IIIIIIIIIIIIIIII
CyberProméthée, l'instinct de puissance  (Fragments)
Par Hervé Fischer Traduit par
Les instincts de plaisir et de mort, Éros et Thanatos, règnent sur le monde de Freud, le fondateur de la psychanalyse.
Illustration par : Alain Kleinmann

Au com­men­ce­ment était l’ac­tion.

Goe­the

 

L’es­sence la plus intime de l’être
est sa volonté de puis­sance.

Nietzs­che

 

Je vois les équa­tions de mes pen­sées.

Ted Chiang

 

Avant-propos

 

Les ins­tincts de plai­sir et de mort, Éros et Tha­na­tos, règnent sur le monde de Freud, le fon­da­teur de la psy­cha­na­lyse. Mais il a oublié le troi­sième acteur : l’ins­tinct de puis­sance. Nous l’ap­pel­le­rons Pro­mé­thée, et il est selon nous le moteur de l’his­toire humaine.

 

Pro­mé­thée, c’est ce demi-dieu qui vola le feu de Zeus pour le don­ner aux hom­mes et fon­der leur pou­voir et l’âge du feu. Aujourd’­hui, il revient han­ter l’hu­ma­nité et se déchaîne à nou­veau, exul­tant dans le rêve de puis­sance de l’âge du numé­ri­que. Il réapparaît sous la figure mythi­que de Cyber­Pro­mé­thée. Il nous pro­met le sur­homme, celui d’un pos­thu­ma­nisme né du Choc du numé­ri­que.

 

Jamais, dans toute l’his­toire de l’hu­ma­nité, n’avons-nous été con­fron­tés à un défi col­lec­tif aussi déme­suré que celui de la puis­sance tech­no­lo­gi­que du numé­ri­que. Son déve­lop­pe­ment paraît expo­nen­tiel. Il bou­le­verse tout le kaléi­do­scope des acti­vi­tés humai­nes et remet en cause la pla­nète, la vie et le des­tin même de notre espèce, éven­tuel­le­ment pour le meilleur, pos­si­ble­ment pour le pire. Le choc du numé­ri­que est infi­ni­ment plus radi­cal que celui de l’éner­gie ato­mi­que, parce que les appli­ca­tions des lan­ga­ges et des tech­no­lo­gies numé­ri­ques sont illi­mi­tées. Nous devrons appren­dre à maî­tri­ser l’ins­tinct de puis­sance qui est au cœur de cette révo­lu­tion du numé­ri­que. Parce que ce défi est col­lec­tif, la menace étant uni­ver­selle, nous allons devoir aussi ré­ha­biliter l’éthi­que, dans sa dimen­sion collective, et non plus seu­le­ment indi­vi­duelle.

 

Et nous devrons recon­naî­tre à la science et à la tech­no­lo­gie la place qui leur revient dés­or­mais dans notre cul­ture, à l’égal de la reli­gion et de l’art, dont elles pren­nent la relève.

 

C’est là que se situent le fon­de­ment même et l’ur­gence de la cyber­phi­lo­so­phie, qui nous per­met­tra de faire face aux défis de cette nou­velle cos­mo­go­nie nu­mé­­ri­que.

 

Et parce que nous som­mes con­fron­tés à la dou­ble con­dam­na­tion de la science qui nie l’im­por­tance de l’hu­main dans l’uni­vers, et de la tech­no­lo­gie qui veut y sub­sti­tuer le pos­thu­main, une nou­velle sen­si­bi­lité s’éveille, qui tend à reva­lo­ri­ser la sin­gu­la­rité de l’homme et sa fra­gi­lité, annon­cia­tri­ces d’un retour du roman­tisme.

