IIIIIIIIIIIIIIII
Ignacio Cervantes un grand de la musique cubaine
Par Joaquín G. Santana Traduit par Alain de Cullant
Sa musique constitue un des grands legs artistiques de la culture cubaine
Illustration par : René Portocarrero

Le 31 juillet 1847 naît Ignacio Cervantes, fils de don Pedro Cervantes, qui avait été maire corregidor de la ville de San Antonio de los Baños, dans la périphérie de La Havane et ensuite Secrétaire de l'Université de La Havane.

Don Pedro Cervantes, grand amateur de musique, a été le premier grand maestro de son fils. L’enfant a appris les cinquante études de Cramer sous la direction de son père. En 1854, quand le notable musicien étasunien Gottschalk a fait son premier voyage à Cuba, il a écouté Ignacio, alors âgé de sept ans, et il a été surpris par sa précocité extraordinaire.

Encouragés par les paroles de louange de Gottschalk, les parents d’Ignacio Cervantes ont décidé que le petit suivrait des études de musique. Cinq ans plus tard, à douze ans, le jeune garçon étudiait le piano sous l’égide du propre Gottschalk.

Ignacio Cervantes était très jeune quand il composa sa première contredanse, La solitaria, qu'il dédia à sa mère, Soledad Kawanagh. À cette époque, il avait également appris à jouer les tres (guitare cubaine à trois cordes doublées).

Malgré la grande influence que l’Étasunien Gottschalk exerçait sur la formation artistique de Ignacio Cervantes, celui qui a donné un plus grand élan à ses études musicales a été le compositeur cubain Nicolás Ruiz Espadero, lui faisant apprendre les œuvres des musiciens classiques et modernes et le poussant à étudier Cramer, Moscheles, Alkan et d'autres.

Ignacio Cervantes avait dix-huit ans quand il est parti à Paris avec son père. Là, il a étudié dans le célèbre Conservatoire Impérial. Et dans ce prestigieux centre des études musicales il a remporté le Premier Prix Extraordinaire avec le Cinquième Concerto de Herz.

Diplômé avec d’excellentes notes et après des tournées européennes triomphales comme pianiste de concert, Cervantes retourna à Cuba en 1870. En 1872, il épousa Amparo Sánchez, la mère de ses quatorze enfants. Il réalisa des concerts pour collecter des fonds afin de les donner aux rebelles cubains pour financer la guerre d'indépendance.

Sa collaboration avec les séparatistes étant prouvée, les autorités espagnoles ont menacé de l'emprisonner et Cervantes s'est rendu aux États-Unis. Là il a continué à offrir des récitals et à partager ses idéaux patriotiques avec les émigrés cubains.

Après son retour à Cuba en 1878, Cervantes s’est exilé de nouveau quand la guerre de 1895 éclata. Lorsqu'il est revenu en 1898 il a lutté vaillamment pour donner des nouvelles forces à l'environnement artistique cubain. Il est décédé tragiquement le 29 avril 1905, victime d'un étrange ramollissement cérébral. Mais sa musique constitue un des grands legs artistiques de la culture cubaine.