IIIIIIIIIIIIIIII
Histoire d'un coin de La Havane : l’Hôtel Ambos Mundos
Par Gladys Rodríguez Ferrero Traduit par Alain de Cullant
Ernest Hemingway, Scott Fitzgerald et John Dos Passos ont séjourné dans l’Hôtel Ambos Mundos.
Illustration par : Ernesto González Puig

L’Hôtel Ambos Mundos a été inauguré le 1er janvier 1925. Ernest Hemingway payait un prix préférentiel pour la chambre étant donné qu’il était un client régulier. Scott Fitzgerald et John Dos Passos ont également séjourné dans l’Ambos Mundos. Emilio Roig de Leuchsering l’a fréquenté, avec le Grupo Minorista, entre 1923 et 1930

Si nous parlons de l'Hôtel Ambos Mundos, immédiatement, nous le mettons en relation avec le séjour de l'écrivain Ernest Hemingway. Comme le dit Esperanza García Fernández, la spécialiste de la chambre 511 de l'hôtel, c’est vraiment un endroit dont on parle beaucoup mais que l’on connaît très peu.

Bien qu’une maison de deux étages, marquée avec le numéro 11 existait déjà à cet endroit en 1835, propriété de Don Carlos Benítez, ce n'est qu’en février 1923 que le commerçant espagnol Antolín Blanco a demandé une Licencia de Fabricación (un permis de construire). Cette demande présentait un projet pour la construction d'un édifice de trois étages, préparé pour cinq. Sa fonction serait attribuée à un hôtel. L’architecte Luis Hernández Savio s’est chargé de l’oeuvre.

C’est ainsi qu’est apparu l'Hôtel Ambos Mundos. Les premier et deuxième étages comptaient 19 chambres par étage avec une salle de bain privée. La construction du troisième étage a eu lieu en 1924, avec 18 chambres et une salle de bains dans chacune. Le quatrième étage comptant quatre chambres et un appartement privé.

L’hôtel a été ouvert au public le 1er janvier 1925 et non en février 1926 comme on le croyait jusqu'à présent.

Dans un article paru dans la revue Carteles, Emilio Roig de Leuchsering, notre premier Historien de la Ville, se réfère à cet hôtel et le relie aux activités qui y avaient lieu au cours des années d'existence du Grupo Minorista, entre 1923 et 1930. Des écrivains et des artistes havanais se réunissaient tous les samedis pour déjeuner, d'abord dans le restaurant Giovanni, puis dans l’Ambos Mundos.

L’hôtel a eu différents propriétaires à partir de 1930 : Isidoro Laurieta, Manuel Arias, Antonio López Rodríguez et la société anonyme « Ambos Mundos », constituée en 1933 par Luis Castro Vidal et Manuel Cao, serveurs ; Orentino Piñeiro « Firpo », barman, et José Campos Rivero et Bautista Vidal, cuisiniers. Le dernier propriétaire de l'hôtel était Manuel Asper López, natif de Chantada, province de Lugo, Galice, Espagne.

La spécialiste de la chambre 511 a trouvé, dans le cadre de ses recherches dans la Collection de documents du Musée Ernest Hemingway, certains guides touristiques correspondants aux années 1932 et 1957, Là, l’hôtel apparaît comme l'un des meilleurs.

Dans l'un des guides se trouve une donnée intéressante, le prix réel de l'hôtel à cette époque. Ainsi, la spécialiste confirme que les propriétaires ont offert un prix préférentiel à Hemingway pour être un bon client.

Hemingway a invité Jannet Flanner, de Key West le 8 avril 1933, à se rendre à La Havane. Il lui explique qu’elle séjournera dans un hôtel appelé Ambos Mundos, ayant une excellente vue sur la ville et le port, que les chambres sont très propres pour seulement $2,00.

