IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba : Mars 2013
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
Cette édition de mars est illustrée par la plasticienne Sandra Delgado.
Illustration par : Sandra Delgado

La Foire International du Livre Cuba 2013 parcours les provinces du pays après ses journées havanaises à La Cabaña et dans d’autres sièges de la capitale. Les hommages à l’écrivain Daniel Chavarria, Prix National de Littérature et à l’intellectuel Pedro Pablo Rodríguez, Prix National des Sciences Sociales ont lieu dans chaque ville et leurs œuvres sont acquises par un public toujours attentifs. Les rencontres avec les intellectuels et les artistes angolais aussi bien que la traduction et l’édition des livres les plus représentatifs de ce pays africain par les maisons d’édition cubaines a permis d’approcher nos lecteurs à la poésie d’Agostigno Neto ou à la narrative contemporaine avec des romans tels que O Catador de Bufunfa, de Roderick Nehone. Un colloque sur l’œuvre de notre Apôtre s’est tenu au Centro de Estudios Martianos car la foire est aussi dédiée au 160e anniversaire de la naissance de José Martí. Les organisateurs de la Foire du livre ont annoncé que l’Equateur sera le pays invité en 2014 et qu’elle sera dédiée à l’écrivaine Nercy Felipe, Prix National de Littérature 2011 et à Rolando Rodríguez, Prix National des Sciences Sociales 2007.

Rencontres présente les paroles de Ticio Escobar lors de l'inauguration de la 54e édition du Prix Littéraire Casa de las Américas 2013. Dans son discours l’intellectuel souligne que la Casa de las Américas est un espace de résistance culturelle unique sur notre continent

La Docteur Graziella Pogolotti dans son article Jorge Mañach, l’Avant-garde et la République fait un analyse socioculturel de l’époque républicaine et elle affirme que Jorge Mañach était un homme de son temps, un homme de bien, un défenseur passionné d’une Cuba imaginée, s’éloignant progressivement de son fond social et culturel.

On publie La présence française dans la revue Pensamiento Crítico (I) où Vilma N. Ponce Suárez, chercheuse de la Bibliothèque Nationale José Martí, argumente que la gauche politique française observait avec attention le processus de la Révolution Cubaine.

En Interview Laura Ruiz Montes approche à la vie et l’œuvre de Sonia Anguelova, une bulgare de naissance qui a fait ses études à Cuba et aujourd’hui elle est écrivaine au Québec. Sonia souligne que c’est à Cuba qu’elle a acquis cette vision d’une société métissée et tolérante

Lettres nous offre le fragment Sous le soleil des tropiques du roman Sans Retour, de Sonia Anguelova.

L’écrivaine et journaliste française Sabine Faivre d’Arcier a publié à Cuba son livre Los Tres Heredias en espagnol par Ediciones Imagen Contemporánea. Nous voulons la remercier car on vous présente aujourd’hui les extraits du livre en français grâce à sa collaboration. Les Trois Heredia furent trois cousins. Tous les trois firent partie de l’Histoire, de la littérature, de la poésie et de la politique.

En Trésors on profite de la deuxième partie et finale de Juan de la Cosa : agent secret de César García del Pino, qui a reçu le Prix National des Sciences Sociales et Humanistes 2012 lors de la Foire International du Livre. L’intrigue et la manipulation de l’information sur les découvertes du « nouveau monde » font partie de l’histoire de ce navigateur et cartographe.

San Salvador de Bayamo, le berceau d'illustres patriotes et de l'hymne national arrive à son 500e anniversaire. On découvre cette ville séduisante grâce à l’article de Mailenys Oliva Ferrales

Dans Les Arts, le journaliste Jésus Risquet Bueno nous présente Le Danzón, notre danse nationale. Un genre musical qui a été entendu pour la première fois le 1er janvier 1879, dans le Liceo de Matanzas, interprété par un orchestre traditionnel composé des cuivres (trompette, trombone à pistons, ophicléide, deux clarinettes), deux violons, une contrebasse, les timbales et le güiro, dirigé par Miguel Faílde

La sensibilité du chercheur Pedro Pablo Rodríguez est exprimée à travers sa valorisation de l’art de la chanteuse Ivette Cepeda, affirmant qu’elle nous fait revenir à l'époque des bons chanteurs qui savaient s'approprier de leurs auditeurs sans crier son chant, sans stimuler la clameur inutile et sans donner d’espace au cri stupide.

L’intellectuel Roberto Méndez Martinez souligne que le musicien José María Vitier dans sa Misa cubana a la Virgen de la Caridad del Cobre unit l’office religieux latin avec des composants de la musique populaire cubaine.

Lire Martí présente la lettre écrite le 28 octobre 1877 par Notre Apôtre, au Guatemala, à son ami Manuel Mercado.

Cette édition de mars est illustrée par la plasticienne Sandra Delgado.