IIIIIIIIIIIIIIII
Lina de Feria : un autre Prix national de Littérature pour une femme
Par Marilyn Bobes Traduit par Alain de Cullant
Lina de Feria est un nom bien connu dans le panorama de la poésie féminine cubaine.
Illustration par : Alain Kleinmann

La poétesse et essayiste cubaine Lina de Feria a reçu en 2019 le Prix national de Littérature après de nombreuses années d'être incluse dans la liste des personnes choisies pour ce prix.

Nommée régulièrement depuis 2005 par différentes institutions et personnes de tout Cuba, la poétesse et essayiste cubaine Lina de Feria vient de recevoir, en décembre dernier, le Prix National de Littérature correspondant à 2019.

Contrairement aux peintres, dont la reconnaissance similaire peut être comptée sur les doigts, la littérature a reconnu plusieurs femmes avec ce prix considéré comme le plus prestigieux des lettres cubaines, et créé par le ministère de la Culture, l'Institut Cubain du Livre et le Centre Dulce María Loynaz, depuis 1983.

Lina de Feria est un nom bien connu dans le panorama de la poésie féminine cubaine, et pas seulement de celui-ci, mais de la lyrique en général, car en 1967, elle a remporté le premier prix David, décerné par l'Union des Écrivains et Artistes de Cuba, pour son oeuvre Casa que no existía, qu'elle a partagé avec Cabeza de zanahoria de Luis Rogelio Nogueras.

Dans ce recueil de poèmes je me souviens en particulier de son texte extraordinaire Mujer que habla sola en el Parque de Calzada (Femme qui parle seule dans le Parc de Calzada), de valeurs littéraires incontestables et annonçant une œuvre ultérieure, peut-être moins familière et plus surréaliste, mais tout aussi remarquable dans le panorama actuel de la poésie cubaine.

Née à Santiago de Cuba, Lina de Feria a été abondamment diffusée dans les pays de langues anglaise, française et dans presque tout le continent latino-américain.

Ses essais, moins connus mais tout aussi remarquables, ont l'empreinte d'une analyse qui part de la subjectivité d'une créatrice qui ne s'est pas conformée à ses propres textes mais qui a pénétré dans l’œuvre de ses contemporains avec une acuité et une créativité singulières.

Elle a remporté le Prix de la Critique Littéraire à plusieurs reprises, elle a également remporté le prestigieux Prix Nicolas Guillén en 2005, avec un excellent volume intitulé Ante la pérdida del safari en la jungla.