IIIIIIIIIIIIIIII
Lettes de Cuba :  Décembre 2013
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Les œuvres qui illustrent ce numéro de décembre sont du plasticien Eduardo Ponjuán, Prix national des Arts Plastiques 2013.
Illustration par : Eduardo Ponjuán

Chaque mois de décembre, le Festival du Nouveau Cinéma Latino-américain a lieu à Cuba. Les 34 éditions précédentes ont été présidées par Alfredo Guevara, décédé le 19 avril 2013.  Notre revue rend un sincère hommage au fondateur de l'Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinématographique (ICAIC) et Prix National du Cinéma, en 2003.

Docteur en Philosophie et Lettres de l'Université de La Havane, il a été un proche collaborateur du leader de la Révolution cubaine, Fidel Castro, dès les années 1950. Il a participé activement aux manifestations estudiantines et à la lutte clandestine contre la dictature de Fulgencio Batista.

Il a dirigé le film El Mégano, en 1955, au côté de Julio Garcia Espinosa et d’autres cinéastes cubains, l’antécédent de la nouvelle cinématographie cubaine. Comme Président de l'ICAIC, il a créé la Cinémathèque de Cuba et la revue Cine Cubano.  Parmi ses grands projets se trouvent le Noticiero ICAIC Latinoamericano et le Groupe d’Expérimentation Sonore de l'ICAIC.

À partir de 1968 il a collaboré avec l'UNESCO en tant que spécialiste de la politique culturelle, où il a exercé d’autres fonctions, dont celle de membre du Conseil Exécutif et représentant de Cuba. En 1983,  il a été nommé ambassadeur de Cuba auprès de l'UNESCO. Il a reçu, des mains du directeur général Federico Mayor, la Médaille d'Or Federico Fellini accordée pour la première fois à un cinéaste. En outre, le Président de la République Française, François Mitterrand, lui a remis l’Ordre de la Légion d'Honneur, dans le grade de Commandeur.

Professeur Émérite, l'Institut Supérieur d'Art (ISA) lui a accordé le titre de Docteur Honoris Causa en Arts. En 2008, on lui a conféré le Prix de la Latinité pour sa contribution à la culture nationale et pour ses efforts en faveur du développement et de la diffusion du cinéma latino-américain et caribéen.

Il a reçu d’autres importantes distinctions telles que l'Ordre Félix Varela du Premier Grade, la plus haute reconnaissance de la culture cubaine. En mars 2009, il a reçu l'Ordre José Martí, la plus haute distinction de l'Etat cubain, des mains du Président Raúl Castro.

Possesseur d'une vaste culture et d’une pensée perspicace qu’il a laissé dans de nombreuses publications, il sera également rappelé pour sa lucidité politique et son courage, soutenant toujours ses critères du côté de la Révolution.

Rencontres offre le témoignage de la Prix National des Sciences Sociale et de Littérature, la docteur Graziella Pogolotti. Elle souligne : « Pour Alfredo Guevara la politique et la culture s’imbriquaient dans la volonté de refonder le pays ».

D’autre part, nous rendons aussi hommage au 80e anniversaire de la naissance de la cinéaste cubaine Sara Gómez. Selon l’investigatrice Sandra del Valle, « Le cinéma de Sara Gómez doit être considéré non pas comme un porte-parole du féminisme, mais comme un appel pour repenser le féminisme d’aujourd'hui à Cuba et pour son importance dans un projet émancipateur social supérieur. »

Kurt Maetzig est considéré comme le cinéaste allemand de la Révolution cubaine. En 1963, Il a tourné le film cubain Prélude 11,  interprété par le célèbre acteur allemand Armin Müeller-Stahl et les acteurs cubains Roberto Blanco, Aurora Depestre, Helmo Hernández, Miguel Benavides, Carlos Moctezuma et Alejandro Lugo.

Dans Interview, le journaliste Pedro de la Hoz converse précisément avec Iván Giroud, directeur du Festival du Nouveau Cinéma Latino-américain, qui expose les défis de la trente-cinquième édition.

Lettres présente des fragments des trois poèmes de José María Heredia publiés en français dans La Revue des Deux Mondes.

Nous avons recueilli ces extraits de la poésie de José Maria Heredia lors de la publication d’une étude du professeur Boyd G. Carter, de l’Université du Nebraska dans le site revistaiberoamericana.

Notre collaborateur Salvador Arias dévoile les approches musicales de José María Heredia lors du Bicentenaire de la naissance du poète, né le 31 décembre 1803 à Santiago de Cuba.

Trésors publie l’article Les trésors de notre mémoire historique du Dr. Eduardo Torres Cuevas, Directeur de la Bibliothèque National José Martí où il affirme que « La Mémoire est la connaissance de la matière historique, son développement et sa production ».

Ana María Reyes a fait une recherche sur les possibles liens du journal El Fígaro qui a été publié à Cuba pendant presque cinquante ans avec la France.

Dans Les Arts,  le collaborateur de Cubarte,  Pedro R. Noa Romero,  nous rappelle le cinquantenaire du documentaire Ciclón du cinéaste Santiago Alvarez. L’ouragan Flora a mobilisé toutes les forces du pays pour tenter de remédier la catastrophe. À propos de ce documentaire, José M. Valdés-Rodríguez a exprimé : « (…) Ciclón possède un très haut coefficient social et politique, dans le plus fort sens de ces termes. Le sens collectif, l'impulsion sociale qui caractérise cette heure cubaine sont présents dans ce film, exposant cette fraternité virile propre du socialisme qui fraternise les hommes dans les entreprises les plus ardues pour donner jusqu’à la vie »

À 20 ans de Fraise et Chocolat, le critique cinématographique Joel del Río a dit que ce film a inauguré, en pratique, le thème gay à Cuba pour offrir une information, positive, sur l'identité et le comportement différent d'un personnage homosexuel.

Fernanda : un état de grâce est la présentation de la journaliste Maya Quiroga à propos de Fernanda y el extraño caso del Dr. X & Mr. Jai, du metteur en scène cubain Mario Rivas, le premier film numérique produit par les Studios d'Animation de l'ICAIC.

Nous venons de recevoir la nouvelle que le Prix National des Arts Plastiques, la plus grande reconnaissance accordée à Cuba aux créateurs des arts visuels pour l’œuvre de toute une vie a été décerné à l’artiste Eduardo Ponjuán González

Selon le critique d’art, Héctor Anton Castillo dans l’œuvre d’Eduardo Ponjuán l’inscription de textes sur la surface picturale est l'une des ressources de présence constante dans la poétique de ce créateur.

Nous profitons de l’occasion pour illustrer ce numéro de décembre avec les œuvres de notre Prix national des Arts Plastiques 2013.

Lire Martí  nous présente la lettre de José Martí à son ami Manuel Mercado, écrite au Guatemala, le 20 avril 1878. Cette lettre a été traduite par Jacques-François Bonaldi.