IIIIIIIIIIIIIIII
Pablo Lafargue, le gendre de Santiago de Cuba de Karl Marx
Par Leonardo Depestre Catony Traduit par Alain de Cullant
Le nom Paul Lafargue est plus connu en Europe qu’à Cuba. Une encyclopédie abordant le développement des idées marxistes lui réserve un espace et il figure également dans les biographies écrites sur Karl Marx.
Illustration par : Tomás Sánchez

Le nom Paul Lafargue est plus connu en Europe qu’à Cuba. Une encyclopédie abordant le développement des idées marxistes lui réserve un espace et il figure également dans les biographies écrites sur Karl Marx. Sa mort, le 25 novembre 1911, a choqué le monde européen et aujourd'hui encore, quand on s’enquiert à cet égard, cela nous fait penser.

 

Paul Lafargue a été un intellectuel et un écrivain qui a côtoyé les célébrités de la philosophie de la seconde moitié du XIXe siècle du Vieux Monde. Il a fondé des journaux et il a assisté au congrès, aux rencontres et aux débats.

 

Né à Santiago de Cuba le 15 janvier 1842, on commémore le 175e anniversaire de sa naissance. Il était le fils d’un colon français et petit-fils, par voie paternelle, d’une mulâtresse haïtienne, il était donc un véritable métisse. Issu d’une famille aisée, il a pu entreprendre des études à Cuba. Les complétant en France, quand sa famille s’est établie dans ce pays.

 

Ceci est la biographie insulaire et caribéenne de Pablo Lafargue. S’il est vrai que sa vie s’est déroulée plus tard en Europe, l’empreinte cubaine a été présente dans sa mémoire et dans le regard du jeune homme qui a traversé l’énorme Atlantique pour un voyage sans retour.

 

Il a étudié la médecine à Londres et il a participé à la fondation de la Première Internationale. Il a connu Karl Marx, il a fréquenté sa maison et il est tombé amoureux de Laura, la fille du philosophe allemand. Friedrich Engels était aussi son ami, donc il a eu l’honneur d’être intime avec les fondateurs du marxisme. Paul Lafargue a terminé ses études de médecine à Londres en 1868 et il s’est marié avec Laura.

 

Le Cubain n’a pas été seulement le gendre de Marx, il est devenu son collaborateur, le propulseur de ses doctrines, le propagandiste du socialisme et du marxisme en Europe, des responsabilités pour lesquelles il a utilisé ses talents d’organisateur et de prestigieux citoyen, spécialement après la mort de Marx. Au côté de Laura, il a également travaillé sur la récupération des papiers de Marx, et sa parole a été décisive lors du Congrès de l’Internationale Socialiste (1889), pour l’adoption de la journée du Premier Mai comme la date de la célébration ouvrière dans le monde entier.

 

Comme un écrivain, le plus connu de ses écrits est le livre intitulé Le droit à la paresse, 1880.

 

Mais Paul Lafargue a été critiqué pour son indifférence et son manque d’intérêt devant la lutte que livraient les patriotes pour leur indépendance à Cuba.

 

Le mariage de Paul et de Laura a été heureux et devait l’être pour toujours. Le suicide qui a mis fin à leurs vies, le 25 novembre 1911, a surpris  la société européenne. Paul Lafargue a écrit une lettre testament expliquant les raisons de leur décision :

 

« Sain de corps et d'esprit, je me tue avant que l'impitoyable vieillesse qui m'enlève un à un les plaisirs et les joies de l'existence et qui me dépouille de mes forces physiques et intellectuelles ne paralyse mon énergie, ne brise ma volonté et ne fasse de moi une charge à moi et aux autres ».

Depuis des années, je me suis promis de ne pas dépasser les 70 ans ; j’ai fixé l’époque de l’année pour mon départ de la vie et j’ai préparé le mode d’exécution de ma résolution : une injection hypodermique d’acide cyanhydrique.

Je meurs avec la joie suprême d’avoir la certitude que, dans un avenir prochain, la cause à laquelle je me suis dévoué depuis quarante-cinq ans triomphera. Vive le Communisme ! Vive le Socialisme International ! Paul Lafargue » .

 

{C}{C}{C}

{C}{C}{C}{C}{C}{C}

La décision controversée pour mettre fin à leurs vies a été désapprouvée par Lénine, qui considérait qu’un socialiste ne pouvait pas mettre fin à sa vie tant qu’il pouvait être utile.