IIIIIIIIIIIIIIII
Le spectacle électoral le plus cher du monde
Par Marta G. Sojo Traduit par Alain de Cullant
Le livre Le spectacle électoral le plus cher du monde de RamónSánchez-Parodi, est tout à fait opportun pour connaître les éléments internes sur les élections étasuniennes et le panorama de la vie politique de cette nation.
Illustration par : Serlián Barreto

À un moment où la dynamique des relations entre Cuba et les États-Unis passe par un processus de variabilité, l’œuvre El espectáculo electoral más costoso del mundo (Le spectacle électoral le plus cher du monde), de Ramón Sánchez-Parodi, est tout à fait opportun pour connaître les éléments internes sur les élections étasuniennes et le panorama de la vie politique de cette nation.

Le présentateur du livre, Rafael Hernández, directeur du Centre des Études Hémisphériques et sur les États-Unis de l'Université de La Havane, a bien exprimé que cette étude était de grande actualité et accessible à tous, aussi bien pour les experts en la matière que pour la population en général, montrant une vision plus précise de la façon dont est financer le processus électoral étasunien et comment se meuvent les ficelles du pouvoir.

Rafael Hernández a souligné que le travail de Ramón Sánchez-Parodi est diligent, forgé par une accumulation des expériences, la plupart sur l'étude du pays et sur son travail dans le service extérieur. L'auteur a été celui qui a ouvert la Section des Intérêts de Cuba aux États-Unis, étant son premier chef de Mission (1977-1989), après 17 ans ininterrompus de relations diplomatiques entre les deux pays. La Section a servi comme une voie de communication entre gouvernements, sans atteindre le rang d'Ambassade.

Le but du texte - comme cela est indiqué au verso - a été de révéler des aspects fondamentaux de l'un des plus anciens processus électoraux du monde contemporain, qui correspond à la plus grande puissance politique, économique et militaire de cette époque. L’œuvre offre une vue détaillée et précise de la façon dont a été « manipulé » le système électoral dans ce pays, depuis ses débuts en tant que nation indépendante de la métropole anglaise jusqu'à nos jours, avec la présidence de Barack Obama.

La publication, à la charge de la maison d'édition Ciencias Sociales, compte en plus une préface de Roberto Regalado, soulignant que El spectáculo electoral… montre la magistrale connaissance des États-Unis de son auteur, ce qui lui a permis de faire un mélange agréable et bien fait de l’explication, de l’analyse et de la réflexion sur l'histoire, les caractéristiques et le fonctionnement du système politique étasunien avec une attention particulière sur le sous-système électoral, le financement des campagnes comme un ingrédient clé dans n'importe quel système et la lourde procédure pour l’élection de ceux qui occupent la présidence et la vice-présidence de cette nation.

Lors de son intervention, Ramón Sánchez-Parodi a commenté que le livre se compose de quatre parties, formant un ensemble pour mettre en évidence un facteur important : comment les finances interviennent dans tout le processus électoral et se convertissent en un facteur clé et décisif tout au long de la course, aussi bien dans les élections elles-mêmes, que dans l'organisation du processus. Ce n'est rien de plus que de se répartir des quotas de pouvoir entre les différents groupes dominants aux États-Unis avec des étiquettes, républicains ou démocrates. C’est-à-dire répartir le pouvoir entre les puissants noyaux du pays à travers du mécanisme qui a été appelé bipartisme et comment le système électoral et politique du pays est arrivé à être dominé par les grands capitaux, d’où le titre satirique d’El espectáculo electoral más costoso del mundo.