IIIIIIIIIIIIIIII
San Juan de los Remedios et ses démons
Par Luz María Martínez Zelada Traduit par Alain de Cullant
Les sorcières, les guijes et les crapauds immortels coexistent dans l'imaginaire populaire des habitants de la ville cubaine de Remedios.

Les sorcières, les guijes  et les crapauds immortels coexistent dans l'imaginaire populaire des Remedianos (habitants de la ville cubaine de Remedios) à côté des légendes d’êtres maléfiques, immortalisés par l’art, qui survivent dans le temps et qui sont présents dans la célébration du demi millénaire de la ville, le 24 juin.

Un récit du XVIIe siècle, avec des éléments de la réalité et le reste de pur mythe, a inspiré  l'éminent ethnologue et historien Fernando Ortiz pour écrire son livre Una pelea cubana contra los demonios (Un combat cubain contre les démons) et a stimulé le cinéaste Tomás Gutiérrez Alea pour son film homonyme.

Selon les spécialistes locaux, un exorcisme a eu lieu lors d’un jugement ecclésiastique, vers le milieu du XVIIe siècle, pour « la présence de Lucifer dans le corps d'une esclave. Derrière cette histoire fantastique il y avait des raisons économiques, car la juridiction de San Juan de los Remedios comprenait un périmètre allant de Morón jusqu’à la Baie de Matanzas et certains propriétaires fonciers géraient le transfert du centre urbain sur leurs terres, ce qui augmenterait sa valeur.

Il y avait différents critères sur l'emplacement de la ville, une position majoritaire voulait la maintenir au même endroit qu’elle occupe aujourd’hui et d’autres prétendaient un changement de lieu.

José González de la Cruz, qui avait d’importantes possessions, en plus d’être vicaire, juge ecclésiastique et censeur du Saint-office de l'Inquisition, était un éminent exorciste et comme il n'y n'avait aucune décision quant au transfert de la ville, on suppose qu’il a manigancé cette histoire.

Le religieux a dit avoir parlé avec Lucifer à travers une esclave, habitée par 35 légions de démons et il a juré éviter l’effondrement de la ville dans les feux de l'enfer si celle-ci était transférée sur un autre site.

La présence des pirates, des corsaires et des « paroles du Malin » ont été les arguments qui ont convaincu le Capitaine Général pour ordonner le transfert.

C’est ainsi que plusieurs familles se sont établies plus à l'intérieur de l'île pour fonder, en 1689, ce qui est maintenant la ville de Santa Clara. Mais la majorité des colons sont restés sur le site original et les autorités espagnoles n’ont pas eu d’autres alternatives qu’autoriser l'existence de deux villes afin de mettre fin à la lutte contre les démons et d’autres êtres.

Cependant, sur le chemin de la mer, à quelques kilomètres de la huitième ville fondée par les colonisateurs à Cuba, il y a encore la grotte Boquerón. Cette grotte, étroite, sombre et couverte d’épineux, constitue la scène principale de l'histoire, où, selon le vicaire, sont sorties les légions de diables qui menaçaient les peureux habitants de San Juan de los Remedios.