IIIIIIIIIIIIIIII
Le carnaval de Santiago de Cuba, l'un des plus importants dans les Caraïbes
Par José Roberto Loo Traduit par Alain de Cullant
La sauvegarde des grandes traditions sera l'essence du Carnaval de Santiago 2015, la fête la plus important de cette ville, comme une façon de faire une révérence au demi millénaire de la ville.
Illustration par : Robin Sánchez Pau

La journaliste Marlene Montoya Maza dans sa critique Carnavales de Santiago de Cuba arraigados en su historia (Les carnavals de Santiago de Cuba enracinés dans son histoire) révèle les détails de cette tradition populaire qui sera déclarée Patrimoine Culturel de la nation lors des célébrations du 500e anniversaire de la ville de Santiago de Cuba

« Les carnavals célébrés traditionnellement en juillet dans la province orientale de Santiago de Cuba sont célèbres dans le monde. Leurs racines remontent à l'époque coloniale avec les processions religieuses en l'honneur du saint patron qui a donné le nom à la ville homonyme. Les résidents de la ville fondée par Diego Velázquez, parcouraient les rues principales et faisaient plusieurs fois le tour de l'église La Catedral, où était censé être enterré le chevronné conquistador espagnol, suite à sa demande.

La célébration du Jour de l'Apôtre Santiago, le 25 juillet, était agrémentée par les cabildos (confréries) et les parrandas (fêtes) qui chantaient des rythmes contagieux, alors que les mamarrachos (personnes déguisées) attiraient les grands et les petits avec leurs masques particuliers et leurs costumes multicolores.

Avec le passage du temps, ces processions se sont étendues à d’autres dates du mois comme celles de la Santa Cristina, de la Santa Ana et de San Joaquin, enrichies avec l'apport des cultures franco-haïtiennes et, en particulier, avec les costumes typiques, les danses et la musique de leurs ancêtres.

Les carnavals se sont institutionnalisés comme une manifestation de la culture cubaine avec le triomphe de la Révolution et, bien sûr, ils se sont enrichis avec l'ingéniosité des artistes et du peuple.

Les défilés des groupes de danse sont très attendus où prévalent, dans le cas des comparsas, d'origine africaine, les tambours, la corne chinoise, le quinto, la cloche et d'autres instruments, entraînant derrière eux une foule impressionnante.

Les comparsas de San Pedrito, de San Agustín, de Paso Franco, de Pino Alto, d’El Guayabito et, en particulier, de Los Hoyos, la plus notable de toutes, ont la préférence populaire.

D’autre part, les défilés apportent le clinquant de leurs costumes, la couleur et l'uniformité des chorégraphies, comme ceux à La Placita, La Textilera, Heredia et Sueño.

Il n’y a aucun doute que ces carnavals deviennent les réjouissances les plus attendus pour les habitants de Santiago, ainsi qu’aux personnes venant des quatre coins de l'île prêtent à profiter également de la musique et l’allégresse débordante qui s’approprie les rues, les quartiers, les parcs et les places durant presque une semaine. »

La sauvegarde des principales traditions du Carnaval de Santiago

La sauvegarde des grandes traditions sera l'essence du Carnaval de Santiago 2015, la fête la plus important de cette ville, comme une façon de faire une révérence au demi millénaire de la ville qui l’a vu naître.

Marcos Campins Robaina, président du comité d'organisation, a assuré que l’une d’elles est de transférer la zone des défilés des chars, des congas et des comparsas, aussi bien des enfants que des adultes, à La Alameda, à côté de la baie de la ville qui accueillait cette festivité il y a quelques années.

Il a précisé : Le « Rumbón Mayor » (Carnaval), qui commencera avec un gala d'ouverture, résonnera dans Santiago du 20 au 27 juillet. Cette année, les défilés traverseront tout le centre historique de la ville, depuis la Plaza de Marte - considérée comme la porte d'entrée de la partie la plus ancienne de la ville - jusqu'à la Alameda de Michaelsen, avec 32 groupes infantiles et d’adultes. Il y aura 58 zones de la ville qui accueilleront cette grande ambiance festive, dont 18 pour les bals, une caractéristique qui différencie le carnaval de Santiago par rapport aux autres fêtes populaires dans le pays et dans les Caraïbes ».

Il a annoncé que 56 orchestres seront présents dans le Carnaval du 500e anniversaire – comme est aussi connue cette édition du « Rumbón Mayor » -, alors que neuf chars ou spectacles roulants confirmeront la monumentalité et la longue tradition qui existe de cet art dans cette province. Il a ajouté : « nous avons l'intention d'accroître la présence des provinces orientales et nous avons envoyé des invitations aux autres premiers villes espagnoles fondées à Cuba afin que les habitants de Santiago profitent des autres coutumes de ces festivités ».

En outre, dans cette nouvelle édition, on mettra l'accent sur le théâtre des relations, les masques et on rendra un hommage spécial à la corne chinoise, un élément faisant partie de la culture populaire et traditionnelle de la province depuis un siècle, après qu’elle a été jouée ici pour la première fois en 1915. La corne chinoise est arrivée grâce aux immigrants provenant du continent asiatique et, maintenant, elle fait partie de l'identité cubaine et spécialement de celle de Santiago.

Le Carnaval du 500e Anniversaire sera précédé par le carnaval aquatique et les Fêtes Infantiles, du 15 au 19 juillet, et du Festival des Caraïbes, un événement qui servira de scène pour la création du Réseau des Carnavals Caribéens.