IIIIIIIIIIIIIIII
Avec un clin d'œil vers le passé, mais avec le regard avancé qui caractérise la création artistique cubaine, l'Académie de San Alejandro, au milieu de la célébration de ses deux siècles d'existence, était présente au siège de l'Alliance Française de La Havane, pour rappeler le premier directeur de l'institution, le Français Jean Baptiste Vermay.
L'attribution du Prix National des Arts Plastiques 2017 à Eduardo Roca Salazar « Choco », reconnaît la trajectoire de l'un des créateurs les plus importants pour le reflet de l'identité insulaire et l'innovation dans les techniques de la gravure.
La Plaza de la Revolución est un espace visuellement imposant. Trois sculptures marquent les relations de continuité dans le devenir historique de la nation et sa projection vers l'Amérique Latine et le monde. Celle de José Martí du sculpteur cubain José Sicre et le diptyque du Che et de Camilo de l’artiste cubain Enrique Ávila.
Cent ans après sa naissance, Leonel Lopez-Nussa reste une voix contre l’immobilité et l’inertie, depuis la toile, le bristol ou la lettre imprimée.
La façade de l’hôtel Habana Libre à l’angle des rues L et 23 au Vedado, est enrichie par un splendide mural de céramique : Las frutas cubanas.
L’art cubain contemporain dans sa complexe diversité a sa place dans les anciennes fortifications d’El Morro et de La Cabaña, dans le cadre du programme de la Biennale.
La vitalité, la grâce et la domination de la composition ont déterminé la valeur de l’œuvre du peintre Cundo Bermúdez et sa présence permanente dans la visualité cubaine contemporaine.
« Por si fuera una huella » est l’exposition de Vicente Hernández dont le titre est une allusion évidente à la mémoire comme source d'inspiration et de la préoccupation de son œuvre.
La plus grande découverte d’Agustín Cárdenas est celle d'établir par nous-mêmes un idéal de beauté construit non seulement depuis la culture héritée, mais aussi à partir de nos réserves spirituelles.
Quand on parle de l'histoire de l'art cubain contemporain de créateurs profondément engagés avec leur époque, avec l'éthique et avec leur œuvre, on doit souligner Adigio Benítez Jimeno.
Aussi bien pour les spécialistes que pour les spectateurs qui jouissent de l'art abstrait cubain, c’est une chance de compter avec Antonio Vidal en pleine activité.
Amelia Peláez est arrivée à Paris vers la fin de 1927, au milieu d’un rude hiver européen...