IIIIIIIIIIIIIIII
Un symbole spécial qui unit Martí à Camagüey
Par Enrique Atiénzar Rivero Traduit par Alain de Cullant
Le symbole spécial de cette œuvre est qu’elle est située à moins de 100 mètres de l’endroit où José Francisco Martí Zayas Bazán a vécu pendant son enfance et son adolescence avec sa mère.
Illustration par : artistes cubains

De nombreux actes de sa vie, terminée à Dos Ríos le 19 mai 1895, rapprochent José Martí de Camagüey. Ses chroniques, consacrées à Guáimaro, à la première assemblée constituante de la République d’Armes et les liens avec 119 figures historiques de cette belle région centrale orientale de Cuba qu’il n’a jamais visité.

Selon l’avis du Docteur en Sciences Luis Álvarez Älvarez, Prix National de Littérature 2017 et éminent pédagogue, écrivain et intellectuel de Camagüey, deux facteurs principaux le relient tendrement à cette partie de l’île, d’abord et avant tout, le mariage avec Carmen Zayas-Bazán et Hidalgo et son retour à Camagüey avec son fils, José Francisco, El Ismaelillo, après la rupture avec son conjoint.

« … il est également possible de présumer que, d’une certaine manière, Camagüey était pour Martí un espace géographique lié au fils définitivement perdu, puisqu’il le démontre dans une lettre, écrite depuis New York à Manuel Mercado », cite l’intellectuel dans le livre El Camagüey en Martí, publié en 1997 avec la co-paternité de l’historien local disparu, Gustavo Sed Nieves, sous le sceau de la maison d’édition portant le nom du Héros National.

Dans les œuvres complètes, plus précisément dans l’édition de 1975, il n’y a pas moins de 110 références à Camagüey et 31 à Puerto Príncipe, le nom qu’a reçu la ville après celui de Santa María del Puerto del Príncipe jusqu’en 1898 quand elle adopte l’actuel, après l’indépendance de l’Espagne.

Le symbole spécial

C’était le 31 janvier 2005. Sous un soleil brûlant cet après-midi-là, Eusebio Leal Spengler, historien de La Havane, est arrivé à Camagüey pour l’inauguration officielle de la réhabilitation de la place de la jeunesse José Martí, dans le centre historique de la vieille ville, ayant une partie déclarée Patrimoine Culturel de l’Humanité par l’UNESCO, avec l’éclat de la nouvelle sculpture de l’artiste local Roberto Estrada, un homme passionné par le travail de Martí.

« Aujourd’hui, nous venons placer cette œuvre faite par un artiste de la ville où Martí n’est jamais venu, mais qu’il aimait. Nous venons ici devant son autel où il enseigne à un enfant, je me souviens de ses versets : Fils, effrayé de tout je me refuge en toi… »

Leal a dit à cette occasion que Martí, qui vivait avec la ferme volonté des apôtres, savait s’élever au-dessus des défauts et se faire entendre des pauvres avec la foi… qu’il a fait face à tout pour l’unité « nous venons lui rendre hommage malgré le soleil. Peu importe que quelques heures se soient écoulées le 28 janvier, nous venons pour placer cette œuvre… »

La sculpture d’une hauteur de 1,80 mètre et d’un poids d’environ 450 kilos, ajustée pour l’endroit, selon les caractéristiques des bâtiments qui l’entourent, a été moulée, pour la première fois, en poudre de marbre et en albâtre dans l’usine artisanale Caribeña de La Havane et, sept ans plus tard, en 2012, elle a été fondue en bronze dans la Fonderie Caguayo, à Santiago de Cuba.

Le symbole spécial de cette œuvre est qu’elle est située à moins de 100 mètres de l’endroit où José Francisco Martí Zayas Bazán a vécu pendant son enfance et son adolescence avec sa mère, une maison située dans l’actuelle rue Luaces, au nº 109, entre les rues República et San Pablo, bien qu’il n’ait pas encore la plaque distinguant ce détail historique.

Martí est toujours l’histoire

Roberto Estrada, interviewé sur la connotation qu’a eu l’hommage au plus universel des Cubains et à une date aussi mémorable que celle-ci marquant les 125 ans de sa mort en combat, a dit : « Martí n’appartient pas à l’histoire passée. Martí est toujours l’histoire, sans une fausse allégorie pour étudier la pensée de Martí est de le voir tous les jours, le mettre à jour avec les problèmes que nous avons. Martí est un penseur, nous devons tous le connaître et toujours le respecter ».

Pour lui, le distancement social pour la pandémie lui a donné plus de temps pour réfléchir et que tout cela passera. « Pour le moment on ne pourra pas faire une concentration dans le parc Martí, la communauté apprécie cette intervention à la suite du projet du Bureau de l’historien de la ville de Camagüey, mais à d’autres moments les fleurs, les concentrations d’enfants, des écoliers et de tout dans le monde reviendront. »

Les plus de 600 membres de la filiale de Camagüey de la Société Culturelle José Martí, comme des milliers et des milliers d’hommes, de femmes et de jeunes de cette terre, depuis l’intimité personnelle s’en souviendront pour de nombreuses raisons et pour le symbole spécial qui l’unit à cette province.