IIIIIIIIIIIIIIII
Lettres de Cuba : Décembre 2012
Par Martha Sarabia Romero Traduit par Alain de Cullant
La revue Lettres de Cuba est en ligne et les fêtes du mois de décembre commencent...
Illustration par : Ever Fonseca

La revue Lettres de Cuba est en ligne. Les fêtes du mois de décembre commencent avec la célébration du 40e anniversaire de la fondation du Mouvement de la Nueva Trova à Manzanillo en 1972. Silvio Rodríguez nous souligne que la genèse de ce mouvement est le résultat d’un processus d’échanges et d’interactions parmi les jeunes troubadours datant des années 67-68, surtout à partir de leur rencontre dans la Casa de las Américas grâce à Haydée Santamaría qui les accueilli au sein de cette institution et à Alfredo Guevara qui leur a proposé la création du Groupe d’Expérimentation Sonore de l'ICAIC. Alfredo Guevara, fondateur de l'Institut Cubain de l’Art et de l'Industrie Cinématographique et président du 34e Festival du Festival International du Nouveau Cinéma Latino-américain pari une fois encore pour le rôle des jeunes comme source d'inspiration. Il a souligné : « Nous voulons assurer la présence de représentants de tout le pays, c’est pour cette raison que nous avons invité plus de 30 jeunes créateurs dans le but de promouvoir un dialogue entre les générations et des échanges d'expériences ». Lors de cette 34e édition du Festival, on rend hommage à quatre illustres personnalités du monde du septième art, le réalisateur français Chris Marker (1921-2012), le cinéaste japonais Kenji Misumi (1921-1975), le réalisateur, écrivain et peintre italien Michelangelo Antonioni (1912-2007), à l'occasion du centenaire de sa naissance et l'artiste tchèque Jan Svankmajer, célèbre pour ses films d'animation.

Les célébrations pour le 45e anniversaire du Ballet de Camagüey ont lieu, du 29 novembre au 9 décembre, dans le Principal où la compagnie a débuté le 1er décembre 1967, dirigée par la regrettée professeur et fondatrice Vicentina de la Torre. Le maître Fernando Alonso, qui fêtera son 98e anniversaire en décembre, a confirmé sa présence pour les festivités de la compagnie qu’il a dirigée durant près de 18 ans.

La Foire Internationale FIART 2012, du 7 au 23 décembre dans le parc des expositions Pabexpo de La Havane, réunira des artisans de 19 pays. Elle sera dédiée à la province cubaine de Ciego de Ávila et elle renforcera les échanges entre les pays qui intègrent l'Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique. Les principales activités de l'événement comprennent, en plus de la foire commerciale, un événement théorique, des défilés de mode et des expositions d'artisanat. D’autre part, la XXVIIe édition du Festival international Jazz Plaza 2012 aura lieu du 20 au 23 décembre à La Havane.

Rencontre propose l’article d’Antonio Mazón Robau à travers lequel il nous présente l’œuvre du cinéaste britannique Félix Greene, le documentaire ¡Cuba va! , dont les membres du Groupe d’Expérimentation Sonore de l'ICAIC (GESI), Silvio Rodríguez, Pablo Milanés et Noel Nicola, interprètent leurs chansons, parmi elles le désormais célèbre thème !Cuba va!, composé spécialement par le groupe pour ce film.

Les sœurs Labèque, considérées par les experts comme le duo de piano par excellence des trente dernières années, sont venues à Cuba et la journaliste Mildrey Ponce nous affirme que le panorama musical était en fête avec la soirée offerte dans le théâtre Karl Marx de La Havane par ce duo de pianistes françaises, Katia et Marielle Labèque (1950 et 1952), dans le cadre de la journée d'ouverture du IVe Festival de Musique de Chambre Leo Brouwer.

Le journaliste et écrivain Jaime Sarusky, Prix National de Littérature, a interviewé les membres du Groupe d’Expérimentation Sonore de l'ICAIC en 1971. Trente après, il a trouvé quelques photos de cette époque et il a eu la brillante idée de reprendre cette conversation avec Leo Brouwer, Silvio Rodríguez, Sergio Vitier, Pablo Menéndez, Noel Nicola, Eduardo Ramos, Leonardo Acosta et Sara González. Nous présentons aujourd’hui des passages de ces témoignages recueillis dans son livre La légende de la musique cubaine : Le Groupe d’Expérimentation Sonore de l'ICAIC.

