IIIIIIIIIIIIIIII
¡Cuba va!
Par Antonio Mazón Robau Traduit par Alain de Cullant
Ce documentaire recueille les avances de la Révolution, souligne particulièrement la musique et, en général, la culture du pays.
Illustration par : Ever Fonseca

Il y a un peu plus de quarante ans, en 1971, un cinéaste britannique est arrivé à Cuba, suivant la route de Chris Marker, Joris Ivens, Theodore Christensen et Agnès Varda, des cinéastes européens venus connaître la Révolution de première main et qui ont laissé une constance graphique de leur expérience.

Cet écrivain, journaliste et cinéaste, s’appelait Félix Greene et il était un cousin du célèbre écrivain Graham Greene. Il accomplissait son voyage dans l'île, coordonné avec l'Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinématographique (ICAIC), après avoir eu des expériences similaires et réalisé des tournages dans d'autres pays comme la Chine et le Viêt-Nam.

¡Cuba va!, le titre du documentaire de Félix Greene à Cuba, comptait un argument et un scénario du cinéaste, en plus d’avoir fait la photographie et la narration et il a reçu l’appui de sa famille quant à sa post-production.

Ce documentaire, de 73 minutes, recueille les avances de la Révolution, souligne particulièrement la musique et, en général, la culture du pays. Les membres du Groupe d’Expérimentation Sonore de l'ICAIC (GESI), Silvio Rodríguez, Pablo Milanés et Noel Nicola, interprètent leurs chansons, parmi elles le désormais célèbre thème !Cuba va!, composé spécialement par le groupe pour ce film. C’est pour cette raison que l’on a choisi ce documentaire pour présider l'hommage que la Cinémathèque de Cuba rend au GESI dans le programme de ce mois.

Félix Greene, qui est décédé en 1985, n’a jamais projeté ce documentaire dans un cinéma. Il l’a montré dans son Ciné Club et dans son syndicat, en conséquence, la projection de ce matériel à Cuba constitue une première absolue.