IIIIIIIIIIIIIIII
Ismaelillo
Par José Martí Traduit par
Taons Cruels
Illustration par : Ever Fonseca

TAONS  CRUELS

 

Venez, taons cruels,

Venez, chacals,

Sortez vos trompes et vos dents,

Attaquez en horde,

Et comme le tigre poursuivant le bison,

Traquez-moi et bondissez!

Par ici, verte envié!

Et toi, chair désirable,

Mords-moi les lèvres,

Dessèche-moi, souille-moi!

Par ici, aveugle

Et vorace jalousie!

Et toi aussi, monnaie d'or,

Viens de toutes parts!

Commerçants de vertu,

Faites commerce de moi!

Le Plaisir a tué l'Honneur,

Qu'il vienne á moi, — et tue!

 

Que chacun avec ses propres armes

Se dresse et combatte :

Le plaisir, avec sa coupe;

Avec ses douces mains

Parfumées de myrrhe,

La vierge aiguë;

De son épée d'argent

Que le diable me batte.

L'épée éblouissante

Ne pourra m'éblouir!

 

Que résonne le vacarme

De la troupe au combat,

Que brillent les casques empanachés,

Comme si brillaient

Sur des monts d'or

Des neiges étincelantes;

Comme des gouttes de pluie,

Que les nuages lancent

Une foule de flèches

Et d'étendards;

Que la terre paraisse,

Déchirée dans le désastre,

Avoir revêtu son dos vert

De géants d'or.

Luttons, non sous la lumière

Suave du soleil,

Mais sous le funeste éclat

Des tranchantes épées!

Que de rouges éclairs

Déchirent la brume;

Que les arbres libères

Secouent leurs racines;

Que la montagne échange ses flancs

Contre des ailes légères;

Que des clameurs s'élèvent,

Comme si au même instant

Toutes les âmes, s'envolant

De leurs prisons,

Voyaient rouler á leurs pieds

Leurs soutanes de chair;

Que mon corps soit serré

Dans un cilice grossier

Aux clous pointus

Et menaçants;

Que de minces

Filets de sang

Courent légèrement sous ma peau

Comme de rouges vipères;

Que de noirs chacals

Aiguisent leurs dents sur la boue;

Que le taon obstiné

Lime son aile volante;

Que la chair désirable

Me morde les lèvres,

Car déjà les voici, les voici

Mes talismans!

Comme des nuages

Ils sont venus ces géants,

Légers comme des nuages

Au loin ils s'envoleront!

 

L'envie édentée

S'en ira, la gorge sèche,

Affamée, á travers déserts

Et vallées calcinées,

Rongeant ses phalanges

Nues et décharnées;

II s'en ira vêtu d'or

Le diable effroyable,

Dans son poing fatigué

Tenant son épée brisée;

La Beauté, avec ses larmes

 Et de grands cris de deuil,

S’en ira revêtir

Son attirail mutile,

 — Et moi dans l'eau fraîche

De quelque aimable ruisseau

Je baignerai en souriant

Mes petits filets de sang.

 

Déjà je vois dans un radieux

 Nuage de poussière se dissiper

Les fameuses cuirasses

Aux écailles étincelantes,

Les ailes des casques

S'agitent, se débattent,

Et le casque d'or s'enfuit

Et se perd dans l'espace.

Entraînées par un vent mystérieux,

Comme des serpents de couleur

Glissent sur l'herbe

Les banderoles ondoyantes.

La terre referme soudain

Ses crevasses immenses

Et lance son dos vert

Par-dessus les géants.

Ils courent comme s'ils volaient,

Les taons et les chacals,

Et la campagne reste pleine

D'une fumée légère et parfumée.

La défaite aveugle

Fait entendre ses cris terrifiants

Qui appellent de silencieux capitaines;

Avec orgueil, elle arrache

Sa rude crinière

Et, comme meurt le vautour,

Expire au fond de la vallée;

Tandis que moi, au bord

D'un ruisseau frais et aimable,

J'étanche en souriant

Mes petits filets de sang.

 

Je n'ai ni crainte ni souci

D'armées puissantes,

De tentations sourdes,

De vierges voraces!

Car il vole autour de moi,

II tourne, il repousse, il combat;

Ici, il oppose son bouclier,

La il brandit sa massue;

De droite et de gauche,

II tranche, il brise, il disperse;

II reçoit sur son petit bouclier

Une pluie de flèches habiles

Et secouant celles-ci a terre,

II le présente á un nouvel assaut.

Ils s'envolent déjà, ils s'envolent

Les taons et les géants!

On entend l'éclat

Des fers qui se brisent;

Dans l'air de brillantes étincelles

S'élèvent en blonds faisceaux;

La terre se couvre

De dagues et de glaives.

Ils s'envolent déjà, ils se cachent

Les taons et les chacals!

Lui, comme une abeille, il bourdonne,

II fend et agite l'air,

S'arrête, ondoie dans le ciel et laisse

Une rumeur d'ailes d'oiseau.

Déjà il frôle mes cheveux,

Déjà il se pose sur mon épaule,

Déjà il traverse mon flanc,

Déjà il s'élance vers mon sein,

Déjà la troupe ennemie

S'enfuit, lâche et vaincue

                                                Ismaelillo (1882)

Extrait de : Juan Marinello. José Martí, une étude avec une choix de textes.- Paris, Éditions Pierre Seghers, [1970].  Traduits par JOSEP CARNER, EMILIE NOULET et IRMA SAYOL