Lettres est dédiée à la poétesse Dulce María Loynaz, Prix Cervantes de Littérature 1992, avec la publication de ses poèmes « Dans mon vers je suis libre » et « Cataclysme ». Depuis sa création en 1975 par le Ministère de la Culture d’Espagne, ce prix est considéré comme le prix Nobel de Littérature en langue espagnole, il a été attribué seulement trois fois à une femme : les Espagnoles María Zambrano (1988) et Ana María Matute (2010) et la Cubaine Dulce María Loynaz (1992).

Dans l’Interview Yinett Polanco converse avec José Manuel Carreño car sa présence avec un groupe d'étoiles de l'American Ballet Theatre a fait parti des plus grandes attractions du XXIIIe Festival International de Ballet de La Havane.

Tresors, nous présente à travers diverse optique l’histoire de notre Vieille Havane, déclarée Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO le 14 decembre1982. On souligne que la directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, vient de visiter ce centre historique dans le cadre de l’intense programme de travail de trois jours à Cuba.

Le chroniqueur Eduardo Robreño, avec son grand humour nous offre un portrait du Quai de Luz où, aujourd’hui, on peut apercevoir le travail de restauration de cette zone, on peut traverser la baie de La Havane pour aller à Regla ou Casablanca au bord de la lanchita ou simplement profiter un peu de la brise marine, assis sur un banc dans le parc face à l’Hôtel Santander.

La journaliste Josefina Ortega évoque la personnalité de l’évêque Morell de Santa Cruz, un des premiers historiens de notre pays.

D’autre part, Lola Zurbarán souligne que l'espagnol Victor Patricio Landaluze est un des premiers exemples de l'humour graphique à Cuba car, au XIXe siècle, aussi bien dans son pays qu’à Cuba, il a réalisé des séquences d'images semblables à ce qui l’on connaîtra plus tard comme bande dessinée.

Arts ouvre sa section avec l’article de Guillermo Rodriguez Rivera à propos des origines de la guitare, un instrument qui possède seulement six cordes, beaucoup moins que le luth, mais cette combinaison d’aigus et de basses lui donne la condition d'un instrument aussi complet que le piano. La guitare s’enracine immédiatement chez les Espagnols, aussi bien dans la sphère cultivée que dans la populaire. Elle entre en Amérique avec les conquistadors espagnols.

Joel del Río nous approche à la vie et à l’œuvre de José Massip, Prix National de Cinéma 2012, considéré comme une personnalité médullaire de la culture cubaine non seulement en tant que cinéaste, mais aussi pour ses essais, ses travaux pédagogiques et comme critique de théâtre, de cinéma et de littérature.

Le renommé troubadour cubain Silvio Rodríguez souligne qu’on célèbre deux dates en 2012 : le 40e anniversaire de l'organisation officielle du Mouvement de la Nueva Trova (en majuscules) et le 45e anniversaire du surgissement d’un jeune courrant dans la chanson (la nueva trova avec des minuscules) en septembre 1967.

L’écrivain Reynaldo González, Prix National de Littérature, dans son intervention à la Maison de l’ALBA de La Havane lors de la rencontre à propos de la  « Connotation de Cecilia dans le cinéma et les arts cubains » a fait valoir l’empreinte d’Humberto Solás comme l'homme qui a défié les monuments car « Dès que don Cirilo Villaverde a écrit le roman Cecilia Valdés, la littérature cubaine a changé et Humberto Solás savait qu'il s’affrontait à un travail difficile quant à la réalisation du film Cecilia car il s’agissait du roman le plus important du XIXe siècle de Cuba. »

Lire Martí s’enrichit avec la publication d’Ismaelillo, à l’occasion de son 120e anniversaire, ce mois-ci nous offrons Taons cruels Extrait de : Juan Marinello. José Martí, une étude avec un choix de textes. - Paris, Éditions Pierre Seghers, [1970], pp. 79-81.  Traduits par Josep Carner, Emilie Noulet et Irma Sayol.

Notre revue est illustrée par le peintre Ever Fonseca Cerviño qui vient de recevoir le Prix National des Arts Plastiques 2012. Ce laurier est conféré « en prenant en compte sa méritoire et notable carrière artistique ; au fil des ans, Ever Fonseca a développé un répertoire personnel d'images qui captent la magie et l'esprit de Cuba, en plus de son œuvre importante, il est reconnu également pour son travail comme mentor de plusieurs générations d'artistes cubains ».