IIIIIIIIIIIIIIII
Le Carnaval à Haïti et le  Pluralisme social du Président Martelly
Par Jean Erich René Traduit par
L’organisation du Carnaval chaque année dans une ville de Province permet d’entreprend une vaste opération de chirurgie esthétique des villes pour arriver enfin à l´uniformisation du Corps Social haïtien.
Illustration par : Ernesto Estévez

L´organisation du Carnaval chaque année dans un ´Chef-lieu départemental autre que Port-au-Prince est une initiative heureuse et symptomatique de la volonté politique de réparation sociale  qu´entreprend le Président Michel Martelly et qui fait de lui, dans la conjoncture actuelle, un leader charismatique imbattable. Ordinairement le grand défilé carnavalesque est une exclusivité de Port-au-Prince. Les Edilités de nos Villes de Province devraient se contenter de la portion congrue du Budget National pour fêter les 3 jours gras.

Ce système d´accommodation raisonnable ne plait pas au Président Michel Martelly qui s´avise de changer la donne en embrayant une nouvelle vitesse dans la Machine Gouvernementale. Désormais, à l´instar de Port-au-Prince chaque Chef Lieu Départemental, tour à tour, sera le siège du Carnaval National.

Outre son caractère festif, une telle entreprise rentre dans le cadre d´une stratégie d´intégration de nos Villes de Province à la table des convives afin de refaire leur beauté, aiguiser leur fierté et combler leur sentiment d´appartenance en vue de les porter à se sédentariser. C´est la mise en branle du processus de décentralisation et de déconcentration de Port-au-Prince.

Pour célébrer le Carnaval 2014, Gonaïves la Capitale du Département de l´Artibonite, pimpante comme la mariée le jour de ses noces, reçoit ses invités de tout azimut. Pour la circonstance  des travaux d´embellissement ont été entrepris :

100 lampadaires à énergie solaire ont été installés á Raboteau par la Section de la Réduction de la Violence Communautaire de la Minustah, en partenariat avec les autorités locales, le ministère des Travaux publics et la Police nationale d’Haïti . L´installation de ce système d´éclairage vise surtout à garantir  un climat de sécurité  durant la nuit et à créer un regain d’activités économiques et sociales. Plus de 5,000 familles de ce quartier et des environs bénéficient directement de ce système d’éclairage de rues.

Les Hôtels de Gonaïves aussi bien que les rues sont bondés de visiteurs. Beaucoup d´Artibonitiens sont revenus de l´étranger pour honorer cette faste dont leur capital est l´objet à l´occasion du Carnaval 2014.Ce pluralisme social est inauguré par le Président Michel Martelly en vue de tirer de leur isolement plus que bi-séculaire nos villes de province considérées comme des catégories résiduelles sans aucune dimension structurelle caractéristique des sociétés modernes. Grâce à ce processus de dynamisation que vient d´enclencher le Président Michel Martelly, nos villes de Province entrent dans une nouvelle dynamique sociale et économique. La fierté gonaivienne renait !

L´assimilation de Port-au-Prince à la République d´Haïti est tellement forte qu´on la surnomme République de Port- au- Prince. Cette épithète n´est pas bénigne. Elle atteint son paroxysme dans l´Administration Publique où le processus de recrutement se fait surtout par accointance, avec ou sans les qualifications requises. Il en résulte une marginalisation pure et simple des de certaines catégories sociales. Cette marginalisation de nos provinciaux souvent les porte à accepter la portion congrue. Le Président Martelly dans sa quête de justice sociale, lentement mais sûrement est en train de balayer ce clivage social, sans verser une seule goutte de sang.

La perpétuation de cette discrimination culmine vers une forte concentration de la population haïtienne à Port-au-Prince avec des conséquences sociales néfastes tels que la multiplication des bidonvilles, le chômage chronique, la déliquescence des mœurs, l´insécurité etc. Port-au-Prince devient le lieu géométrique des citoyens de nos villes de province en quête de marchandises, de connaissances et de boulots. En organisant le Carnaval chaque année dans une ville de Province, le Président Michel Martelly entreprend une vaste opération de chirurgie esthétique de nos villes et de reprofilage mental de leurs citoyens pour arriver enfin à l´uniformisation du Corps Social haïtien.

Le créneau utilisé  pour entreprendre cette vaste transformation n´est pas banale !

Rappelons que les manifestations carnavalesques sont les seules occasions où les Groupes Sociaux haïtiens, en dépit de leurs préjugés mesquins, se frottent sans se retrousser le nez. L´organisation des Carnavals dans nos villes de Province caractérise  une mutation de la Société haïtienne en passant d´une configuration binomiale à une conformation  égalitaire grâce au Pluralisme social du Président Michel Martelly

Jean Erich René

Ministre conseiller

Ambassade d´Haïti à Cuba