IIIIIIIIIIIIIIII
Le Torreón de San Lázaro
Par Josefina Ortega Traduit par Alain de Cullant
Le Torreón de San Lázaro a accompli son rôle défensif jusqu'à la première moitié du XVIIIe siècle.

Si on le compare avec les grandes fortifications de la ville de San Cristóbal de La Habana, le Torreón (la Tourelle) de San Lázaro, situé maintenant dans les alentours du parc Maceo, dans la municipalité de Centro Habana, peut être vu comme un élément négligeable de ce puissant système défensif colonial établi le long de la côte, depuis le château de La Chorrera jusqu’au Torreón de Cojimar.

Toutefois, sa mission était vitale devant l’imminence des attaques des corsaires et des pirates qui infestaient le Golf du Mexique, le Détroit de la Floride et la Mer des Caraïbes.

On dit que sa construction a commencé dans la crique de Juan Guillén lorsque l’ingénieur de la Nouvelle-Espagne Marcos Lucio a visité La Havane, afin d’apporter des modifications aux primitives fortifications de la ville et de ses environs.

L’acte du cabildo (conseil municipal) du 26 septembre 1664 fait foi de ceci, faisant référence à un arrêté royal qui comprend les instructions afin de faire « un nouveau fortin dans la crique qui se trouve à une demie lieue de la ville ».

Construit dans le but de maintenir un poste de surveillance où la vue était impossible depuis les forteresses de la ville à cause de la géographie du terrain, cette édification est un parfait cylindre de maçonnerie de trois niveaux avec des meurtrières sur le périmètre de son niveau intermédiaire et un parapet garnit des créneaux sur la partie supérieure.

La base de sa structure cylindrique permettait de protéger sa garnison du soleil tropical et des rigueurs du temps, ainsi que des habituelles pénétrations de la mer dans cette zone.

Le Torreón de Juan Guillén a été très rapidement connu sous le nom de San Lázaro, comme la léproserie voisine. 

Ce lien entre les châteaux de La Punta et La Chorrera, a rempli sa fonction principale de tour de guet dès le début car, selon le chercheur Fernando Padilla Gonzalez : « C’était la clé quant à scruter l'horizon à la recherche des voiles ennemies de bougies, quant à protéger les navires encrés dans le Real Fondeadero (Mouillage Royal) et, à la fois, pour surveiller les embarquements de billes de bois provenant des rives de la rivière Almendares destinées à l'Arsenal Royal et a empêché le passage de possible attaquants à travers la Forêt Royale du Vedado et la Zanja Real del Rey (Aqueduc Royal) ».

Le Torreón de San Lázaro a accompli son rôle défensif jusqu'à la première moitié du XVIIIe siècle car selon les dires de Fernando Padilla  González : « Sa structure cylindrique, l’épaisseur de 1,30 mètres des murs, la structure de maçonnerie et les poutres de bois réticulées, ainsi que les meurtrières destinées à protéger les soldats des tirs ennemis répondaient aux tactiques de guerre obsolètes en 1762, quand la puissante escadre britannique a traversé l'océan Atlantique et s'est positionnée devant le littoral havanais ».

Le Torreón perds sa fonction de tour de guet lors de la seconde moitié du XIXe siècle devant la mise en place de la voisine Batterie de la Reine.

Avec le passage du temps, la crique a été comblée et elle a pris la physionomie urbaine qu’il est possible d'apprécier d’aujourd’hui.

L’ensemble sculptural du Parc Maceo a été inauguré en 1916 mais ce n’est que dans les années 1950 que la solitaire et robuste tourelle a fait partie du dessin du parc, intégrée dans un paysage urbain qui distingue et embellit le magnifique littoral qui caractérise La Havane devant les yeux du monde.