IIIIIIIIIIIIIIII
Par Amour pour l’Art, Par Amour pour Cuba
Par Samantha Barroero Traduit par
Gilbert Brownstone enrichit le patrimoine culturel cubain de 120 œuvres graphiques : dessins, lithographies, sérigraphies, éditions.
Illustration par : Janler Méndez Castillo

Dans la suite des actions que la Fondation Brownstone mène en faveur des projets et échanges culturels avec le peuple cubain, Gilbert Brownstone enrichit le patrimoine culturel cubain de 120 œuvres graphiques : dessins, lithographies, sérigraphies, éditions. L’acte officiel constitutif de cette donation a été signé le 25 janvier 2010 au Musée des Beaux-Arts de La Havane. Pour garantir la sauvegarde et la conservation de ce patrimoine un comité de vigilance est créé. Il veillera aussi à la circulation des œuvres dans des expositions itinérantes sollicitées par les musées et les Centres d’art de tout le pays et à l’étranger, permettant ainsi une plus grande visibilité de cette collection par le peuple cubain.

Le 25 février 2011, l’exposition de la donation à La Havane a été inaugurée. La présentation chronologique des œuvres a été retenue permettant ainsi au public un parcours dans la création européenne et nord américaine du XXe siècle. Le casting est loin de décevoir : Josef Albers, Alechinsky, Hans Bellmer, Alexander Calder, Carlos Franqui, Dado, Jean Dewasne, Marcel Duchamp, Errò, Donald Judd, Gottfried Honegger, Edward Kienholz, Roy Lichtenstein, Marisol, André Masson, Roberto Matta, Juan Mirò, Olivier Mosset, Louise Nevelson, Camille Pissaro, Robert Rauschenberg, Georges Rouault, Peter Saul, Robert Lindner, Sol Lewitt, Pablo Picasso, Antonio Tapies, Edouard Vuillard, Andy Warhol.

Le choix de la présenter simultanément au Centre Wifredo Lam et au Musée des Beaux-Arts de La Havane s’est ainsi imposé pour montrer que ces œuvres n’appartiennent à aucune institution.

Le Musée National des Beaux Arts (Museo de Bellas Artes) créé le 23 février 1913 grâce aux efforts de l'architecte Emilio Heredia, est abrité depuis 1954 dans le Palais des Beaux Arts conçu par l'architecte Rodriguez Pichardo. Le Musée des Beaux Arts présente une abondante collection d'oeuvres d'Art Cubain dans les 24 salles du musée qui couvrent une surface de 7 600 m2. Plus de 1 200 peintures, de nombreuses sculptures, des gravures et des dessins sont présentés au public. Ces oeuvres couvrent les périodes les plus anciennes comme la vision des premiers voyageurs du 16ème et 17 ème siècles jusqu'aux auteurs contemporains. La galerie consacrée aux années 1970 fait la part belle à l'Hyperréalisme et à la toute dernière génération d'artistes cubains. Les œuvres les plus remarquables sont celles de René Portacarrero et Wifredo Lam.

Jusqu’au 10 avril 2011, il suffit donc de pousser la porte du palais pour découvrir le premier volet de la collection Brownstone. Le Miserere de Georges Rouault,1923, nous accueille. Mais c’est la série des 29 portraits imaginaires de Picasso et celle d’Erro, Dernière visite de Mao à Venise, qui dominent ici. Leurs couleurs vives et éclatantes donnent un rythme enjoué, voire endiablé à l’exposition. L’accrochage est ponctué par le très beau portrait Duchamp déchiré, 1965, de Marcel Duchamp et la figure menaçante de l’Oncle Sam qui nous interpelle sur l’affiche de la première exposition de l’artiste américain Edward Kienholz à Paris, en 1970 organisée par un certain Gilbert Brownstone au CNAP – ARC (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris). Rappelons au passage que l’œuvre de cet artiste était alors censurée aux Etats-Unis. Enfin Il faudra monter au 4ème étage du musée pour découvrir les 12 eaux fortes de la série Faunes et Flores de Picasso, Ed.Pont des arts.

Si le maître espagnol domine au Musée des Beaux-Arts, au Centre Wifredo Lam c’est la figure d’André Masson avec la série des 18 dessins érotiques, 1971 Edition Tchou, qui donne le ton au Centre Wifredo Lam où le second volet de la donation est présenté.

