IIIIIIIIIIIIIIII
Quand le samouraï Hasekura Rokuemon Tsunenaga a visité Cuba
Par Claudia Fonseca Sosa Traduit par Alain de Cullant
En 2014, nous célébrons le 400e anniversaire de l'arrivée du premier Japonais dans notre pays, une étape importante qui marque le début de l'amitié entre les deux peuples.
Illustration par : Osvaldo Salas

En 2014, nous célébrons le 400e anniversaire de l'arrivée du premier Japonais dans notre pays, une étape importante qui marque le début de l'amitié entre les deux peuples.

Le passage à La Havane d'un samouraï japonais, durant l'année 1614, est un fait que peu de gens connaissent. Provenant du Mexique et en transit vers l'Europe, Hasekura Tsunenaga est resté sur le sol cubain le temps nécessaire pour embarquer sur un des navires de la Flotte des Indes. Cependant, son bref séjour a marqué le début d'une amitié séculaire entre nos peuples.

Le combattant des guerres en Corée devait conduire une ambassade diplomatique de son pays à la cour espagnole et au Saint-siège. Mais la situation géographique de l'île caribéenne a rendu propice que le convoi le transportant ait dû faire une escale dans ce qui était en cette époque l'un des ports les plus importants du Nouveau Monde.

Le voyage d’Hasekura Tsunenaga, appelé aussi « Rokuemon » - pour sa discipline, sa sagesse et ses dons de bon négociateur -, ouvrirait les portes d’un nouvel horizon pour l'avenir commercial du Japon et, à la fois, avait pour but l’entrée d'un plus grand nombre de missionnaires du christianisme dans l'archipel asiatique.

Le samouraï, qui est devenu le premier japonais à fouler le sol cubain, avait été envoyé pour un but aussi important par le fondateur de la ville de Sendai, Date Masamune, un homme d’une grande vision politique et considéré parmi les plus habiles guerriers de l'époque. La délégation, comprenant les frères Luis de Sotelo, Diego Ibáñez et Ignacio de Jesús, ainsi que trente autres Espagnols et cent cinquante Japonais, avait quitté la baie de Tsukinoura le 28 octobre 1613, sur le galion San Juan Bautista.

Hasekura est arrivé à La Havane le 23 juillet 1614 et, après la réunion de la flotte, il est parti pour l'Europe au mois d’août de la même année pour son rôle d'ambassadeur de bonne volonté.

Selon l'historiographie, Hasekura a écrit un journal de son important voyage avec un soin méticuleux. De même, les Archives des Indes et la Bibliothèque du Vatican conservent certaines références sur ce personnage unique, alors que le Musée de Sendai thésaurise les présents que le samouraï a rapportés à Date Masamune.

De nombreuses années sont passées pour que Cuba accueille de nouveau d'autres Japonais, qui sont arrivés dans l’île en petits groupes de 1898 jusqu'en 1943. D'après les archives démographiques, ils se sont installés dans toute la géographie cubaine, étant présents dans 46 sites de six provinces de l’époque, en plus de l'Isla des Pinos. Ces Japonais ont réalisé différents travaux, mais surtout dans les secteurs productifs tels que l'agriculture, les mines, l'industrie sucrière, la pêche, l’agriculture, la mécanique, l’électricité et les services. Même s’ils n’ont jamais oublié leur terre natale et leurs traditions, ils ont été progressivement acceptés comme des fils de Cuba.

La délégation conduite par Hasekura Tsunenaga est rappelée aujourd'hui à La Havane avec une statue de bronze de l'intrépide samouraï. Le monument, inauguré le 26 avril 2001, a été donné à notre pays par l'École Sendai Ikue Gukuen en l'honneur des relations fraternelles entre Cuba et le Japon.

La statue du samouraï Hasekura, ayant une pose cérémonieuse et le bras tendu pointe un éventail traditionnel sur la ligne droite imaginaire qui le conduirait à Sendai.