En comparant les prix de l'hôtel à cette époque, Esperanza démontre qu'une chambre simple coûte $5,00 (Plan américain) et $3,00 (Plan européen) et une double $9,00 (Plan américain) et 5,00 $ (Plan européen). Ces prix montrent bien que les propriétaires offraient une réduction à Ernest Hemingway.

Personne ne met en doute la place importante qu'a occupée l’Ambos Mundos dans la vie d’Hemingway. C’est là où il a écrit pour la première fois à Cuba, dans une modeste chambre au cinquième étage.

Malheureusement, dans le livre Ernest Hemingway A to Z: The Essential Referente to the Life and Work (1999) de Charles Oliver, à l'occasion du centenaire de la naissance de l'écrivain, il y a un bref aperçu des trente et un hôtels qu’il a fréquenté mais on ne mentionne pas l’Ambos Mundos. Un endroit mentionné à maintes reprises dans sa correspondance avec des éditeurs, des écrivains et des amis, et un fait reconnu par les chercheurs de la vie et de l’œuvre de « Papa ». L'Hôtel Ritz, à Paris, conserve beaucoup de souvenirs d'Hemingway, mais la clé qu’il utilisait est conservée à la Finca Vigía, son domicile cubain.

Lors du onzième Colloque International, en 2007, l'étasunienne Susan Wrynn, conservatrice de la Collections Hemingway de la Bibliothèque et Musée Présidentiels John F. Kennedy, a montré la copie d'une lettre dans laquelle l'écrivain révèle qu'il avait commencé à écrire Pour qui sonne le glas dans l'hôtel Sevilla Biltmore. Et nous avions toujours pensé, à Cuba, que l'Hôtel Ambos Mundos était l’endroit qui a donné naissance à ce roman.

La révélation nous a poussé à faire des recherches sur les dates et les voyages réalisés par Ernest Hemingway à Cuba et les sites de ses séjours avant d’établir sa résidence dans la Finca Vigia, en mai 1939.

La spécialiste de l'Ambos Mundos a trouvé un fait intéressant dans la biographie de Martha Gellhorn, écrite par Caroline Moorehead, car elle affirme qu’Hemingway a loué une chambre dans l'hôtel Sevilla Biltmore et, à la fois, une autre au quatrième étage de l'Hôtel Ambos Mundos.

Ses contacts avec certains membres de la famille de l'écrivain, comme Edward, Mina et Mariel Hemingway, petits-enfants de l'écrivains ; Hilary Hemingway, sa nièce et Angela Hemingway, sa belle-fille, ainsi qu’avec les familles d'amis très proches d’Ernest, tels que Benjamin Bruce, petit-fils de Toby et Betty Bruce qui vivaient à Key West, lui ont permis d’avoir accès à des copies, données à l’hôtel, de divers documents, dont un bon nombre originaires de l'hôtel et qui réaffirment la présence d'Ernest Hemingway dans celui-ci.

L'écrivain a continué à recevoir sa correspondance dans l’Ambos Mundos bien après avoir acheté la Finca Vigia en 1940. La consultation des documents dans le Musée Ernest Hemingway confirme ce fait jusqu'en 1952.

L’Ambos Mundos a été un point de contrôle. À Cuba, pour le localiser, il suffisait seulement d’envoyer les lettres à l'hôtel sans crainte qu’elles soient perdues. L’Ambos Mundos était réellement le prolongement de sa résidence à Cuba.

Quand Ernest Hemingway venait à Cuba il logeait dans l’Ambos Mundos. La spécialiste a examiné les données en vérifiant les dates des voyages avec sa vaste correspondance, il y a même certaines lettres envoyées à ses amis qui ont été envoyés de l'hôtel.

Le 18 juillet 1934,  il naviguait à bord du Pilar. Il séjourne dans l'hôtel du 20 au 27. Le 21,  il fête son 35e anniversaire et le 22 le 39e anniversaire de Pauline. Durant cette période il ajoute 300 mots au manuscrit Les vertes collines d'Afrique.

