IIIIIIIIIIIIIIII
Une replique de la Tour Eiffel à Santa Clara
La grande dame de fer parisienne qui se trouve au bord de la Seine, a été construite pour l’exposition Universelle de Paris en 1889, et c’est seulement 6 ans après sa construction que Marta Abreu a eu l’idée d’en faire construire une réplique à Santa Clara.
Illustration par : Julio Larramendi

La grande dame de fer parisienne qui se trouve au bord de la Seine, a été construite pour l’exposition Universelle de Paris en 1889, et c’est seulement 6 ans après sa construction que Marta ABREU a eu l’idée d’en faire construire une réplique à Santa Clara.

Marta ABREU DE ESTEVEZ, considérée comme la bienfaitrice de Santa Clara et initiatrice de la réplique de la Tour Eiffel construite dans sa ville. Née le 13 novembre 1845 à Santa-Clara et décédée en 1909 à Paris. Elle avait 2 sœurs, Rosalia et Rosa. Elle s’est mariée avec Luis Estevez en 1874, et ils eurent un fils Pedro ESTEVEZ ABREU en 1875. A la mort de leurs parents, les 3 sœurs ont hérité d’une grande fortune, ce qui lui a permis, d’une part, d’aider sa ville Santa-Clara, et d’autre part, de faire des donations très importantes au Parti Révolutionnaire Cubain.

Quelques années auparavant Marta ABREU, jamais satisfaite de tout ce qu’elle avait déjà fait pour sa ville, avait projeté de remplacer l’obsolète allumage au quérosène par un nouveau système déjà existant dans les grandes métropoles. Le 10 janvier 1894, elle demanda à la mairie l’autorisation d’installer une fabrique électrique qui serait construite près du chemin de fer. L’autorisation acceptée, les travaux furent entrepris par la Maison GRAMME de Paris, une compagnie reconnue pour fabriquer des «  engins «  qui apporteraient la modernité aux habitants de Santa-Clara, qui eux-mêmes participèrent également à la tâche.

Le 21 février 1895, alors qu’on allait allumer les lumières et qu’on avait préparé les festivités pour remercier la donatrice, le Gouvernement de l’île alarmé par la Révolution qui s’approchait (El grito de BAIRE le 24 février) a suspendu la cérémonie pour éviter une ambiance insurrectionnelle. Malgré les interdictions des autorités, la population a couvert la place principale de galons représentant des Arcs de triomphe et des écussons des diverses régions de l’ex-province de Las Villas et la cérémonie a eu lieu le 28 de ce même mois.

« les vieilles mèches des lampes à gaz paraissaient endormies à la lueur claire et aveuglante des lampes à arcs voltaïques illuminant les ténèbres » raconte Manuel GARCIA GAROFALO MESA (1) dans le volume : «Marta ABREU DE ESTEVEZ. Apuntes biograficos»

Mais le plus remarquable des décors de ce 28 février, fut la réplique en bois de la Tour Eiffel de Paris, au milieu de la PLAZA MAYOR. D’après le chercheur Juan-Manuel FERNANDEZ TRIANA(2) dans son livre  «LA DAMA TODO CORAZON » c’est l’ingénieur de Santa-Clara, Ramon Cornélio BERENGUER  qui a réalisé le projet de la Tour Eiffel dessinant avec du plâtre le plan à l’échelle réelle sur le pavé de l’entrée du théâtre «La Caridad »  sur le côté de la rue Santa Ana (aujourd’hui : Lorda). La Tour était un colosse de 28 mètres de haut, avec une base de 7 mètres de large, que les femmes du village avaient décoré de 25 000 fleurs de papier dont le cœur abritait des ampoules.

Bien que les autorités aient exercé des pressions pour détruire cette tour, après avoir soupçonné les motifs réels des festivités, elle resta en place durant plusieurs semaines. La mairie a ordonné sa démolition à la fin du mois de mars, évènement qui a inspiré au Mambi Ramon ROA(3) le sonnet «ICONOCLASTAS». Avant qu’elle ne soit détruite, quelques photos ont été prises comme témoignage de cet évènement : A Santa-Clara, une ville cubaine, une réplique inspirée du grand monument du Français Gustave EIFFEL dans la capitale française a été réalisée.

Les autorités espagnoles ont envoyé en exil Marta ABREU et son époux Luis ESTEVEZ. Ils sont partis pour Paris le 16 juin de la même année sur le vapeur Le Navarre. Ils sont arrivés dans la ville qui était la « maîtresse » de la vraie Tour Eiffel en fer, PARIS, où elle est décédée le 2 janvier 1909.

Elle ne retournera plus jamais de son vivant sur la terre de «montagne» et de «savane» à laquelle elle a dédié toute sa fortune : Santa-Clara.

Cuba a été la 2ème nation à réaliser une réplique de la Tour Eiffel. La première fut la Tour de Blackpool au Royaume Unis (157 m de hauteur) inaugurée en 1894. Après la réplique de Santa Clara, il y a eu celle de Tokyo Tower au Japon en 1958, puis celles de Ohio en 1972, du Texas en 1993, et de Dutanso (Mexique) en 2007.

Notes :

  1. Manuel Garcia Garofalo y Mesa : 1887-1946. Ecrivain, diplomate, chercheur. A obtenu en France : Les palmes Académiques. Chevalier de la Légion d’Honneur et Médaille académique internationale d’histoire (Paris ) Source internet ECURED
  2. Juan Manuel Fernandez Triana né à Santa Clara en 1982. Historien. A écrit la biographie de Marta ABREU.
  3. Ramon ROA y GARI né le 22 septembre 1844 à Cifuentes (ancienne province de Villa Clara) décédé le 7 janvier 1912. Il a été soldat et écrivain.