IIIIIIIIIIIIIIII
Céspedes et Martí
Par Eduardo Vázquez Pérez Traduit par Alain de Cullant
Carlos Manuel de Céspedes représente le lien des idées d'indépendance nationale entre Félix Varela et José Martí.
Illustration par : José Luis Fariñas

 Les plus importantes guerres pour l'indépendance de Cuba ont été lancées par des civils : Carlos Manuel de Céspedes et José Martí. Céspedes est connu sous le nom de Père de la Patrie et José Martí comme l'Apôtre.

L'Histoire de Cuba n'a pas commencé lorsque Céspedes a pris les armes dans sa propriété de La Demajagua le 10 octobre 1868, mais à partir de ce jour tout a été différent. Son geste a fondé une tradition. Bien qu’ensuite certains aient insisté de le nier, cette tradition a continué à alimenter les soifs libératrices durant des générations. C’était la nationalité à la recherche de la nation. C’est pour cette raison qu’on le connaît comme le Père de la Patrie. Martí le considérait aussi lorsqu'il a écrit : « J’ai assisté à l'intérieur de son esprit au mystère divin de la naissance d'un peuple. »

José Martí est l'Apôtre de l'indépendance de Cuba, ou simplement l'Apôtre. Dans les années 70 du siècle dernier, certains ont soulevé que ce n'était pas adéquat car il s'agissait d’une connotation religieuse. En plus de sa signification religieuse, l'apôtre est le propagateur de n'importe quel genre de doctrine important. Martí  l’a utilisé pour qualifier les patriotes consacrés à la cause de Cuba, il a écrit en 1893 : « Nous ne vivons pas en promenades et en orgies, mais versant le sang sur la terre, et avec la transparence et l'humilité des apôtres ». Le premier ayant appelé Martí l’Apôtre a été Gonzalo de Quesada, quand il l'a présenté lors d'un rassemblement le 10 octobre 1889.

Il se peut que José Martí ait compris Céspedes comme personne. Au moins parce que lors de certains moments il se sentait comme lui : un civil organisant une révolution qui prendrait le chemin armé.

Les deux étaient avocats et se sont soulignés comme orateurs et dirigeants, ils se sont démarqués d'autres patriotes de prestige. Il est logique que les personnalités les plus influentes dans les mouvements armés soient des militaires. Céspedes et Martí ont dû faire face à cette réalité.

Carlos Manuel de Céspedes a été critiqué parce qu'il s’était lancé dans la guerre prématurément, sans attendre davantage de ressources. Toutefois, le gouvernement colonial a nécessité une décennie pour éteindre cette flamme. L'histoire a donné raison à sa décision et Martí a admiré ce pouvoir de savoir décider avec une raison politique. On se souvient de ses paroles : « L’impétuosité de Céspedes et la vertu d’Agramonte (...) De Céspedes l'éclat et d’Agramonte la purification ». Ces paroles sont un message de Martí : l’impétuosité et la vertu ; l’éclat et la purification, c'est l’image du patriote telle que la voyait Martí.

Martí a appelé Céspedes l’Homme de Marbre et, dans sa jeunesse, il a commencé à recueillir des informations pour écrire une biographie de lui. Il admirait son intégrité, son patriotisme, son sacrifice en faveur de l'unité des Cubains, exprimée avec une netteté précise quand il a respecté les accords de l'Assemblée de Guáimaro qui réduisaient ostensiblement son pouvoir.

Contrairement à ce que pensaient beaucoup de vétérans, Martí a toujours pensé que la nouvelle révolution de 95 était une continuité de celle de 68. Dans son analyse des expériences antérieures, le fondateur du Parti Révolutionnaire Cubain a offert une nouvelle réponse à l'organisation, mais sans rejeter l'héritage. « Nous avons étudié les causes réelles et complexes de la défaite de la Révolution », a déclaré Martí et il a parlé de la direction diversifiée et tiède de la guerre précédente.

Une des vertus des analyses de Martí est la façon de relier les arguments sociaux avec les psychologiques. Ainsi, quand il signale les erreurs de Céspedes, il le fait avec l’affection d’un fils : « Il croit que son peuple est en lui et comme il a été le premier à agir, il se voit avec les droits propres et personnels, avec les droits du père sur son œuvre. »

Céspedes et Martí ont été des initiateurs et des fondateurs. Comme tous les guides de masses, ils possédaient la capacité de récupération devant la déroute. Céspedes a été dérouté lors de sa première action à Yara et, trois mois plus tard, il a été obligé d’abandonner Bayamo, déclarée la capitale de la révolution. Pour sa part, Martí a eu sa Fernandina. Quelques semaines avant de commencer la nouvelle révolution, dans ce port de la Floride, les armes et les munitions avec lesquelles il pensait livrer une guerre brève et efficace ont été confisquées. Durant des années il a été obligé de surmonter les réticences des autres patriotes.

Toutes les circonstances qui les ont rapproché ont peut-être fait de José Martí un des hommes qui comprenait le mieux Carlos Manuel de Céspedes. C’est pourquoi il a écrit ; « Il fallait porter tout un peuple sur les épaules pour savoir quelle était la force de celui qui sans autres armes qu’une canne à pommeau d’or, décida de faire face à une nation implacable, lui arracher sa possession la plus malheureuse pour la libérer, comme celui qui arrache à un tigre son dernier petit… » Martí ressentait cette sensation quand il a avoué dans une lettre à María Mantilla : « J'ai la vie d'un côté de la table et la mort de l'autre et mon peuple sur les épaules ... »

Céspedes représente le lien des idées d'indépendance nationale entre Félix Varela et José Martí. Bien qu’ils aient vécu des contradictions avec les chefs militaires, aucun autre civil dans l'Histoire de Cuba n’a obtenu autant d'autorité devant leurs contemporains.