IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba : Avril 2013
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Notre revue rend hommage à Hugo Chávez car il est un de ces hommes que Bertolt Brecht a qualifié comme des indispensables.

Nous avons reçu avec une grande consternation la nouvelle de la disparition physique du Commandant Président vénézuélien Hugo Chávez le 5 mars. Pour tous les hommes et femmes progressistes du XXIe siècle sa pensée et ses actions restent comme le legs qu’il faut absolument défendre. Notre revue lui rend hommage à travers des articles d’intellectuels cubains et étrangers qui expriment leur opinion sur ce leader, sur la révolution vénézuélienne et son impact en Amérique Latine et dans les Caraïbes car il est un de ces hommes que Bertolt Brecht a qualifié comme des indispensables. 

Rencontre propose l’analyse du chercheur Pedro Pablo Rodríguez sur l’influence de José Martí chez Hugo Chávez. Lors de différents discours le président exprimait la valeur de la pensée de l’Apôtre quand il a souligné que la grande leçon de José Martí a été son appel à l'unité continentale face au géant aux bottes de sept lieues.

L’écrivain uruguayen Eduardo Galeano, Prix ALBA des Lettres 2012 a écrit « La diabolisation de Chávez », pour combattre la guerre médiatique contre la révolution bolivarienne.

Dans cette section on présente la deuxième partie et finale de La présence française dans la revue Pensamiento Crítico par l’investigatrice de la Bibliothèque Nationale José Martí,  Vilma N. Ponce Suarez. Grâce à la description de chaque contenu publié dans cette revue on peut constater que les professeurs cubains de Philosophie ont exprimé leur intérêt de connaître et de divulguer les nouvelles propositions théoriques françaises des années 60.

L’intellectuel vénézuélien Luis Britto García, lui aussi Prix ALBA des Lettres, nous fait réfléchir sur la nécessité de la création des Instituts des Etudes Latino-américaines quand il affirme « Nos pays s'ignorent les uns les autres car on leur enseigne à s'ignorer. Pour cela, il est indispensable de créer et maintenir un réseau efficace d'instituts d'études d'Amérique Latine et des Caraïbes. ».

En Lettres on a recueilli diverses phrases sur les idéals d’indépendance des illustres penseurs de l’Amérique Latine exprimées par Simón Bolívar, José Martí, Simón Rodríguez, Andrés Bello, José Gervasio Artigas Rómulo Gallego et Hugo Chávez Frías.

D’autre part on présente un recueil des expressions d’affection des intellectuels et des hommes politiques sur la vie et l’œuvre du Président Hugo Chávez.

On peut aussi constater qu’Hugo Chávez aimait la culture de son peuple car il exprimait sa valeur à tous à travers les paroles qu’il chantait, tels que les chansons engagées du vénézuélien Ali Primera : « Ceux qui meurent pour la vie » et « Les Toits de  carton » que l’on offre dans nos pages.

En Interview l’intellectuel français Salim Lamrani nous propose Conversations avec Jean-Pierre Bel, Président du Sénat français, un entretien qui a eu lieu à La Havane lors de sa visite au mois de janvier quand il a participé au Congrès International pour L’Equilibre du Monde et il a décoré Eusebio Leal, historien de la ville de La Havane, de la Croix de Commandeur de la Légion d’Honneur.  

Trésors est dédiée au centenaire du Musée National des Beaux-arts de Cuba donc son inauguration a eu lieu le 28 avril 1913. Le lecteur parcoura le long chemin de cette institution à travers les notes historiques de la curatrice Corina Matamoros Tuma

On peut apprécier l'ensemble des œuvres françaises, l'une des collections les plus attrayantes du Musée des Beaux-arts de Cuba.

Le spécialiste Boris Morejón Vega explique dans son article que l'attribution du Portrait de la famille Manrique de Lara au peintre français Jean Baptiste Vermay est aussi historique que la polémique qu’elle a suscitée parmi les critiques et les historiens.

Les Arts nous approche au photographe Suisse Luc Chessex qui est arrivé à La Havane en 1961 et son séjour se prolongera jusqu'en 1975. L’historienne d’art Carina Pino Santos souligne que « Luc Chessex considérait Cuba comme un exemple à suivre pour le Tiers-monde et une référence pour la gauche européenne. »

La docteur Graziella Pogolotti a fait l’éloge de la vie et l’œuvre du regretté acteur et directeur de théâtre Sergio Corrieri, Prix National d’Arts Scéniques 2006. À ce moment là elle a signalé : « Sergio Corrieri représente les principes inexpugnables du théâtre cubain. »

La journaliste Ailyn Martin Pastrana de la revue Cubacine nous décrit la trajectoire cinématographique de Manuel Pérez Paredes, le réalisateur du filme « El hombre de Maisinicú » qui vient de recevoir la plus haute distinction de l’Institut Cubain des Arts de l’Industrie Cinématographique, le Prix National de Cinéma.

Lire Martí présente la lettre écrite 1er janvier 1878 par Notre Apôtre à son ami Manuel Mercado.

Cette édition d’avril est illustrée avec des œuvres du Musée de Beaux-arts de Cuba et nos lecteurs pourront aussi profiter de la beauté et de l’esthétique des tableaux de nos peintres dans la Section Galerie.