IIIIIIIIIIIIIIII
Notre ami Leal
Par Alicia Alonso Traduit par Alain de Cullant
Des raisons et des arguments pour honorer Eusebio dans un ballet : Un homme de culture, avec la sensibilité artistique, l’intelligence politique et le puissant sens humaniste.
Illustration par : Eduardo Abela

On m’a suggéré d’exprimer quelques mots sur Eusebio Leal, et mon premier sentiment est d’impuissance. Comment pouvons-nous montrer efficacement avec des mots les qualités de cet ami, protagoniste particulier et brillant de la culture cubaine au cours des dernières décennies ?

Le moyen naturel de communication que j’ai maîtrisé dans ma vie a été la danse. Je me sentirais plus en sécurité si je pouvais révéler mes sentiments pour ce grand personnage en lui dédiant une séquence chorégraphique. Mais que doit-elle contenir, que doit-elle montrer dans ce ballet inhabituel pour Eusebio ?

J’ai reçu de lui les sentiments les plus purs d’admiration, d’amitié, de solidarité et de soutien affectueux. Dans sa parole, son geste et son action, il y a une profonde racine patriotique. Elle n’est pas seulement spontanée et forte, mais aussi enracinée dans les profondeurs de nos essences nationales, de notre tradition éthique.

Homme de culture, en lui sont présents la sensibilité artistique, l’intelligence politique et le puissant sens humaniste.

Si ma danse pouvait exprimer ces raisons et ces arguments, je lui accorderais avec tout l’amour cette offrande créative à l’ami et au compatriote qui nous honore. Au-dessus des dates et des hommages circonstanciels, ce serait mon hommage, que je livrerais en mon nom et en celui de mon compagnon, Pedro Simón, qui partage avec émotion ce simple message de remerciement. *

* Paroles qu’Alicia Alonso a écrites pour le livre Nuestro amigo Leal, une compilation de Mario Cremata, publié par Édiciones Boloña, La Havane, 2018.