IIIIIIIIIIIIIIII
Martí est le symbole de la vertu
Par Wilmer Rodríguez Traduit par Alain de Cullant
Entrevue avec le Dr. Eusebio Leal Spengler au sujet de l’être humain que fut José Martí
Illustration par : artistes cubains

Entrevue avec le Dr. Eusebio Leal Spengler au sujet de l’être humain que fut José Martí

Nous sommes dans les studios de Habana Radio, pour converser avec un homme que tout Cuba aime et le vénère. Un martiano convaincu, un fidéliste profond. C’est pourquoi nous accueillons le Dr Eusebio Leal Spengler. Bonsoir, Docteur.

Bonsoir, merci beaucoup.

Docteur, le 167e anniversaire de la naissance de José Martí, le plus universel des Cubains, un homme qui a marqué la route avec son héritage de la nationalité cubaine. Un Martí qui est né à La Havane, un enfant qui est né dans cette ville. Comment imaginez-vous ce Martí enfant, dans les rues de la Vieille Havane ?

Imaginez-vous un peu cette époque. C’était une période très violente. Les années 1849, 1850, 1851 ont été les années des conspirations annexionnistes, elles ont été les années où les corps des volontaires font leurs débuts à La Havane pour faire face au mouvement de Narciso López, c’est l’exécution de Ramón Pintó. Ce sont des années très compliquées. C’est en même temps les années où le système esclavagiste entre en crise, il est sur le point de s’effondrer, et, en même temps, c’est à lui de naître dans une maison d’immigrés pauvres, qui a la connotation, pour moi qui connais les lieux, j’ai été là, aussi bien dans les îles Canaries, à Tenerife, où sa mère est née, et à Valence, dans la rue de Cordelet, où son père est né, la nature du peuple est très similaire, c’est très sympathique ; et j’imagine qu’ils ont essayé de s’adapter ici, dans des conditions économiques très difficiles. Indépendamment de ces beaux portraits où apparaissent le père et la mère, et qui, généralement, étaient des portraits dont les vêtements étaient fournis par le studio photographique, ce qui signifie qu’ils étaient des personnes de très modeste condition.

Deuxièmement, une maison de filles, où le seul garçon est Pepe. Cela a une connotation à l’époque, une connotation économique future pour la famille ; une attente du père par rapport à son destin, pour l’aider ; un père qui était un homme de peu de lumières, mais ayant des sentiments immenses ; une bonne et généreuse mère, qui, comme toute mère est absolument amour ; mais une mère devant laver pour huit, devant cuisiner, devant faire mille actions pour vivre.

Aujourd’hui, la maison natale nous semble une belle chose, arrangée, entretenue, mais c’est une maison des faubourgs, à 50 mètres de la muraille, une maison de périphérie, une maison ayant, à l’étage, un petit espace.

S’il y a une chose qui attire mon attention de la maison de Martí, c’est la cuisine, à peine une personne peut travailler dans la petite cuisine de la maison. Cela signifie que cette humilité et cette modestie, et cette pauvreté, et la fragilité de la santé du père et de certaines des filles, ont marqué un peu le sort de son enfance.

Docteur, ce destin de son enfance, de sa vie, ça allait être Cuba ?

Oui, d’autant plus que le rôle du maître est très important. José Sixto Casado, par exemple, qui est peu mentionné, comme le grand professeur Rafael María de Mendive, ou le contact possible là-bas dans le collège du Prado, avec Anselmo Suárez y Romero, et d’autres professeurs de catégorie ayant donné un sens profondément cubain à sa nature. Je ne sais pas pourquoi, je me le suis demandé à plusieurs reprises, les enfants des Espagnols naissant ici avec déjà une forme d’expression et un mode de vie différent, c’était une chose étonnante. Je connais maintenant, ici, dans la Vieille Havane, des anciens qui sont à Cuba depuis 80 ans et qui conservent encore l’accent espagnol, comme une vertu, et pourtant ceux qui sont nés à Cuba naissent avec l’accent cubain, et en particulier avec l’accent havanais, qui était celui de Martí.

