IIIIIIIIIIIIIIII
Les références à la musique dans Patria ont toujours un contenu expressif et révolutionnaire.
Il s'agit du conte « Les deux rossignols », une « version libre » du « Rossignol », écrit par Andersen qui ferme le quatrième et dernier numéro de son autre grand projet de revue, La Edad de Oro, en octobre 1889.
C’est un bref aperçu, jusqu’au triomphe de la Révolution en 1959, des relations qui ont existé entre notre Héros National et le septième art.
Les connaissances et l’éthique se sont réunies dans la relation du héros avec l’art musical.
Maintenant, alors que nous commémorons le 125e anniversaire de l’essai martiano Notre Amérique, il convient d'établir certains liens entre ledit texte et la revue que son auteur dédiera « aux enfants d'Amérique ».
Dans l'une de ses Scènes nord-américaines, dédiée à conter la terrible inondation qui a eu lieu dans la ville de Johnstown, José Martí se réfère, brièvement mais intensément à Clara Barton
José Martí tente d'attraper le monde infantile dans ses essences.
Pour Martí, le violoniste atteint un relief singulier en conjuguant la maestria artistique de premier niveau avec son statut de Cubain, de Mulâtre et de partisan de l'indépendance de son pays.
Les premiers articles de Carpentier sur le cinéma sont vraiment surprenants et son point de vue sur l'avenir du cinéma est inhabituel.
José Jacinto Milanés est un poète cubain né en 1814, et nous commémorons le bicentenaire de sa naissance cette année.
Le journal Patria a publié le 7 mars 1892, la chronique « En los talleres » dédiée à la visite du violoniste Rafael Díaz Albertini et du pianiste Ignacio Cervantes aux États-Unis.
Le poète a dû être en contact avec l’ambiance musicale cubaine de l’époque.
L’appréciation de José Martí à propos de l’œuvre de Richard Wagner.
Le poème de possède des qualités rythmiques et mélodiques, qui s'adaptent parfaitement à une réalisation musicale.
La dévotion de Tula pour Heredia a été constante, dès les plus ferventes lectures de son enfance jusqu'à ses dernières années.
José Martí considérait la musique comme « le plus beau des arts » et ses contacts avec la culture française ont été très importants.
L'année 2011 marque le centenaire de José Antonio Portuondo, professeur, essayiste, diplomate et dirigeant culturel, né à Santiago de Cuba le 10 novembre 1911.
Dans le livre qui nous occupe, en plus d'avoir une bibliographie des œuvres, il inclut un chapitre intitulé « Jules Verne dans le réseau des réseaux ».
C’est vers le début de l'année 1890 que le poète et journaliste havanais Julián del Casal décida de visiter « Un hôtel français.
Girón, comme fait historique concret, a signifié la réponse combative et consciente d'une majorité du peuple pour défendre un processus révolutionnaire duquel il se considérait un participant actif.