IIIIIIIIIIIIIIII
Ismaelillo
Par José Martí Traduit par
Mon Chevalier
Illustration par : Liborio Noval

 MON  CHEVALIER 

Le matin

Mon petit amour

Me réveillait

Avec un gros baiser.

A califourchon

Sur ma poitrine,

II fabriquait des brides

Avec mes cheveux.

Lui ivre de plaisir,

Moi de plaisir ivre,

II m'éperonnait

Mon chevalier.

Quel doux éperon

Ses deux pieds frais!

Comme il riait

Mon petit cavalier!

Et moi je baisais

Ses petits pieds,

Deux pieds qui tenaient

Dans un seul baiser!

                                             Ismaelillo (1882)

Extrait de : Juan Marinello. José Martí, une étude avec une choix de textes.- Paris, Éditions Pierre Seghers, [1970].  Traduits par JOSEP CARNER, EMILIE NOULET et IRMA SAYOL