Martí est parfois considéré comme le fils de tout Cuba, mais Martí est un fils de La Havane, c’est l’héritage de cette Havane du XIXe siècle qui se forme dans ce contexte. Vous avez dit, le collège de San Pablo, avec la formation de Rafael María de Mendive, et cet adolescent devient un jeune homme des idées.

Notez que Mendive, comme presque toute cette génération d’intellectuels, avaient été des disciples de Félix Varela, avaient fait partie de cette jeunesse qui s’était formée à l’ombre des grands professeurs du Collège Séminaire San Carlos et San Ambrosio, du propre Père Varela, de Saco, de del Monte, qui avaient eu la possibilité d’entendre parler des temps glorieux de l’évêque d’Espada , qui avait une vision déjà beaucoup plus éclairée de Cuba, s’écartant des livres des manuels et recherchant avec empressement l’essence de la question dans la parole vivante des vieux maîtres.

Il a vécu pendant une courte période à La Havane, seulement 16 ans, brutalement interrompu par la prison, qui n’était pas seulement la douleur, mais la leçon et la raison d’un profond rapprochement avec celui qui l’a le plus influencé ; parce que nous devons donner sa place au père de Martí. Le père de Martí a un rôle essentiel, car le père de Martí l’a compris avec le travail, avec la douleur. Il savait penser à son destin, c’est sûr. « Mon père est mort, et avec lui part une partie de ma vie », des années plus tard, ces mots de Martí résument tout. Avec beaucoup d’efforts, il l’emmène aux États-Unis pendant son exil. Il entretient une relation intense avec son père.

Le père, qui était soldat de profession, n’a pas été volontaire. À la retraite, il aurait été un sergent des volontaires, un sous-lieutenant des volontaires. Il avait des relations, tous ces Espagnols émigrés étaient ses amis, et pourtant il ne l’était pas. Il était le gardien du quartier de Templete, il a pu montrer à Martí, main dans la main, la ceiba (le fromager) sous l’ombre de laquelle La Havane est née. Martí a sûrement joué sur la Plaza de Armas, marché le long de la rue de los Oficios, s’arrêter devant la mystérieuse église de San Francisco, à cette époque un endroit sombre et désacralisé.

Ceci est ce concept de habaneridad  vécu dans les quartiers de La Havane, le caractère du père, le caractère de la mère, si austère. Là, tout le monde dit vous. Vous, est le traitement de la mère. Vous, pour lui, est son traitement pour le père, un traitement très respectueux, pas lointain et, à Cuba, cela est généralement accordé quand, ayant une certaine maturité de la vie, les adolescents reconnaissent qu’ils doivent vénérer les anciens.

Par exemple, mes enfants ont toujours vouvoyé ma mère ; quand nous voulons exalter une grande femme cubaine, nous lui donnons le titre très espagnol de Doña, comme, par exemple, Doña Mariana, la mère de notre héros bien-aimé Abel Santamaría. Doña est le signe d’une dévotion, d’un respect, d’une culture.

Une culture que José Martí avait, bien sûr, dans ces premières années à La Havane. Vous avez dit qu’il n’a que 16 ans à La Havane, ensuite il est parti dans la Isla de Pinos, puis en Espagne, un homme qui a vécu longtemps hors de Cuba et qui n’a jamais perdu la cubanía.

Dans les premiers temps de sa vie, les professeurs sont étonnés par cette écriture parfaite, par cette application dans toutes les matières. Là sont les résultats de sa scolarité dans le dossier.

Quand il est arrivé en Espagne, endolori, il découvre deux choses qui sont fascinantes pour lui, la grande ville de Santander, par exemple, dans laquelle il avait des amis et des bienfaiteurs, puis Madrid, où il souffre des conséquences de la maladie acquise dans la prison, les frictions de la chaîne avec le testicule, la jambe, la hanche, c’était un enfant très mince.