On peut constater les relations de l'écrivain avec le personnel de l'hôtel. Par exemple, Francisco « Pancho » Castro, menuisier ébéniste, travaillait dans l'hôtel et ensuite il a travaillé pour Hemingway dans la Finca Vigia. Certains des meubles exposés actuellement dans le Musée sont l’œuvre du maître cubain.

La spécialiste a aussi trouvé, dans dix-sept lettres très importantes pour sa recherche, la référence de visites et de rencontres avec des amis que l’écrivain a eu à La Havane et des renseignements sur l’hôtel qu’il donnait à ses amis.

Dans une lettre,  il invite Henry Strater à voyager avec lui en Afrique. Il lui écrit depuis La Havane, le 27 mai 1933 et il lui demande d'envoyer la réponse à l'Hôtel Ambos Mundos.

Il y a une lettre qui a été écrite de toute évidence dans l’Ambos Mundos, où il parle d'un conte qui a probablement été écrit dans l'hôtel. Il se réfère à The Light of the World. Ce même récit apparaît dans une des lettres données par Hilary Hemingway où l’écrivain dit qu’il a pu être écrit à La Havane. Cette lettre était adressée à Arnold Gingrich, de La Havane, le 7 juin 1933.

Hemingway dit, à Key West, le 25 mai 1934, qu’il était en vacances à La Havane au mois de mai avec John Dos Passos et qu’il reviendra en juillet. En décembre 1935, Hemingway envoie une invitation à Scott Fitzgerald pour assister à un combat de boxe professionnelle avec Louis Gaztañaga à La Havane. Il assure qu’il pourra obtenir deux bonnes places. Les deux lettres corroborent non seulement le séjour de l'écrivain dans l’Ambos Mundos, mais la présence répétée de notables personnalités de la littérature étasunienne dans ce dernier.

Le 4 septembre 1945, il envoie une lettre à Mary Welsh dans la Finca Vigia, pour qu’elle envoie John, le chauffeur, chercher son courrier à l'Hôtel Ambos Mundos. Ce courrier montre que sa correspondance a été gardée dans l'hôtel où elle était récupérée plus tard.

Le 23 janvier 1953, depuis la Finca Vigia, il écrit à Charles Poore qu’il a commencé à écrire Adieu aux armes à Paris, puis à La Havane, à Key West, à Piggott, à Arkansas City, à Mo (lors de la Convention des prix Hoover), puis à Sheridan. Cette lettre confirme que certains chapitres de cet ouvrage ont été écrits dans l'Hôtel Ambos Mundos.

L’écrivain, essayiste et traducteur français Gérard de Cortanze, dans le livre Hemingway à Cuba, confirme qu'il a réalisé, dans la chambre de l’hôtel, la révision des preuves de galée de Mort dans l’après-midi, la création d'une partie d'Adieu aux armes, ainsi que ses premières chroniques sur la pêche Marlin off the Morro et Out in  the Golf Stream, publiées dans Esquire en 1933 et 1934, respectivement.

Indubitablement, Esperanza García a pu, grâce à un examen bibliographique et documentaire approfondi, démontrer la persistance et la présence d'Ernest Hemingway, non seulement à La Havane, mais aussi dans l'Hôtel Ambos Mundos, sa maison, durant une bonne partie de sa vie à Cuba.

La spécialiste de la chambre 511 a confirmé la date exacte de l'ouverture de l'Hôtel Ambos Mundos, elle a démontré le prix réel des chambres de l'hôtel et elle a précisé qu’Hemingway avait un tarif préférentiel en tant que client régulier.

La recherche a confirmé la présence d’Ernest Hemingway dans l'hôtel entre 1928 et 1939, avant qu’il réside dans la Finca Vigia. Elle confirme également le séjour dans l’Ambos Mundos de personnalités de la littérature étasunienne de l'époque, liées directement à l'écrivain. Et elle a permis de confirmer les liens entre l'Hôtel Ambos Mundos et l'écrivain Ernest Hemingway de 1928 jusqu'aux années 1950.