IIIIIIIIIIIIIIII
La caserne Carlos Manuel de Céspedes : les Coronas raillent les tueurs
Par Pedro Mora Traduit par Alain de Cullant
La famille Corona a aidé des jeunes révolutionnaires à échapper à la torture et à la mort lors de l’attaque à la caserne Carlos Manuel de Céspedes à Bayamo.
Illustration par : Alberto Lezcay

Quand la fusillade a réveillé les Coronas ce matin-là, comme d'autres familles du quartier, ils méconnaissaient totalement son origine. Les parents ont cherché une protection pour leurs enfants, concentrant les sept enfants dans la troisième chambre de la maison.

Ce n'était pour rien : leur maison, située au numéro 164 de la rue General García, à Bayamo, était séparée de la caserne Carlos Manuel de Céspedes par une petite et fine clôture en bois. Par conséquent, ici on entendait avec plus d'intensité la fusillade du 26 juillet 1953.

Alors que les projectiles sifflaient au-dessus du toit, José Corona, le père, en entendant que des personnes entraient dans le patio, s’est risqué à ouvrir la porte et il a vu trois jeunes vêtus en soldats. La question a été rapide et précise : Que faites-vous ici ?

« Des prisonniers se sont échappés », a dit l’un d’eux. Des prisonniers ? Vous êtes fous, répondit-il, et il a décidé toute de suite d’aider Pedro Celestino Aguilera, Agustín Díaz Cartaya et un autre révolutionnaire, dont on n’a pas encore été en mesure de préciser le nom.

« En ce moment je n’avais aucun lien avec la révolution », nous dit le vieux Pepe à l'occasion du 19e anniversaire de l’assaut. « Nous ignorions ce qui se passait, mais nous avons aidé les jeunes. Ils nous ont laissé les uniformes et les munitions, lesquels, d'une certaine manière, nous mettaient dans une situation difficile et dangereuse. Mais je leur ai donné des vêtements et ils ont pu échapper à la persécution de l'armée ».

Cette vaillante aide de la famille est devenue le prétexte pour que les soldats intensifient le harcèlement sur eux. Ils ont réalisé de nombreuses perquisitions, ils ont même cherché dans les bouteilles, et ce même jour à dix-huit heures, Pepe Corona a été arrêté et interrogé.

Une cachette pour les uniformes

Ruth, la fille de Pepe, maintenant à la retraite, se souvient clairement ce qui est arrivé le matin de la Santa Ana : « Nous les avons fait passé dans la chambre, ils ont enlevé les uniformes militaires et ils ont utilisé les vêtements civils qu’ils portaient en dessous. Pedro Celestino Aguilera avait besoin d’une guayabera (chemise typique cubaine) et mon père lui en a donné une qui avait un stylo plume et un stylo à bille dans une poche. Nous lui avons donné aussi des chaussures car il en avait perdue une ».

Mais… que faire avec les uniformes et les balles laissées par les révolutionnaires dans une maison si proche de la furieuse garnison ? C’étaient vraiment une preuve dangereuse contre la famille Corona.

« Nous avons coupé les uniformes en petits morceaux et nous avons rempli des oreillers. Ensuite nous avons eu peur qu’ils les éventrent et nous les avons enterrés dans des jardinières contenant des plantes ornementales. Je me souviens que ma mère a envoyé deux de ces pots chez son frère, à plusieurs pâtés de maisons de là, mais quand il a su ce qu’ils contenaient ils les a renvoyé par peur », raconte Ruth.

La nouvelle de l'aide arrive à la caserne

Cette femme infatigable, se dédiant maintenant à la recherche culinaire, rappelle comment ils ont fait disparaître les balles dans la canalisation des eaux usées. C'est emphatique de souligner ce qui est arrivé à son frère David.

« Mon frère était un petit garçon et comme il ne savait pas, il a dit dans le quartier ce que nous avions fait pour aider les attaquants de la caserne à Bayamo. Ceci est arrivé aux oreilles des gardes et les perquisitions ont alors commencées. Ensuite nous avons dû louer une maison dans la calle Céspedes pour échapper aux représailles et aux tortures que nous entendions depuis notre maison en raison de la proximité de la caserne ».

Mais, comment les trois jeunes hommes ont-ils réussi à quitter la maison des Corona une fois que les soldats de Batista déchaînent une cruelle répression ? Ruth extraite de sa mémoire un fait faisant partie de notre histoire : « Après s’être lavés, parfumés et changés ils sont sortis. Pedro nous avait demandé de les accompagner mais Cartaya a refusé car ce serait trop de risque pour nous. Comme preuve de l’aide il m’a laissé un porte-clés avec une petite monnaie mexicaine incrustée, afin que nous la présentions si un jour ils triomphaient ».

Ce matin-là, la famille a simulé une sortie pour contrôler de près le départ des jeunes. Deux soldats qui se trouvaient dans la rue General García, ne sont même pas aperçus que trois assaillants avaient réussi à échapper à la chasse sanglante ordonnée par le dictateur. Le sort des autres n'a pas été le même : aucun des assaillants est mort en combat, dix ont été assassinés dans différents endroits du territoire. En outre, deux des participants du Moncada ont été rencontrés.

Quelques mois plus tard, les Corona ont reçu la nouvelle officielle que leurs nobles actions avaient eu du succès. « Un soir, trois personnes sont arrivées à la maison, parmi elles il y avait le père de Pedro Celestino et un autre qui a dit être Ramón Castro. Ils nous ont remercié pour l'aide et ils ont rendu le stylo plume et le stylo à bille qui se trouvait dans la guayabera à mon père. Les jeunes étaient vivants… », nous a dit Ruth.

Fière d'avoir aidé une cause héroïque qui a triomphé le premier janvier et qui est maintenant le phare et le souffle pour toute l'humanité, sa famille, comme d’autres de Bayamo, a empêché que des mains meurtrières puissent mettre un terme à la vie des jeunes appartenant à une génération qui n’a pas laissé mourir l’Apôtre.