Tant et si bien que lorsque le Dr Valencia reconnaît son cadavre, en Oriente, après sa mort, il dit que l’on voit, sur la peau, une empreinte comme s’il avait porté des chaînes durant une longue période, signifie qu’il a été lacéré sur le corps et dans l’âme.

Pourtant, Martí est un homme sans haine, étant un homme de passion, et de passions, un homme avec lequel il était difficile de discuter, car il était un homme pour gagner, pour convaincre, pour persuader. C’était un homme qui possédait ce que les Grecs appellent le charisme, c’est-à-dire une lumière capable d’éblouir les autres et qui a une vertu en lui… Moi, par exemple, qui ai eu le privilège de rencontrer de grands intellectuels, de converser, par exemple, avec José Lezama Lima, quand tu parlais avec Lezama Lima, tu avais besoin d’un bagage de connaissances pour accéder aux métaphores de Lezama ; cependant, Martí est capable d’être compris, et, la plupart du temps, il a été compris par une multitude illettrée, de travailleurs. Il était aussi compris par les intellectuels et par les Espagnols qui l’écoutaient, c’était un homme de cœur, de conviction, de persuasion.

Martí était étrange, Lezama lui-même a dit que c’était un mystère qui nous accompagne, et c’est vrai, c’est un mystère qui nous accompagne.

Vous parliez de la marque des chaînes quand il est mort, mais il y avait aussi des marques spirituelles dans la vie de Martí, un homme qui a souffert dans la lutte pour l’indépendance de Cuba, pour la liberté.

Il met toute sa douleur, toute sa souffrance, dans son écrit rédigé en Espagne, El Presidio Político en Cuba. Cependant, il se souvient avec tendresse de la famille de M. Gironella, le Catalan qui le reçoit à El Abra, en raison des efforts de son père. Il reconnaît et estime, par exemple, lors de son long voyage, le général espagnol Pierrá, auquel on doit probablement son entrée précoce dans la franc-maçonnerie.

C’est un homme capable de pardonner, sans oublier, ce qui est la chose la plus importante. Il n’oublie pas et, par conséquent, où se trouve le pardon. Le pardon réside dans le fait, non pas comme le dit Kaifaz : « Que son sang tombe sur nos têtes et sur celle de nos enfants ». Il n’était pas un prédicateur de la haine, il était un prédicateur de la construction d’une nouvelle nation basée sur des principes de justice, de toute la justice possible, pensant toujours, peut-être halluciné par le souvenir de ses parents, que c’était aussi une patrie pour les Espagnols qui comprenaient le sort de Cuba et qui ont tant lutté pour l’indépendance de Cuba. En outre, je peux vous dire qu’après le contingent cubain luttant pour l’indépendance, ce que nous pouvons appeler aujourd’hui les internationalistes, ceux qui combattent le plus sont espagnols, car ils sont des travailleurs, des mineurs, des paysans, comme leurs parents, qui, quand ils sont venus à Cuba, ont fraternisé avec la douleur du peuple cubain et quand le temps est venu pour l’indépendance, ils se sont battus avec eux.

Docteur, la vie de Martí est également marquée, nous avons déjà parlé de souffrance, mais aussi de malentendus. A-t-il été mal compris en son époque ?

Oui, d’abord dans sa famille. Nous le voyons dans les lettres de la mère, la mère qui est sacrée. Quand à Cuba nous disons une grossièreté, une des pires est pour celui qui n’a pas de mère, car la mère est tout. J’ai toujours dit que l’homme vieillit, même s’il a 80 ans, le jour où sa mère meurt, il cesse d’être un enfant pour être un homme.

La mère ne comprend pas, dans les lettres elle écrit : « Pepe, tant que vous ne laisserez pas le journalisme, la politique, vous n’aurez rien où reposer votre tête ».

