IIIIIIIIIIIIIIII
Justo Vega : La voix du Dizain Cubain
Par Oneidys Hernández Vidal Traduit par Alain de Cullant
Cette expression musicale est la base essentielle pour l'étude de la culture du pays.
Illustration par : Antonio Guerrero

À Cuba, la musique paysanne a persisté de génération en génération, fortement défendue par les adeptes du genre dans ses expressions les plus variées telles que : le dizain chanté ou la guajira, parmi d’autres. Certains chercheurs supposent que cette expression musicale est la base essentielle pour l'étude de la culture du pays, car elle fait partie de la culture des différents groupes ethniques qui composent l’ample mosaïque culturelle de la population cubaine.

L'histoire de la musique paysanne est très large à Cuba, mais, sans aucun doute, quand on parle du dizain, on est obligé de mentionner celui qui a été appelé « El Caballero de la Décima », Justo Vega.

Il est né le 6 août 1909 à San Antonio de Cabezas, dans la province de Matanzas, et il est important de signaler que ce compositeur n'a pas commencé sa vie professionnelle avec la chanson paysanne car, au début, il a été, entre autres, aide maçon, ouvrier agricole et cuisinier. C’est en réalisant ces divers métiers qu’il a commencé à faire des incursions dans les chorales.

Justo Vega a débuté dans l'univers de la musique avec le quartette Trovadores Cubanos, avec lequel il faisait des concerts dans les villages voisins de sa province natale et dans celle de La Havane.

La radio a fait connaître cette personnalité de la culture cubaine, d’abord la station CMQ, puis, cinq ans plus tard, il commence à diriger la publicité des cigares Partagás, sur Radio COCO. Dans le cadre de son travail dans cette station il dirige l’émission « La hora de Partagás », atteignant des niveaux élevés d'audience.

Il faut aussi signaler que Justo Vega a dirigé le programme « Patria Guajira » transmis à partir du 1er janvier 1959, dans le but de propager, par le biais de la musique et de la poésie, les réalisations du peuple cubain et de combattre les actions de l'impérialisme pour détruire la Révolution.

Dès lors, son travail dans les médias commence à prendre une grande ampleur et il s’insère facilement dans le monde de l'art dans différents programmes de la radio et de la télévision cubaine.

Il n’y a aucun doute que El Caballero de la Décima a placé très haut ce genre dans le pays, il a chanté de très nombreuses choses, mais dans son œuvre nous soulignons les chansons pour la Patrie, l’amour et la nature. Son œuvre musicale a été si importante qu’il est appelé à faire partie du Conseil National de la Culture en 1968.

À sa mort le 13 janvier 1993, à l'âge de 83 ans, Justo Vega a laissé une vaste œuvre culturelle. Il est difficile d’oublier ses présentations dans le programme « Palmas y Cañas » de la télévision cubaine, ainsi que ses improvisations avec son ami Adolfo Alfonso, où la suspicion, l’intelligence et la bonne humeur cubaine ne manquaient pas.

Une fois, son compañero Adolfo Alfonso a exprimé le grand respect et l'affection qu'il éprouvait pour son ami dans un dizain : « Quand je parle de Justo Vega / Dans toute sa maestria / Je parle de la poésie / Qui est arrivée à tant de peuple. / Lui qui jouait avec les vers / Et qui partageait avec les muses / Lui qui se propage dans l'amour / Est par sa très haute exécution / Un soleil pour la culture / Et un joyau pour l'art. »

Ceux qui ne l’ont pas connu se souviennent les histoires de nos parents quand ils parlaient du Caballero de la Décima, car il n’y a aucun doute que la voix unique de Justo Vega résonne encore dans les cœurs et les esprits des nombreux Cubains qui ont eu l'occasion de l’entendre chanter.