Ce Centre dirigé actuellement par Jorge Fernandez l’ancien directeur de la fameuse école d’art de La Havane, l’ISA, est une institution consacrée à l'exploration et à la diffusion des arts visuels d'Asie, d'Afrique, du Moyen Orient, d'Amérique Latine et des Caraïbes. Son travail est articulé en majorité autour des pays en voie de développement et sur la diffusion des oeuvres du réalisateur cubain Wifredo Lam. Une autre fonction du centre est de compiler et maintenir un fichier d'informations sur l'art visuel à disposition des artistes, chercheurs et du grand public. C'est l'un des partenaires de la biennale de la Havane. Ici donc le surréalisme avec une salle entière consacrée aux lithographies d’André Masson à qui Gilbert Brownstone a consacré sa thèse de doctorat en Histoire de l’art. Marcel Duchamp est toujours présent avec sa « Fumée », lithographie de 1967 très couleur locale. Sur ce photo montage la main de Duchamp tient un cigare, détail d’une photo prise en 1967 dans l’ancien studio de Duchamp rue Larrey. La fumée du cigare est celle d’une photo de Georges Brassens fumant sa pipe prise par le photographe Pierre Joly. Matta est là aussi avec un dessin recto verso très érotique, qui flotte tel un drapeau dans l’espace de la première salle. Mais nous retrouvons aussi l’art minimal avec Josef Albers, Donald Judd et Sol Lewitt et l’art dit concret représenté par deux lithographies au stylo à bille de Gottfried Honegger. Enfin dans la dernière salle est celle de l’Amérique de Robert Lindner, du Pop Art avec un triptyque de Roy Lichtenstein de 1964 « As I opened the Fire », deux dessins de Rauschenberg, la vache d’Andy Warhol (affiche encore datant de sa première exposition à Paris en 1970 à l’Arc encore organisée par Gilbert Brownstone) mais celle aussi de Peter Saul.

Un parcours étonnant à travers des œuvres au final, peu vues et qu’il est bon de redécouvrir sous l’œil bienveillant et attentif du peuple Cubain. Car ce que nous retiendrons avant tout de ce 25 février est l’accueil fait par un public très nombreux et venu spécialement des quatre coins de l’île. Dès 16 heures, beaucoup de monde se pressait derrière la cathédrale de la Havana Vieja, à la porte du Centre Wifredo Lam pour écouter entre autres ce que ce philanthrope d’origine américaine, installé en France depuis ses 17 ans avait à dire pour expliquer son geste :

« Depuis 2001, je suis allé de plus en plus régulièrement et fréquemment à Cuba. J’ai ainsi mieux compris les contradictions de ce pays. Je compte aujourd'hui beaucoup d'amis sincères, des artistes, des enseignants, des promoteurs de la culture, responsables, honnêtes. Ils oeuvrent sans relâche avec la fondation comme alliée, pour enrichir chaque jour le patrimoine cubain et, continuer à offrir à la population toujours plus de moyens de voir, d’entendre, de vivre l'art et la culture.

Pour l'amour de l'art je suis convaincu aujourd'hui que les oeuvres qui figurent dans cette donation sont remises entre de bonnes mains. Des mains généreuses, celle du peuple cubain.

Pour l'amour de l'art, et de ses oeuvres qui ont traversées ma vie, je dédie ce don à Gerardo Hernandez, Antonio Guerrero, Ramon Labañino, Fernando Gonzales et René Gonzalez… »

La soirée s’est achevée autour d’un dîner lui aussi volontairement populaire et ouvert au plus grand nombre avec près de 300 convives invités dans la cour du Musée des Arts Cubains à déguster 4 lechonnes (cochons de lait) cuisinés pendant 48 heures… Sourires, et Alegria de Vivir (joie de vivre) expression couramment utilisé à Cuba, se lisaient sur tous les visages.

Par Amour pour l’Art, Par Amour pour Cuba vous disiez Monsieur Brownstone ? Chapeau bas !

Plus d’infos :

Exposition de la donation Brownstone au Centre Wifredo Lam et au Musée des Beaux Arts de La Havane jusqu’au 10 avril 2011.

Un catalogue sera publié à cette occasion.

Enfin : les deux séries d'oeuvres de Picasso 29 portraits imaginaires et Faunes et Flores seront dans le proche avenir exposées à  l'institut de Valence d'Art Moderne (IVAM) en Espagne.

www.brownstonefoundation.org