IIIIIIIIIIIIIIII
La « Fête du Feu » est dédiée à la Caraïbe colombienne
Par Casa del Caribe Traduit par Alain de Cullant
La Caraïbe colombienne est l’invitée d'honneur de la XXXIIIe édition du Festival de la Caraïbe du 3 au 9 juillet 2013, à Santiago de Cuba.
Illustration par : Alberto Lezcay

La Colombie est un pays multiethnique et multiculturel, où chaque région a des caractéristiques qui la distinguent de ses voisines. Ainsi, on peut parler d’une culture andine, dans laquelle on sent l'ancêtre européen avec une plus grande force ; d’une culture caribéenne, l'amalgame des legs autochtones et africains ; d’une culture du Pacifique, de racine africaine et d’une culture de l'Orénoque et de l'Amazonie, essentiellement indigène.

Les habitants de la Caraïbe colombienne sont le résultat du mélange racial et culturel des peuples autochtones avec les Espagnols qui sont arrivés sur ses côtes en 1499, qui à leur tour ont introduit des Noirs de diverses tribus africaines comme esclaves.

Dans le dernier tiers du XIXe siècle, des immigrants de Palestine, du Liban, de Syrie et de Jordanie et en moindre mesure étasuniens, néerlandais, italiens, français, allemands, cubains, vénézuéliens et juifs sont entrés dans le pays par les ports de Puerto Colombia, de Santa Marta, de Cartagena de Indias et de Riohacha. L’immigration des gens de l'intérieur andine de la Colombie a été également importante dès cette époque, en particulier dans les départements de Santander et Antioquia, une situation qui s'est maintenue tout au long du XXe siècle et qui s’est accentuée lors de la première décennie du XXIe.

Tous ces apports ont donné lieu à une idiosyncrasie propre, semblable à celle des habitants du bassin de la Caraïbe hispanique comme Cuba, la République Dominicaine, Panama, Porto Rico et les zones côtières du Venezuela, et diamétralement différente de celle de ses concitoyens du reste du pays : les andins, les llaneros (habitants des plaines) et même de leurs pairs de la région du Pacifique. La majorité de la population se trouve dans les villes de Barranquilla, Cartagena, Soledad, Santa Marta, Sincelejo, Montería et Valledupar.

Ce mélange complexe trouve son expression non seulement dans les traditions, l’artisanat et la gastronomie colombienne, mais aussi dans leurs arts depuis l'architecture, la peinture et la sculpture jusqu’à la littérature, au cinéma et à la photographie, en passant par la musique, la danse et le théâtre.

La richesse culturelle que thésaurise la région de la Caraïbe de la Colombie montre le rythme et la danse la plus connue internationalement : la cumbia, qui combine les mélodies indigènes et les rythmes africains. Le porro est un autre air musical important de la région, avec ses variantes du porro tapao ou puya et du porro palitiao ou gaita. Dans la région de Valledupar se trouve le vallenato, le genre musical le plus connu de Colombie de nos jours. Il y a aussi le mapalé, une danse pure et exclusivement africaine, le fandango, le garabato, le bullerengue, le chandé, le berroche, la guacherna, le jalao, le paseo sabanero ou le merecumbé, parmi d’autres. Plus récemment se trouve la musique champeta, origine et typique de la zone de Cartagena.

Le sombrero vueltiao, déclaré Symbole de la Colombie par le Congrès National, le sac arhuaca, les hamacs de San Jacinto et les vêtements wayu démontrent un artisanat unique et diversifié.

Le carnaval de Barranquilla, déclaré Patrimoine Oral et Immatériel par l'UNESCO en 2003, est à la tête d’une ample et variée relation de célébrations populaires, parmi lesquelles nous soulignerons le Festival de la Légende Vallenato, à Valledupar et les Fêtes du 20 janvier à Sincelejo, des événements déclarés Patrimoine Culturel de la Nation.

La musique colombienne possède une grande variété. La musique afro de la région du Pacifique, avec ses currulaos et alabaos, base sa force sur les tambours et la marimba, avec un accent mélancolique d'origine indienne. Les groupes indigènes de l’Amazonie comptent les flûtes yurupari et les tambours maguarés, tous les deux sacrés.

Sur la côte que de la Caraïbe, le vallenato sur des rythmes plus ancestraux comme la cumbia et le bullerengue s’est imposé, alors la champeta et le reggaeton prennent de la force à Santa Marta, Barranquilla et Cartagena.

Ces richesses culturelles et ses éléments en contact avec la diversité culturelle de la  Caraïbe qui nous unit, accréditent la Caraïbe colombienne comme l'une des régions pouvant montrer et apporter une spiritualité inestimable au processus d'enrichissement de l'identité caribéenne et à l’idéal d’intégration de nos peuples. C’est pour cette raison que le Festival de la Caraïbe,  la « Fête du Feu », le plus ample et divers espace de rencontre des expressions des cultures populaires et des traditions de la région, a l'honneur de recevoir la Caraïbe colombienne comme l’invitée d'honneur dans son XXXIIIe édition, du 3 au 9 juillet 2013, à Santiago de Cuba.