IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba : Août 2014
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Lettres rend hommage à l'écrivain argentin Julio Cortázar - l’auteur de Marelle - une des plus emblématiques voix de l’appelé boom latino-américain, à l’occasion du centenaire de sa naissance.
Illustration par : Vicente Hernández

La revue Lettres de Cuba est déjà en ligne avec le numéro du mois d’août. Les programmes culturels d’été se poursuivent dans toute l’île. Le Carnaval de Santiago a eu lieu au mois de juillet et c’est maintenant à La Havane où cette fête aura lieu avec une grande splendeur. Les familles havanaises profitent de la Foire Arte en la Rampa aussi bien que De rutas y Andares, des parcours dans le Centre Historique de la Vielle Havane conçus par le Bureau de l’Historien de la Ville. Le Festival International du Cirque Circuba invite les enfants et les adultes à apprécier les spectacles sous le chapiteau Trompoloco, dans le théâtre Karl Marx et dans le cabaret Copa Room de l’Hôtel Riviera. Cette année on compte la présence spéciale des artistes du Cirque Étatique de Russie Rosgoscirk. Parmi ces événements il ne faut pas oublier la mise en scène de la tragédie Hamlet  par la compagnie britannique Globe Theatre à l´occasion de la tournée mondiale pour célébrer le 450e anniversaire de la naissance de l’illustre dramaturge William Shakespeare. Il y a une grande expectative de la part du public car cette présentation unique aura lieu le 7 août au théâtre Mella de La Havane.

Rencontres propose Les empreintes françaises à Cuba de Ciro Bianchi Ross. Le journaliste affirme que : « Depuis la Révolution Français et jusqu'à la première moitié du XXe siècle, Paris et non pas New York, était la Mecque de l’aristocratie et de la bourgeoisie cubaine. ». D’autre part le Dr Salvador Arias García nous approche à la vie de José Jacinto Milanés, un poète cubain né en 1814 et l’influence de la poésie française dans son œuvre.  José Jacinto Milanés est parmi les grandes romantiques cubains du XIXe siècle.

Ce mois-ci on publie l’article Le drapeau indigène d’Haïti : Semences de liberté et d’indépendance de notre collaborateur Mr. Jean Maxius Bernard, Docteur en Anthropologie Sociale et Conseiller Culturel de l’Ambassade d’Haïti à Cuba. Le chercheur souligne que la création du drapeau haïtien a marqué un tournant décisif dans l’histoire d’Haïti et de l’Amérique Latine.

Lettres rend hommage à l'écrivain argentin Julio Cortázar - l’auteur de Marelle - une des plus emblématiques voix de l’appelé boom latino-américain, à l’occasion du centenaire de sa naissance. On offre aux lecteurs le premier chapitre de ce roman classique de la littérature de notre continent. 

Interview partage les avis de Mario Goloboff, écrivain et professeur argentin, reconnu comme le plus complet des biographes de Cortázar, grâce à Madeleine Sautié du journal Granma, l’intellectuel révèle des sages références sur l'intellectuel extraordinaire qui a soutenu et défendu la Révolution cubaine dès son début et qui a vécu chaque instant de sa vie mouvementée à lutter en faveur des causes justes.

Trésors offre des détails à propos des origines de l’amitié entre les peuples de Cuba et du Japon. Le Dr. Rolando Álvarez Estévez explique que le samouraï Hasekura Rocuyemon Tsunenaga est le premier Japonais qui est arrivé en visite officielle à Cuba, en 1614, devenant l'antécédent du processus migratoire qui se produirait du Japon vers Cuba à la fin du XIXe siècle.

Arts présente deux articles sur deux expositions à La Havane. Eyder La O Toledano nous invite à l’exposition « Múltiples Infinitos » de l’Argentin León Ferrari. Prix ALBA qui peut être appréciée au Centre d'Art Contemporain Wifredo Lam de La Havane et la critique d’art Virginia Alberdi analyse les estampes picturales de Vicente Hernández. Le titre « Por si fuera una huella » est une allusion évidente à la mémoire comme source d'inspiration et de la préoccupation de son œuvre.

Yelsy Hernández Zamora et Nils Longueira Borrego abordent les divers aspects conceptuels dans le film El hombre de Maisinicú après quatre décennies de sa réalisation. Parmi ces aspects les auteurs signalent que le film propose un paradigme du héros accessible qui se présente comme un modèle à suivre efficacement dans la réalité.

Pour conclure cette section, nous vous invitons tous à participer dans Habanarte : le Festival des Arts et de la Culture Cubain. Le Ministère de la Culture de la République de Cuba et son réseau d'institutions organisent un événement sans précédent dans l'histoire de la culture cubaine : Habanarte, qui aura lieu dans la capitale de l'île du 11 au 21 septembre et dans lequel participeront plus de mille artistes nationaux. Notre journaliste Susana Méndez nous donne les détails du programme qui, sous la devise « Tout l'art en même temps », a pour but de montrer le meilleur du patrimoine de la culture et son actualité lors de dix intenses journées.

Lire Martí publie l’article Maîtres Itinérants paru dans La America, New York, en mai 1884. Dans cet article de notre Apôtre José Martí on peut apprécier le contexte dans lequel apparaît un des slogans de notre Révolution « Être instruit est le seul moyen d’être libre ». 

« Être bon est le seul moyen d'être heureux. Être instruit est le seul moyen d’être libre. Mais, dans la généralité de la nature humaine, il est nécessaire d'être prospère pour être bon. Et la seule voie offerte à la prospérité constante et aisée est celle qui consiste à connaître, cultiver et exploiter les éléments inépuisables et inlassables de la nature. »