IIIIIIIIIIIIIIII
José Martí dans la numismatique
Par Celia María González Rodriguez Traduit par Alain de Cullant
La représentation du visage de José Martí a comme référence la Photographie de Kingston prise par Juan Bautista Valdés, en Jamaïque.
Illustration par : Samuel Feijóo

Une décoration est apparue en 1913 suite à une initiative de I. Melecio Alcade, appuyée par d’autres vétérans des guerres de libération qui se sont réunis le 3 janvier de la même année en conseil d'administration de l'Association des Émigrés Révolutionnaires Cubains et qui ont approuvé la création d'une médaille commémorative pour distinguer ceux qui avaient contribué à obtenir l'indépendance de Cuba depuis l'exil. On peut apprécier cette décoration dans la Salle des Médailles du Musée Numismatique à La Havane.

Bien que le dessin original de Melecio Alcade ait eu certaines variations en incluant la médaille dans le système des décorations de la République suite au Décret 918 du 10 octobre 1913, l’image de José Martí placée à l’avant n’a subi aucun changement car « sans son effigie le joyau ne serait pas complet » (1).

Ce n'est pas surprenant si l'on prend en compte le travail accompli par le Maître quant au renforcement du rôle de l'émigration comme soutient fondamental de la prouesse de 1895, non seulement au moyen d’envois d’armes et de munitions à Cuba, mais aussi pour la fondation du Parti Révolutionnaire Cubain, qui a eu comme base les clubs et les associations créés dans plusieurs pays, surtout aux États-Unis, car là se trouvaient majoritairement les groupes de cubains émigrés à Cayo Hueso, Tampa, New York et Philadelphie.

Des personnalités comme Enrique José Varona, Benjamín Guerra, Alfredo Zayas et le premier président de la République, Tomas Estrada Palma (post mortem), ont mérité cette distinction, dont les paramètres techniques sont « une plaque en or en forme de triangle équilatéral curviligne de trois centimètres et demi hauteur pendant sur un ruban de soie ayant les couleurs nationales » (2).

Bien que ces normes aient été établies dans le Décret 918, nous pouvons trouver plusieurs exemplaires de la médaille réalisée avec d’autres métaux, tels que le cuivre.

La spécialiste Tania Jay Quesada du Musée Numismatique explique « Cela est dû au faite que si le Secrétariat du Gouvernement approuvait la remise de la distinction et que l'Association des Émigrants expédiait un certificat accréditif, la fabrication de celle-ci était à la charge du bénéficiaire et certains anciens combattants n'avaient pas les ressources financières pour la faire en or. Cependant, toutes les médailles dont nous avons connaissance, et dont le nombre est imprécis, ont tous leurs attributs ».

Un des éléments les plus importants dans la médaille est la représentation du visage de José Martí, situé sur la face, au centre. Sans doute – selon la similitude dans les traits du visage - pour faire l'effigie de la décoration on a pris comme référence la connue Photographie de Kingston, que Juan Bautista Valdés a fait de l'Apôtre en octobre 1892 à Temple Hall, une hacienda de tabac de cette ville, en Jamaïque.

Sur la face, en plus de l'effigie de José Martí, se trouve le titre « Emigrados Revolucionarios Cubanos » ainsi que les dates 1868-1895, indiquant les années de début des deux grandes guerres d’indépendance. Le blason national est au centre du dos ; sur les bords latéraux apparaît l’inscription « Cuba a sus servidores » et la date de promulgation du Décret qui a officialisé son usage sur le bord inférieur.

Certains éléments ont été retirés de la médaille lors de son dessin définitif. Tel est le cas de la boucle pour attacher le ruban tricolore « qui aura la forme d’un cigare miniature, plat sur sa partie inférieure (…) et comptera la date du 24 février 1895 » (3), faisant allusion à la façon avec laquelle José Martí, depuis les États-Unis, a fait parvenir la date du soulèvement armé à Cuba à Juan Gualberto Gómez sans que les autorités des États-Unis le soupçonnent : une note avec la date du soulèvement se trouvant à l'intérieur d'un cigare qu’il a envoyé à Cuba.

La Médaille de l’Émigration possède de grandes valeurs historiques. En plus d'être une des premières occasions où l’on divulgue l'image de José Martí comme un paradigme du patriotisme et du sentiment national, à côté de la statue érigée en 1905 dans l’actuel Parc Central de La Havane et le premier timbre postal, mis en circulation en 1904, cette pièce numismatique est la deuxième décoration créé à Cuba, après la proclamation de la République en 1902, et la seul destinée à reconnaître les Cubains qui ont laissé leur empreinte depuis l’extérieur afin d'obtenir l'indépendance de Cuba.

Notes :

1 - I. Melecio Alcalde : Asociación de Emigrados Revolucionarios Cubanos. Journal La Discusión, La Havane, 27 mars 1913 ; repris dans ¿Cómo surgió la primera pieza donde apareció por primera vez la imagen de José Martí?, de José Antonio Pérez Martínez : Revista del Banco Central de Cuba.

2 - Journal Officiel de la République de Cuba. Décret n° 918 du 10 octobre 1913.

3 - I. Melecio Alcalde: idem.