Il y a un moment où Martí pense, et il le dit comme ça et l’écrit. Jeune, adolescent, qui en est venu à penser au suicide s’ils ne le laissent pas étudier, par exemple, c’était ce qu’il devait faire, et c’était son destin. Cependant, à la fin de l’histoire, nous verrons l’image douloureuse de Leonor Pérez Cabrera vêtue d’habitude noire, comme une veuve lucide, presque tous ses enfants sont morts, mais surtout, Pepe est mort, à 42 ans, c’était son espoir, le père de son petit-fils, José Francisco.

Et non seulement mal compris par sa famille, mais aussi par ceux qui se sont battus avec lui.

Mal compris par sa femme, par exemple. Je ne la blâme pas, ce serait injuste. Quand on lit le livre de l’amour des deux, il est impossible de penser… D’abord, c’était la femme dont il est tombé amoureux. « La manière malheureuse qui ignore le plus haut et de marcher avec brio, que de tomber amoureux d’une vierge céleste ». On dit qu’il est profondément amoureux mais, comme beaucoup de couples, ils ne sont pas d’accord sur certaines questions ; elle avait été élevée dans une famille différente, son père lui avait donné une autre éducation. Elle rêvait d’une maison tranquille, lui n’a jamais eu la tranquillité. Elle rêvait de vivre à Cuba, à Camagüey, à New York, et lui rêvait d’être à San José du Costa Rica, en Jamaïque, à Tampa où il a été plus de 17 fois.

Et politiquement, parmi les camarades d’armes eux-mêmes, qui pensaient que les sacrifices de la prison et les douleurs de l’exil n’étaient pas une justification suffisante pour ce que Martí a acquit lentement. Vous voyez, par exemple, les lettres d’invitation à New York, des oratoires du 10 octobre, du 27 novembre, où Martí devient l’orateur principal. Et comme certains de ses discours, ils sont surprenants : « Les nouveaux pins », « Avec tous et pour le bien de tous ». Quand vous lisez cela, vous sentez qu’il y comme un volcan en feu dans tout cela.

Et certains ne comprenaient pas, cela coûtait du travail, il y avait de profondes divergences, même entre Martí et les deux grands leaders de la Révolution, Antonio Maceo et Máximo Gómez.

La première rencontre entre Gómez et Martí n’a rien de positif.

Oui, la réunion de New York.

Il y a le journal de Gómez, avec ce qu’il a écrit dans son journal.

C’est logique, ils étaient des êtres humains. Nous avons converti les patriotes en divinités et nous leur demandons de ne pas commettre d’erreurs, nous leur demandons d’être parfaits. Nous disons qu’ils ne peuvent pas dire certaines choses car nous ne sommes pas prêts à les écouter, ici il faut parler de l’histoire, de la Patrie, avec la tête découverte. Et je vous dis que quand j’ai lu les lettres de Martí, ou que j’ai lu ce qui est écrit dans son journal, ou que j’ai lu Gómez, ou Maceo, en certains moments de tension morale pour moi,  préparant un travail, ou une classe, j’ai lu ces choses et les larmes sortaient de mon cœur. Je me souviens de Fidel le 15 mars 1978, rappelant la Protestation de Baraguá, quand il dit qu’il faut entrer dans l’histoire avec sa tête découverte.

On ne peut pas entrer avec la superbe seigneurie de ceux qui n’ont pas été en mesure de tirer un coup de feu, qui n’ont jamais vu dans les horreurs de la guerre, de la faim dans le maquis, de voir leurs enfants mourir, comme Máximo Gómez a vu les siens, Maceo les siens, voir ceci pour atteindre l’humanisation, la vulgarisation. J’aime ceux qui aiment, et je déteste ceux qui essaient de vulgariser l’histoire pour le rendre compréhensible. Aujourd’hui tous les Cubains sont prêts à tout comprendre, mais demain ils ne comprendront rien  d’aujourd’hui, il est là  le plus grand danger. Parce que vous êtes trop jeune, quel âge avez-vous ?

