IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba : Janvier 2014
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Dix ans se sont écoulés et 120 éditions de la revue ont été proposées aux lecteurs avec des articles, des interviews et des extraits d’œuvres et de poésie de grands écrivains cubains.
Illustration par : Adigio Benítez Jimeno

Dix ans se sont écoulés et 120 éditions de la revue ont été proposées aux lecteurs avec des articles, des interviews et des extraits d’œuvres et de poésie de grands écrivains cubains traduites surtout par des maisons d'édition françaises du XIX au XXIe siècles.

Les cybernautes ont eu l'occasion de s'approcher de la vie et de l'œuvre de notre Apôtre José Martí grâce à notre directrice la Dr Carmen Suárez León, investigatrice du Centro de Estudios Martianos, elle a encouragé d’autres chercheurs, tels que le Dr Salvador Arias et le Dr Pedro Pablo Rodríguez, á collaborer systématiquement avec notre publication. Des textes de José Martí ont fait l’objet de la traduction de Jacques-François Bonaldi et de Jean Lamore.

Il faut souligner que l’ensemble de la revue est une grande exposition des arts plastiques. Le design artistique est à la charge de notre collègue Jorge Luis Rodríguez Aguilar. Ses liens avec le monde des arts plastiques en tant que vice-directeur de l’Académie San Alejandro lui a permis d’illustrer chaque numéro avec les œuvres des plus grands artistes cubains et celles d’étrangers qui ont exposé leurs œuvres à Cuba.

L’équipe de la revue remercie aujourd’hui tout les collaborateurs et les artistes, ainsi que nos lecteurs, en affirmant que nous sommes heureux mais pas satisfaits car il y a des nombreux thèmes que nous devons encore approfondir.    

Rencontres rend hommage au regretté Jaime Sarusky qui fut membre du Conseil éditorial. Dans une seule phrase, Cira Romero recueille le sentiment le plus profond de nous tous : « Jaime Sarusky sera toujours présent dans l'engrenage de la culture cubaine comme un protagoniste essentiel. »

La Dr Graziella Pogolotti partage ses souvenirs à propos de ses rencontres avec Lisandro Otero à Paris. Elle souligne que Lisandro est resté fidèle à sa précoce vocation d’écrivain et qu'il a défendu son espace personnel pour construire, pas à pas, une œuvre qui reflète les traits de son autobiographie intellectuelle et offre ainsi un témoignage de l’époque.

La critique d'art Virginia Alberdi Benitez synthétisant la biographie du Maître Adigio Benítez Jimeno, affirme qu'il est un exemple de l'enseignement artistique et révolutionnaire. 

Interview présente, à l’occasion du dixième anniversaire de Lettres de Cuba, les considérations exprimées par notre directrice la Dr. Carmen Suárez León à la journaliste Susana Méndez Muñoz à propos de cette expérience, ayant comme but la promotion de notre culture et nos contacts interculturels avec le monde francophone.

Lettres est dédiée au poète et révolutionnaire cubain Rubén Martinez Villena en commémoration du 80e anniversaire de sa mort. L'intellectuel cubain Angel Augier parle de l'empreinte de Rubén Martinez Villena dans l'histoire de sa patrie et dans la conscience de ses compatriotes et Roberto Fernández Retamar, directeur de la Casa de las Américas, souligne que la poésie de Rubén a surtout été sur ce qu’il vivait, qu’il était un faiseur, un créateur total.

Trésors nous approche de la ville de Trinidad qui fête le 500e anniversaire de sa fondation au mois de janvier. L’investigatrice Alicia García Santana a raison quand elle exprime que Trinidad enchante car elle garde ses rues pavées, ses trottoirs de briques, ses demeures aux hauts plafonds et aux énormes grilles en fer forgé : C’est une ville qui s’est arrêtée dans le temps. Par contre, la splendeur architecturale et culturelle de la ville de Trinidad est due au développement de l’industrie sucrière dans la Vallée de los Ingenios lors de la première moitié du XIXe siècle. Raúl García Álvarez dans son article La Vallée de los Ingenios : l’empire cubain du sucre, nous raconte l'histoire du développement économique de cette région. La journaliste Mayra Pardillo Gómez révèle la visite de deux personnalités allemandes à Trinidad au XIX siècle : Alexander von Humboldt et Juan Cristóbal Gundlach. On considère Alexander von Humboldt comme le deuxième découvreur de Cuba alors que Juan Cristóbal Gundlach est le père de l'ornithologie cubaine.

Arts offre un espace au Danzón qui vient d'être proclamé patrimoine immatériel de la nation cubaine à Matanzas, une distinction qui se joint à sa déclaration populaire comme la « Danse Nationale » au XXe siècle. Le théâtre cubain compte Raquel Revuelta parmi ses grandes actrices. Lors de l’inauguration de la salle qui porte son nom dans la rue Línea au quartier du Vedado, Norge Espinosa l’a décrit comme une actrice ayant beaucoup plus qu’un visage séduisant. Pour conclure cette section, on célèbre le 70e anniversaire de la naissance du musicien, compositeur et chef d’orchestre Guido López-Gavilán, sa grande sensibilité et sa grande passion se manifestent à travers ses contributions à la pédagogie musicale cubaine et à son désir de former des orchestres juvéniles.

Lire Martí présente la lettre de José Martí à son ami Manuel Mercado, écrite au Guatemala le 6 juillet 1878. Dans celle-ci notre Apôtre écrivit « Toute vérité commune est une audace ; toute institution démocratique élémentaire, de la propagande démagogique ». Cette lettre a été traduite par Jacques-François Bonaldi.

Ce numéro est illustré avec les œuvres du regretté Prix National des Arts Plastiques Adigio Benitez Jimeno qui aurait fêté ses 90 ans ce mois de janvier.