés au début du XXe siècle et le premier groupe de ce type à intégrer le piano dans la musique populaire cubaine, appelé à partir de ce moment Charanga Francesa.

Il fonde son propre orchestre en 1910 qui, à ses débuts, était un petit groupe composé de musiciens de la stature du propre Romeu au piano, du violoniste Feliciano Facenda, du flûtiste Alfredo Valdés, du contrebassiste Rafael Calazán, du cymbaliste Remigio Valdés et de Juan de la Merced au güiro.

Une décennie plus tard il inclut également le clarinettiste Augusto Valdés ; les violonistes Juan Quevedo, Pedro Hernández et son fils Antonio María Romeo ; Aurelio Valdés et Félix Vásquez au güiro ; José Antonio Díaz et Francisco Delabart à la flûte ; Dihigo à la trompette et le trombone Regueira.

Dans les années vingt du siècle dernier, ces orchestres commencent également à inclure des chanteurs. Celui d'Antonio María Romeo avait initialement Fernando Collazo et, à partir de l'année 1930, formé comme un big band, une forte personnalité musicale ayant une voix unique, immuable dans le temps, Barbarito Diez qui, dans l'orchestre de Romeo, sera reconnu comme le « Prince du Danzón ».

A la mort d'Antonio María Romeo, le 18 janvier 1955 à La Havane, l'orchestre a été dirigé durant un certain temps par son fils du même nom, puis par Barbarito Diez.