35 ans docteur.

Vous pouvez imaginer. Moi, qui ai beaucoup plus que vous, vous êtes né au milieu de l’apogée de la Révolution. Je n’ai pas connu Camilo et Che personnellement, je sens encore la chaleur de la main de tous les autres dirigeants de la Révolution dans la mienne. Je sens encore dans la main de Montané, de René Ródriguez, de Manuel Piñeiro, de Celia, de Calixto García, de Juan Almeida, vous pouvez l’imaginer. Je sens encore dans ma main, la main de Fidel. Comment alors nous expliquerons l’histoire demain. Moi, qui les ai vus aussi de près, en tant qu’hommes, jamais comme des dieux.

Comme des êtres humains, docteur.

Comme des êtres humains capables de se tromper et de bien faire les choses.

Et Martí était un être humain

Martí était un être humain supérieur, comme Fidel. C’était un être humain supérieur, avec une énorme capacité de synthèse, avec une capacité à développer des idées, avec une capacité d’atteindre un but. Vous prenez le discours de Martí et c’est une ellipse, il va à la recherche du résultat, il recherche et, tout à coup, il semble qu’il y a une longue digression, qui trouve soudainement sa lecture à nouveau et conclut vous laissant épuisé.

Docteur, la guerre organisée par Martí a commencé le 24 février 1895. Martí était un homme bon, pacifique, j’ai entendu cela à plusieurs reprises, alors pourquoi va-t-il à la guerre ?

Il considérait la guerre inévitable. Avant de la considérer comme nécessaire et rédemptrice, il la considérait inévitable. Avec les larmes du cœur, il en a été forcé, face à l’échec absolu, face à l’incompréhension totale, devant les mauvais chemins des réformateurs et de ceux qui cherchaient des demi-solutions. Pour lui, il n’y a pas d’autre moyen, après avoir connu l’histoire du monde, l’Amérique, de Bolivar, de San Martín, qu’il n’y a pas d’autre choix que de se battre, et que le passeport d’identité du peuple cubain sera signé par l’Espagne avec des lettres de sang. L’Espagne reconnaîtra Cuba comme indépendante avec la douleur de son propre sang. Vous pensez qu’au cours de la première guerre, au cours de celle des 10 ans, quand le capitaine général Joaquin de Jovellar s’adresse au peuple cubain, il dit que 90 000 mères espagnoles pleurent la perte de leurs enfants. Dans la deuxième guerre, plus de soldats sont venus combattre l’indépendance que dans toutes les guerres latino-américaines ensemble, y compris l’armée britannique aux États-Unis. Il y a un moment à Cuba où, entre les civils armés, les forces parallèles comme volontaires et l’armée régulière, plus d’un quart de million de soldats contre le soulèvement d’un peuple avançant armé d’Orient en Occident, dont le chemin est un chemin de feu.

« Que voulons-nous ? » demande une fois le général Gómez. « Une Cuba libre, vraiment souveraine ? Ou voulons-nous continuer dans la servitude et l’esclavage ? » Quand il arrive dans la plantation de cannes à sucre, prête à commencer la récolte et debout sur l’escalier de la maison, il voit les paysans arriver sales, avec leurs enfants, affamés. Et il demande « Où est l’école ? ». Ils disent « Il n’y en a jamais eu ». Il n’y avait rien de propre ici, il n’y avait pas de justice et il a immédiatement ordonné de détruire l’exploitation. Et demain, que viennent lutter tous ceux qui vont couper la canne à sucre, si non, qu’ils soient passés par les armes. Que dire de ceci ? Que la guerre était terrible, que c’était la dernière raison d’être.

Vous avez dit qu’il y avait des négatives pour que Martí revienne à Cuba.