 

Cyber­Pro­mé­thée con­firme ainsi, au-delà de la psy­cha­na­lyse de l’in­con­scient indi­vi­duel, l’im­por­tance de la mytha­na­lyse pour com­pren­dre le rôle déter­mi­nant des mythes dans l’in­con­scient collectif le plus actuel. Nous nous étions enga­gés dans cette voie avec la publi­ca­tion sur inter­net de Mytha­na­lyse du futur en 2000, qui jetait les pré­mis­ses de cette appro­che nou­velle en scien­ces humai­nes. Car la société ne s’al­longe pas sur le divan du psy­cha­na­lyste. Mais sa cul­ture, ses pro­cla­ma­tions, ses gran­des peurs, ses espoirs et ses uto­pies en dis­ent long à celui qui s’y arrête. Et c’est dans l’évo­lu­tion de l’ima­gi­naire social, que nous décou­vrons la source des valeurs, des struc­tures et des réfé­ren­ces, le plus sou­vent non dites, qui domi­nent nos socié­tés.

 

Cer­tes, la psy­ché humaine sem­ble assez cons­tante dans ses figu­res de réfé­rence mythi­ques ; mais leur ex­pres­sion se méta­mor­pho­se selon les épo­ques et les socié­tés. Et la révo­lu­tion tech­nos­cien­ti­fi­que qui pré­side à la nais­sance de l’âge du numé­ri­que a curieu­se­ment réveillé Pro­mé­thée, le dieu le plus pro­che des hom­mes, en lui attri­buant de nou­veaux pou­voirs d’ap­pa­rence ma­gi­que, qui se situent au cœur de notre pen­sée actuelle et sus­ci­tent les étran­ges déri­ves du fan­tasme pos­thu­ma­niste. Cyber­Pro­mé­thée nous pro­met les pou­voirs des dieux dans la nou­velle cos­mo­go­nie numé­rique du IIIe ­millé­naire. Cyber­Pro­mé­thée domine aujourd’­hui la scène sociale dans les civi­li­sa­tions du Nord.

 

Cette étude se pour­sui­vra avec Qu’est-ce que la mytha­na­lyse ? et Mytho­lo­gies des clas­ses moyen­nes, qui con­tri­bue­ront, nous l’es­pé­rons, à fon­der la démar­che de la mytha­na­lyse et ses appli­ca­tions. Les ima­gi­nai­res sociaux mènent le monde : telle est notre con­vic­tion. À notre insu le plus sou­vent, ils sont aussi actifs et dé­termi­nants aujourd’­hui qu’au temps des Grecs, des Vikings ou de l’ani­misme tri­bal : voilà l’étran­geté qui con­tre­dit tous les dis­cours offi­ciels ratio­na­lis­tes. Il est temps de réha­bi­li­ter l’ob­scu­rité de la pen­sée humaine et son ima­gi­naire omni­pré­sent, que le ratio­na­lisme posi­ti­viste du xixe siè­cle a tenté en vain de refouler, alors qu’ils fon­dent tou­tes nos actions et tou­tes nos théo­ries. Nous en som­mes con­vain­cu : le pos­tra­tio­na­lisme sera la clé du xxie siè­cle et il nous fau­dra mieux le décrire aussi.

 

En pra­ti­quant la méthode de la fas­ci­na­tion cri­ti­que qui est la nôtre, nous ne croyons pas pour autant som­brer nous-même dans l’ob­scu­ran­tisme, les faus­ses scien­ces et tous ces fan­tas­mes si répan­dus dans les croyan­ces popu­lai­res. Bien au con­traire, en allu­mant la lumière dans la caverne, nous croyons exer­cer davan­tage notre juge­ment cri­ti­que, notre exi­gence de luci­dité à l’en­con­tre de l’alié­na­tion géné­rale, et con­tri­buer à nous libé­rer de tous ces fan­tô­mes qui règnent jus­que dans les illu­sions du ratio­na­lisme le plus rigoureux et que trop d’es­prits exi­geants croient devoir cacher sous le tapis.

 

Mon­tréal, 2002.

