IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba : Novembre 2013
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
On fête le 500e anniversaire de la fondation de la ville de Bayamo.
Illustration par : Darian Rodríguez Medero

Cubarte, le Centre National d’Informatique pour la Culture à Cuba est le siège de notre équipe depuis dix ans. Notre centre fête son 20e anniversaire le 12 novembre. Nous avons le plaisir de nous joindre aux hommages à notre institution avec la présentation de la première édition de la revue Lettres de Cuba imprimée lors des Journées de la culture cubaine en numérique dans la Maison de l’ALBA de La Havane.

Bayamo, la deuxième ville fondée par les Espagnols, arrive à son 500e anniversaire. Notre Histoire National ne peut pas être écrite sans les noms indispensables du Père de la Patrie, Carlos Manuel de Céspedes, Perucho Figueredo ou José Antonio Saco ou sans les faits de la prise et l’incendie de la ville au XIXe siècle.

Rencontres recueille la vie et l’œuvre des quatre fils de Bayamo. Perucho Figueredo est non seulement l’auteur de l’Hymne National de Cuba mais il fut aussi Major Général de la Guerre d’Indépendance. José Joaquín Palma est l'auteur de la première biographie de Carlos Manuel de Céspedes et de l’Hymne National du Guatemala. L’œuvre poétique de Juan Clemente Zenea peut être considérée anticipatrice du Modernisme Hispano-américain et José Antonio Saco, un notable historien et politicien a exprimé « Si dans la Cuba esclave il ne peut pas y avoir des hommes libres, dans une Cuba libre il ne peut pas y avoir des hommes esclaves ».

En Interview la journaliste Patricia Cáceres converse avec l’Historien de la ville de La Havane, le Dr Eusebio Leal Spengler, à propos de la restauration du Capitole National.

Lettres propose la poésie de Carilda Oliver Labra, Prix National de Littérature 1998 : « Discours d’Ève » et « Une femme écrit ce poème ». Ces textes ont été traduits par Guadalupe Vento Martínez et confrontés par Laura Ruiz Montes.

Trésors est aussi dédié à Bayamo. L’historien de la ville, Ludin B. Fonseca Garcia, souligne que « La ville de Bayamo a été fondée le 5 novembre 1513 quand les origines du village de Bayamo et son nom Arawak se perdent dans les légendes et les mythes très antiques ». La journaliste Elizabeth Reyes Tasé nous décrit la Cathédrale de Bayamo, un endroit qui offre une rencontre avec le patrimoine culturel et les connexions entre la foi religieuse et les premières manifestations indépendantistes du peuple de Cuba et Miguel Antonio Muñoz López nous offre un parcours dans la Maison Natale de Carlos Manuel de Céspedes.

Les Arts rend hommage au musicien cubain et universel Ernesto Lecuona à l’occasion du 50e anniversaire de sa disparition physique. Notre collaborateur Rolando Álvarez Estévez affirme que Lecuona fait partie intégrante du patrimoine cubain et son œuvre mérite d'occuper une plus grande place dans la connaissance de nouvelles générations cubaines.

Le XVe Festival International du Théâtre de La Havane se déroule actuellement. L’ouverture de cet événement a eu lieu dans Théâtre National avec la présentation de l’œuvre Anna Karénine par le Théâtre d'État Académique Evgueny Vakhtangov. Il s’agit de l’une des mises en scènes les plus rénovatrices et impressionnantes de la célèbre compagnie moscovite.

« Casa Tomada » est une rencontre des jeunes intellectuels et artistes d’Amérique Latine qui se sont réunis dans La Casa de las Américas afin d’échanger sur l’actualité de leurs pays et les conditions dans lesquelles ils conçoivent leurs œuvres. La journaliste Paula Companioni résume que l’art en Amérique Latine est en constante recherche de l'identité car aujourd'hui, l'Amérique Latine est un territoire où le personnel devient politique, la politique s’exprime à travers l'art et les métaphores artistiques deviennent le reflet de chaque pays.

Lire Martí  nous présente la lettre de José Martí à son ami Manuel Mercado, écrite au Guatemala, le 30 mars 1878. Cette lettre a été traduite par Jacques-François Bonaldi.

Les œuvres qui illustrent ce numéro de novembre appartiennent à l’artiste plastique  Darian Rodríguez Medero