Oui. Ils étaient de faux amis ou des admirateurs enragés. Vous savez qu’il y a toujours ceux qui t’admirent, mais avec rage. Il avait aussi des détracteurs. Ils l’appelaient le capitaine araignée, ils disaient toutes sortes de calomnies. Et deuxièmement, le moment crucial : Fernandina, tout est perdu. Parce qu’il fait confiance à un homme peu confiant, mais il ne le sait pas. Une erreur, l’erreur humaine lui fait tout perdre. Tout est perdu. Ensuite la course pour sortir les marins de prison, le capitaine, et il y a les trois navires confisqués, sous les outils agricoles se trouvaient les fusils et les armes achetés par les travailleurs, devant arrivés à trois points de Cuba. Il voulait une guerre rapide, juste et exécutive qui entrave la mobilisation espagnole et l’intervention étasunienne. C’est clair que pour lui, les Espagnols passent en arrière-plan, le grand danger apparaissant est l’intervention militaire des États-Unis, il le voit clairement lors d’une entrevue avec le journaliste nord-américain Eugenio Brison et il dit : « Je viens de La Havane, et Martinez Campos m’a dit qu’avant de céder aux Cubains, ils font un accord avec les yankees ». C’est terrible.

Et enfin il y a les divergences sur le terrain quant à la direction de la guerre. Les fantômes du passé reviennent. Parce que certains, même les plus lucides, courageux, travailleurs ne se rendent pas compte que la garantie que ce qu’il y avait eu dans le passé ne se reproduirait pas. Martí était l’équilibre, le bon sens, nous ne verrons jamais un Martí dirigeant des opérations militaires. Ce n’était pas son objet. Martí était le politicien, c’était, comme les gens ont commencé à l’appeler : le Président. Et la peur de Gómez, exprimée dans ses paroles ce jour-là dans une discussion de camp : « Ne me lui dites pas président, il ne l’est pas encore. Dites-lui général ». C’est l’éloignement de la réalité, qui a déjà été vu dans le drame de Céspedes et de la Chambre, qui était le passé.

Et enfin, l’inattendu, la mort. C’était le destin. Certaines personnes croient, d’autres non. La providence divine, comme le dit Gómez. Son propre karma, son propre signe de vie est écrit en lettres, en vers : « Mon vers grandira sous la terre et moi aussi je grandirai », « Je sens en moi un cantique qui ne peut être autre que celui de la mort ».

Et enfin Cuba. Marchant un peu plus de trois cent kilomètres, depuis Playitas à travers les montagnes.

Docteur, personne ne s’imagine Martí marchant avec un sac à dos dans ces montagnes.

Un sac à dos avec 100 cartouches, des médicaments, des livres, une Winchester 44, un revolver, des chaussures, des vêtements de campagne en mauvais état, ses propres vêtements. C’est pourquoi nous devons bien lire devant sa tombe les jalons qui marquent les camps jusqu’à atteindre Dos Ríos. Je suis récemment allé à cet endroit. Dès que je me suis approché et j’ai vu la rivière Contramaestre, j’ai ressenti une émotion indescriptible. J’ai vu le monument, le triangle des rivières, et de l’espace.

On dit que lorsqu’il entend les tirs d’une colonne espagnole, Gómez ordonne de partir immédiatement et dit à Martí quand il le voit si disposé : « Reculez Martí, reculez », comme s’il lui disait, ce n’est pas sa place, attendez, restez, nous reviendrons. C’était le bouchon sur la bouteille. Car aussi, à la table de La Mejorana, on lui avait dit cela, et il était également très probable que lors de l’entrevue de La Mejorana, la décision des deux grands généraux était : « Vous en faites plus là-bas qu’ici, ici vous n’est pas aussi nécessaire que là-bas. Nous allons nous occuper de cela ». Mais il voulait passer à Camagüey, pour former le gouvernement, où il était sûr de parvenir à un gouvernement équilibré, avec des patriotes éprouvés, avec des soldats et des intellectuels du mérite, pas un groupe décadent d’avocats, ni de loquaces politiques incapables, comme on l’avait vu avant et comme on le verra plus tard, et qui serait la cause de tant de malheur pour Cuba, y compris la mort d’Antonio Maceo. On comprend pourquoi, à La Mejorana, les raisons cachées et intimes d’Antonio Maceo était la peur du passé. Il avait beaucoup perdu : son père, sa mère en exil, un frère dans les prisons d’Afrique et même à Pinar del Rio en campagne vient la nouvelle avec Rius Rivera : José. Nous voyons trois figures colossales de l’histoire, avec des caractéristiques différentes.