 

- 1 -

 

Urgence

 

Cher Baba­zou.com, la cham­bre du bébé est prête. Le petit lit est là, avec un hochet intel­li­gent, qui réagit par des sou­ri­res à l’in­fra­rouge, et donne l’alerte dans la mai­son en cas d’agi­ta­tion anor­male, avec la pompe à puce pour le lait des tétées et un bra­ce­let numé­ri­que pour tous les con­trô­les car­dia­ques, les tests d’in­tel­li­gence et les prin­ci­paux indi­ces neu­ro­vé­gé­ta­tifs.

 

Je vous ai déjà acheté aussi une web­ca­méra, ins­tal­lée au pied du ber­ceau et bran­chée sur l’inter­net pour sur­veiller sur mon écran de télé­phone mobile mon petit ché­ru­bin à tout ins­tant, si je devais m’en éloi­gner. L’ac­ces­soire pour com­man­der à dis­tance par satel­lite le ber­ce­ment du bébé fonc­tionne très bien. J’ai une ré­serve de lan­ges élec­tro­ni­ques pour les tests natu­rels et pour m’aver­tir cha­que fois qu’il faut remet­tre au sec les peti­tes fou­fou­nes. Tout a été pro­grammé en toute con­for­mité avec les ins­truc­tions de l’or­di­na­teur de ma cli­ni­que point.org.

 

Mais j’ai un pro­blème : le cen­tre de clo­nage auto­ma­ti­que a trop de deman­des et ne pourra pas me livrer ma petite Jeanne.net à temps pour Noël. Je la vou­lais pour le 24 décem­bre, parce que mes parents seraient là pour l’ar­ri­vée si dési­rée.

 

Cher Baba­zou.com, êtes-vous en mesure de me li­vrer une Jeanne.net pour le 24 décem­bre ? En avez-vous seu­le­ment en stock ? J’ai choisi le numéro 47b (sans OGM) de votre cata­lo­gue en ligne, de sexe fémi­nin, avec des talents en mathé­ma­ti­ques et en éco­lo­gie, sou­riante et sans pro­blème, affec­tueuse et de for­mat et com­por­te­ments régu­liers. Merci aussi de la pro­gram­mer pour qu’elle adhère à l’idée d’un Qué­bec sou­ve­rain dans un Canada uni – option 4b – (j’ai coché la case du for­mu­laire et accepte le petit sup­plé­ment de 25 $ à payer). J’ai coché non pour la case « per­for­man­ces sup­plé­men­tai­res », par pru­dence.

 

J’ai accepté le con­trat de ser­vice après vente et la garan­tie de deux ans. Je demande la réduc­tion de 10 % que vous pro­po­sez pour par­ti­ci­pation à un panel d’ob­ser­va­tions heb­do­ma­dai­res de la pre­mière année de déve­lop­pe­ment de Jeanne.net, ainsi que la réduc­tion de 5 % cor­res­pon­dant à l’op­tion C12 de Forum d’échan­ges entre jeu­nes parents Baba­zou.com.

 

Voici mon numéro de carte de cré­dit avec la date d’ex­pi­ra­tion.

 

Merci de me con­fir­mer par retour de cour­riel la récep­tion de cette com­mande, la dis­po­ni­bi­lité en stock et la date de livrai­son.

 

Merci aussi de me con­fir­mer mon droit de vous retour­ner ma com­mande dans un délai de deux semai­nes, sans avoir à four­nir de jus­ti­fi­ca­tion, et de rece­voir le rem­bour­se­ment inté­gral du mon­tant demandé, si je ne suis pas entiè­re­ment satis­fait, ou si vous n’avez pas res­pecté le délai de livrai­son.

 

Merci de m’en­voyer aussi la fac­ture cor­res­pon­dante con­for­mé­ment au for­mu­laire T26 de cré­dit d’im­pôt.

 

Signé/crypté : cyber.hom

 

 

CyberProméthée, l'instinct de puissance

Dr. Hervé Fischer

(éditions vlb, 2003 et UNTREF, Argentine)