Ils ont traversé le pire endroit, il y avait de la boue, c’était le mois de mai, il avait plu, la rivière était en cru et ils sortent à la rencontre des formations espagnoles. Martí n’obéit pas. Son caractère n’était pas domesticable, et il dit, « allons-y ». Il rencontre un jeune qui était un professeur de Holguín, Ángel de la Guardia, et lui dit : « Jeune homme, venez avec moi ». Cela me rappelle la chanson de Silvio, de l’ange qu’il ne voit pas, qui regarde ailleurs. Un ange gardien qui doit prendre soin de lui, son seul compagnon. Soudain, devant lui, le destin. Les tirs. Le cheval blessé. Martí tombe, mourant, le jeune homme qui le voit essaie de s’approcher. Il ne peut pas. Il fuit. La nouvelle arrive. On dit que c’était un traître cubain qui l’a tué. Il s’est approché, Martí était mourant et il a tiré. Il était mortellement blessé, mais il y avait quelque chose d’étrange ce jour-là. Il n’était pas habillé avec les vêtements du soldat qu’il portait tout le temps. Il était en civil, vêtu d’une veste foncée, d’une chemise, d’une cravate, d’un pantalon blanc. Il avait les rubans que lui avait donnés Clemencia, la fille de Máximo Gómez, l’argent pour payer tout, selon la coutume, le portrait de Maria Mantilla, sa fille bien-aimée, brûlée par le tire. « Et si je meurs, je porterai ton portrait comme un bouclier sur mon cœur ».

Un être humain, un être humain dans toutes ses dimensions, même au moment même de la mort.

On ne peut pas le diviniser, mais le peuple cubain à la notion de bien en Martí. Par conséquent, chaque grief, chaque affront à Martí est insupportable. Martí ne doit pas être dans des endroits abandonnés et les recoins ne lui correspondent pas, comme dans la République. Martí est au centre. Le premier monument érigé à Cuba a été dévoilé par Máximo Gómez et Salvador Cisneros, dans le Parque Central, le second à Matanzas, à Caibarién il y en a un merveilleux et, dans toutes les villes de Cuba, il y a un endroit qui lui correspond. À Santa Ifigenia, sur la belle tombe de Mario Santi, toutes les valeurs d’une nation y sont représentées : le rayon de soleil qui pénètre, le jour et l’heure, le drapeau, la tombe. Martí est le symbole de la vertu. C’est pourquoi on ne peut pas acheter la clémence, je vous dirais autre chose, la rigueur de la justice révolutionnaire, dans toute sa rigueur, contre ceux qui outragent José Martí, en paroles ou en œuvres, avec tout autre acte qui s’est produit dans l’histoire de Cuba, car il est absolument incomparable, et il représente, à mon avis, la décadence d’un groupe de cubains qui ont perdu l’essence de l’être. C’est pourquoi notre souci constant pour les paroles de Luz y Caballero avec lesquelles je voudrais terminer : « Les hommes accueilleront celui qui sème les écoles ». Cela signifie que, dans la famille et à l’école, se trouve le destin.

Docteur, merci beaucoup pour cette interview. Cuba la remercie déjà.

Merci à vous.

La Havane, 27 janvier 2020